Peup­le élu

Tageblatt (Luxembourg) - - Geschichte - Vin­cent Ar­tu­so

Il y a plu­sieurs ma­niè­res de ra­con­ter le de­s­tin d’un peup­le. Cel­le qui do­mi­ne au Lu­xem­bourg est clai­re­ment d’in­spi­ra­ti­on bi­bli­que. Le ré­cit de la Deu­xiè­me Gu­er­re mon­dia­le, en tant que my­the na­tio­nal, est ce­lui d’un peup­le élu qui a of­fert une par­tie de ses fils en ho­lo­caus­te pour pou­voir sur­vi­v­re. Pas éton­nant que les Juifs n’ai­ent long­temps pas eu leur place dans cet­te his­toire.

La Deu­xiè­me Gu­er­re mon­dia­le oc­cupe tou­jours une place pri­vilé­giée dans l’his­toire lu­xem­bour­geoi­se. Ce cha­pit­re est com­pa­ra­ble à ce­lui des gu­er­res de li­bé­ra­ti­on et d’in­dé­pen­dance dans d’au­tres ré­cits na­tionaux. Se­lon l’his­toire of­fi­ci­el­le, c’est l’épreuve de l’oc­cupa­ti­on qui a per­mis à la na­ti­on de se ré­vé­ler à el­le-mê­me et de prou­ver au res­te du mon­de qu’el­le vou­lait vi­v­re. Mais qu’est­ce que ce­la si­gni­fie con­crè­te­ment? Com­ment le pro­ces­sus de for­ma­ti­on de la na­ti­on a-t-il été me­né à ter­me? Au­tre­ment for­mu­lé: quels sont les ar­gu­ments uti­li­sés par les his­to­ri­ens pour dé­mon­trer cet­te épi­pha­nie?

Pre­n­ons la thè­se de doc­to­rat de Paul Dos­tert. Le tit­re de ce tra­vail, qui est tou­jours une ré­fé­rence pour l’his­toire du Lu­xem­bourg du­rant l’oc­cupa­ti­on, in­di­que déjà sans am­ba­ges que la ques­ti­on na­tio­na­le y joue un rô­le

cen­tral: Lu­xem­burg zwi­schen Selbst­be­haup­tung und na­tio­na­ler Selbst­auf­ga­be. Dès son in­tro­duc­tion, Dos­tert dé­crit l’en­jeu du con­flit de la ma­niè­re sui­van­te:

„Nicht oh­ne Grund se­hen vie­le Lu­xem­bur­ger in der deut­schen Be­sat­zungs­po­li­tik und der Re­ak­ti­on der ein­hei­mi­schen Be­völ­ke­rung den Ab­schluss ei­nes hun­dert­fünf­zig­jäh­ri­gen Pro­zes­ses der Na­ti­onwer­dung. In den Jah­ren 1940 bis 1945 star­ben zum ers­ten Mal in der Ge­schich­te Lu­xem­bur­ger für ihr Land und die Frei­heit sei­ner Bür­ger, im fes­ten Ver­trau­en, dass ih­re Lei­den und ihr Tod zur Er­hal­tung des Lan­des bei­tra­gen wür­de. [...] Nun war der Be­weis er­bracht, dass nie­mand ver­su­chen konn­te, Lu­xem­burg zu an­nek­tie­ren, oh­ne auf mas­si­ven Pro­test zu sto­ßen.“

Gil­bert Trausch, un aut­re his­to­ri­en de po­ids, par­ta­ge cet­te con­cep­ti­on do­lo­ris­te et sa­cri­fi­ci­el­le. Dans un ar­ti­cle pu­blié à l’oc­ca­si­on du 40e an­ni­ver­sai­re du „ré­fé­ren­dum“du 10 oc­tob­re 1941, il écri­vait:

