Le Mou­ve­ment éco­lo­gi­que dans les lon­gues an­nées 1960

Tageblatt (Luxembourg) - - Geschichte - De­nis Scu­to

L’au­tom­ne 1978 a une gran­de si­gni­fi­ca­ti­on dans ma vie.

Cet au­tom­ne-là re­pré­sen­te une rup­tu­re dans le dé­ve­lop­pe­ment de ma per­son­na­lité, le pas­sa­ge de l’en­fan­ce à l’ado­lescence.

J’ai fêté mes qua­tor­ze ans, je su­is en­tré en clas­se de cin­quiè­me et mon ami lal­lan­geois Ar­mand, au­jourd’hui con­trô­leur à la CFL, m’a em­me­né à ma pre­miè­re ré­uni­on du JIV au ca­fé Wo­bré­cken à Esch. JIV est l’ab­ré­via­ti­on de „Ju­gend-In­ter­es­se-Ve­räin“. Les élè­ves d’Esch et des en­vi­rons s’étai­ent or­ga­ni­sés en 1977 pour re­ven­di­quer une mai­son des jeu­nes au­to­gé­rée de la part des au­to­rités com­mu­na­les. Le ca­fé était chaque fois plein à craquer et cha­cun avait droit de pa­ro­le. Des „an­ci­ens“– mê­me s’ils n’avai­ent que 18-19 ans – com­me An­dré Ro­elt­gen, au­jourd’hui pré­si­dent de l’OGBL, ou Chris­ti­an „Kmio“Kmio­tek, au­jourd’hui pré­si­dent des Verts, étai­ent des fi­gu­res de pre­mier plan. Par­mi les jeu­nes femmes, je me sou­vi­ens de Flou Wei­mers­kirch, une fé­mi­nis­te en­ga­gée.

A par­tir de mars 1979, le JIV édi­te son prop­re jour­nal d’élè­ves,

De Kre­géi­lert, où tou­te cont­ri­bu­ti­on est la bi­en­ve­nue et où au­cu­ne cen­su­re n’est ex­er­cée. J’ai pu y écri­re mes pre­miers ar­ti­cles, sur le be­so­in des jeu­nes de s’au­to­gé­rer, sur des di­rec­tions de ly­cée que je trou­vais au­to­ri­taires, sur la si­tua­ti­on des en­fants d’im­mi­grés dans les écoles.

Nos ré­uni­ons, not­re jour­nal, mais aus­si nos pro­testa­ti­ons ex­pé­ri­men­tai­ent des for­mes nou­vel­les. Le 2 ju­in 1979 nous avons or­ga­ni­sé un sit-in à Esch pour rap­peler l’as­sas­si­nat, le 2 ju­in 1967, de l’étu­di­ant Benno Oh­ne­s­org par un po­li­cier lors d’une ma­ni­fes­ta­ti­on cont­re la vi­si­te du shah d’Iran à Ber­lin. Un mur fut con­struit sur le par­vis de l’hô­tel de vil­le pour sym­bo­li­ser l’at­ti­tu­de du col­lè­ge éche­vinal face à nos re­ven­di­ca­ti­ons. Une mai­son des jeu­nes au­to­gé­rée fut ou­ver­te par la com­mu­ne l’an­née sui­van­te, el­le dev­int not­re es­pace de ren­con­tres, de créa­ti­on et de ré­uni­ons, mê­me si el­le fut moins fréquen­tée que les dis­cos JIV que nous or­ga­ni­si­ons au-des­sus du Ci­né Aris­ton.

Une „JIV Re­vi­val Dis­co“fut cé­lé­brée il y a quel­ques se­mai­nes à la Mai­son du peup­le, mais on ne se sou­vi­ent guè­re du mou­ve­ment d’au­to­ges­ti­on alors que des mai­sons de jeu­nes au­to­gé­rées fu­rent créées à Esch mais aus­si en d’au­tres lieux com­me Lu­xem­bourg-vil­le ou Bri­del. Il est vrai que les mai­sons de jeu­nes au­to­gé­rées ont été fer­mées les unes après les au­tres fau­te de con­ti­nuité et de li­ens ent­re les gé­né­ra­ti­ons d’élè­ves. Ces ex­pé­ri­en­ces res­tent néan­moins des ré­fé­ren­ces dans le tra­vail ac­tu­el avec les jeu­nes dans les vil­les du pays.

Sur­tout, le mou­ve­ment d’au­to­ges­ti­on est à pla­cer dans un con­tex­te his­to­ri­que glo­bal, dans le­quel s’in­tègrent aus­si les 50 ans du Mou­ve­ment éco­lo­gi­que qui ont été fêtés cet­te se­mai­ne. Les an­nées 1960-1970 vo­i­ent la nais­sance de la „so­cié­té ci­vi­le“, sec­teur de la so­cié­té en de­hors du mon­de po­li­tique et éco­no­mi­que tra­di­ti­on­nel, fa­çon­né par des as­so­cia­ti­ons et des ré­seaux, mais aus­si par de nou­vel­les for­mes d’au­to­ges­ti­on et par des mou­ve­ments al­ter­na­tifs, ap­pelés plus tard „nou­veaux mou­ve­ments so­ci­aux“. Que ce soit sous la for­me d’in­itia­ti­ves ci­toy­ennes et de mou­ve­ments de pro­testa­ti­on spon­ta­nés (les „sin­