„ Une na­ti­on, c’est avant tout la vo­lon­té d’une com­mu­n­au­té hu­mai­ne de vi­v­re en­sem­ble et de se dé­mar­quer de ses vois­ins. Cet­te com­mu­n­au­té ne peut y pré­tendre que sur la ba­se d’une so­li­da­rité qui a four­ni ses preu­ves et sur la ba­se d’un pas­sé vé­cu en­sem­ble, avec tout ce que ce­la com­por­te de sou­ve­nirs his­to­ri­ques em­ma­gasi­nés dans la mé­moi­re collec­tive. Quoi de plus ré­vé­la­teur dans ce do­mai­ne que des souf­fran­ces su­bies en com­mun, que des sa­cri­fices ac­cep­tés, d’ab­ord sur le plan in­di­vi­du­el, ré­per­cu­tés en­sui­te sur la com­mu­n­au­té dans son en­sem­ble?“

Les souf­fran­ces en­du­rées en com­mun sont-el­les né­ces­sai­re­ment le prin­ci­pal ré­vé­la­teur de l’exis­tence d’une na­ti­on? Pas for­cé­ment, les na­ti­ons amé­ri­cai­ne ou françai­se se sont par ex­emp­le con­strui­tes au­tour d’un pro­jet de pro­grès uni­ver­sel et de bon­heur in­di­vi­du­el. Ri­en de dou­lou­reux ici, bi­en au con­trai­re. Non, cet­te fixa­ti­on sur le sang et la souf­fran­ce est bi­en une par­ti­cu­la­rité lu­xem­bour­geoi­se. Cel­le d’une cul­tu­re im­pré­g­née par le ca­tho­li­cis­me.

L’in­spi­ra­ti­on bi­bli­que du my­the na­tio­nal

Le my­the na­tio­nal est, en tant que ré­cit, di­rec­te­ment in­spi­ré de la Bi­b­le. Le to­pos du pe­tit peup­le mis à l’épreuve vi­ent de l’An­ci­en Tes­ta­ment, ce­lui de la réd­emp­ti­on par le sa­cri­fice vi­ent des Evan­gi­les. Dans le ré­cit, c’est bi­en ce sa­cri­fice qui est l’ac­te cru­ci­al. Si Dos­tert et Trausch évo­quent im­pli­ci­te­ment la ré­sis­tan­ce, c’est en re­van­che le mar­ty­re qu’ils met­tent en avant plu­tôt le que le com­bat.

Le hé­ros du my­the na­tio­nal n’est pas en pre­mier lieu ce­lui qui re­fu­se, se sou­lè­ve, qui rend coup pour coup mais ce­lui qui tend la joue gau­che quand on lui frap­pe la joue droi­te; non pas le maqui­sard mais l’en­rôlé de force. C’est ce qu’ex­pri­mait notam­ment François Bins­feld dans un poè­me in­ti­tu­lé, ce n’est pas un ha­sard, „Vill Kräi­zer“:

Vill Kräi­zer stin a frie­mer Welt,

Vill Kräi­zer, déif be­haang voll Leed,

Ons Bescht ge­fall fir frie­me Sträit.

Si stun­gen, d’Hä­er­zer stolz be­reet,

Dem Feind zum Trotz, e Schirm dem Land.

Er­léist sin d’Stied, er­léist d’Ge­waa­nen;

Op éi­weg sief et un­er­kannt: Aus hi­rem Blutt ass d’Land er­sta­nen.

Des ex­pres­si­ons com­me „Ons Jon­gen“, „Mar­tyrs“ou „Les Sa­cri­fiés“in­di­quent que la con­struc­tion de ce hé­ros s’in­spi­re, là en­co­re, d’un ar­ché­ty­pe bi­bli­que, ce­lui de l’in­no­cent sa­cri­fié. On le trouve aus­si bi­en dans l’An­ci­en Tes­ta­ment, quand Dieu frap­pe tous les pre­miers nés d’Egyp­te pour forcer Pha­raon à li­bé­rer son peup­le, que dans le Nou­veau lorsque Hé­ro­de or­don­ne la mi­se à mort de tous les en­fants de Beth­léem âgés de moins de dou­ze ans. On le trouve aus­si au mo­ment où Dieu or­don­ne à Abra­ham de lui sa­cri­fier son fils uni­que pu­is, bi­en évi­dem­ment, lorsque Dieu lui-mê­me ac­cep­te la mi­se à mort de son fils Jé­sus Christ.

L’ho­lo­caus­te du peup­le lu­xem­bour­geois

Le ter­me d’ori­gi­ne grec­que uti­li­sé dans la bi­b­le pour dé­si­gner le sa­cri­fice ri­tu­el, la mi­se à mort ré­cla­mée d’Isaac ou la cru­ci­fi­xi­on du Christ est „ho­lo­caus­te“. Se­lon la lo­gi­que du ré­cit, la na­ti­on lu­xem­bour­geoi­se est donc née en off­rant une par­tie de ses en­fants en ho­lo­caus­te. Il ne faut pas uni­que­ment com­prend­re ce­la de ma­niè­re mé­ta­pho­ri­que. L’oc­cupa­ti­on a aus­si été com­mé­mo­rée com­me cet­te pé­ri­ode du­rant laquel­le la na­ti­on lu­xem­bour­geoi­se a fail­li dis­pa­raît­re, cul­tu­rel­le­ment et bio­lo­gi­que­ment.

La peur de dis­pa­raît­re en tant que peup­le, en rai­son de la baisse de la na­ta­lité et l’aug­men­ta­ti­on du nom­bre d’étran­gers, avait oc­cupé une bon­ne par­tie du dé­bat pu­blic dans l’ent­re­deux-gu­er­res. Or, pen­dant l’oc­cupa­ti­on, la so­cié­té lu­xem­bour­geoi­se per­çut que son pi­re cau­che­mar était sur le point de se réa­li­ser. L’en­rô­le­ment de force fut ain­si vé­cu com­me une ten­ta­ti­ve de sai­gner le pays à mort. C’est en ré­fé­rence à cet évé­ne­ment que le ter­me „gé­no­ci­de“fut pour la pre­miè­re fois em­ployé à la Cham­bre des dé­pu­tés, le 25 jan­vier 1961. Ce jour-là le dé­pu­té so­cia­lis­te Ro­main Fan­del dé­cla­rait que „l’en­rô­le­ment for­cé des jeu­nes Lu­xem­bour­geois à la Wehr­macht n’était aux yeux et ent­re les mains de nos of­fen­seurs que l’in­stru­ment dia­bo­li­que dont ils se ser­vai­ent pour ex­ter­mi­ner la pe­ti­te na­ti­on lu­xem­bour­geoi­se“.

On re­trouve cet­te in­ter­pré­ta­ti­on des évé­ne­ments jus­que dans les pu­bli­ca­ti­ons sci­en­ti­fi­ques. A la fin des an­nées 1990, le dé­mo­gra­phe Gé­r­ard Trausch, faisant va­loir que le Lu­xem­bourg était le pays d’Eu­ro­pe oc­ci­den­ta­le qui avait eu la plus gran­de pro­por­ti­on de morts pen­dant la gu­er­re – 2% de sa po­pu­la­ti­on cont­re 1,5% pour la Fran­ce, par ex­emp­le – ti­rait ces con­clu­si­ons:

„Ni­veau na­ta­lité: Les dé­cès par­mi les en­rôlés de force frap­pent une po­pu­la­ti­on jeu­ne: la na­ta­lité de l’après-gu­er­re s’en res­sent. D’ail­leurs il n’y a pas de ba­by-boom au len­de­main de la gu­er­re […] Ni­veau em­ploi: Les dé­cès de gu­er­re en gé­né­ral et ceux des en­rôlés de force en par­ti­cu­lier ont di­mi­n­ué la po­pu­la­ti­on ac­tive. L’im­mi­gra­ti­on de­vi­ent in­é­vi­ta­ble.“

La con­cur­rence des mé­moi­res

Si pen­dant des dé­cen­nies, la dis­cri­mi­na­ti­on, pu­is la dé­por­ta­ti­on et en­fin l’as­sas­si­nat de juifs du Lu­xem­bourg n’ont été évo­qués qu’à la mar­ge du my­the na­tio­nal, c’est par­ce qu’ils n’y avai­ent pas leur place. Ce ré­cit d’es­sence ca­tho­li­que nar­re l’his­toire d’un peup­le par­cou­ru d’un mê­me sang et ani­mé par une mê­me foi, du­re­ment éprou­vé mais ra­che­té par ses souf­fran­ces. Non seu­le­ment les Juifs n’en fai­sai­ent pas vrai­ment par­tie mais le gé­no­ci­de qu’ils avai­ent su­bi était se­con­dai­re par rap­port à ce­lui qui, dans l’es­prit des gar­di­ens de la mé­moi­re na­tio­na­le avait frap­pé le peup­le lu­xem­bour­geois. Dès 1943, on pou­vait li­re ce­ci dans un jour­nal clan­des­tin dis­tri­bué par l’or­ga­ni­sa­ti­on de ré­sis­tan­ce LPL:

„Mais cha­cun sait à pré­sent que, de­pu­is qu’il a pris le pou­voir en Al­le­ma­gne, Hit­ler n’a eu au­cun égard au fait que la créa­ti­on des ra­ces était due à la Pro­vi­dence. Nous au­tres Lu­xem­bour­geois en avons le meil­leur ex­emp­le dans not­re prop­re pays. Je ne veux bi­en évi­dem­ment pas par­ler de la per­sé­cu­ti­on des

Juifs, bi­en que tous les Lu­xem­bour­geois di­sent que les Juifs sont aus­si des créa­tu­res de la Pro­vi­dence, mais de la dé­por­ta­ti­on bes­tia­le et con­trai­re au droit in­ter­na­tio­nal de tant de fa­mil­les lu­xem­bour­geoi­ses et l’éra­di­ca­ti­on sys­té­ma­tique de tous ceux qui re­fu­sent d’ad­hé­rer aux idéaux al­le­man­ds tels que dé­fi­nis par les na­zis.“

La cen­tra­lité que l’ho­lo­caus­te a ac­quis dans la mé­moi­re oc­ci­den­ta­le de la Deu­xiè­me Gu­er­re mon­dia­le, au cours des der­niè­res dé­cen­nies, ain­si que le re­cul de l’idéal na­tio­nal – en tout cas par­mi les éli­tes – a re­mis la my­the na­tio­nal en ques­ti­on. Ce­la a don­né lieu à des cris­pa­ti­ons, qui se sont notam­ment ex­pri­mées au sein du Co­mité pour la mé­moi­re de la Deu­xiè­me Gu­er­re mon­dia­le, une chimè­re vou­lue par des re­s­ponsa­bles po­li­ti­ques qui croyai­ent naï­ve­ment que leurs con­vic­tions post-na­tio­na­les et leur dés­in­té­rêt pour les dé­bats du pas­sé étai­ent par­ta­gés par tout le mon­de. Il n’en est ri­en, les évé­ne­ments po­li­ti­ques de ces der­niè­res an­nées l’ont dé­mon­tré. La con­cur­rence mé­mo­ri­el­le n’est pas, com­me cer­ta­ins com­men­ta­teurs cy­ni­ques ont pu le cro­i­re, le fruit d’un af­fron­te­ment d’egos sur­di­men­si­onnés, mo­ti­vé par la dé­fen­se d’in­té­rêts par­ti­cu­la­ris­tes. C’est l’ex­pres­si­on d’une cri­se qui tou­che des su­jets es­sen­ti­els, com­me not­re fa­çon de li­re not­re pas­sé et d’ho­no­rer nos morts. Or, ces choix dé­ter­mi­nent aus­si not­re ma­niè­re de vi­v­re en­sem­ble et de nous pro­je­ter vers l’ave­nir.

Newspapers in German

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.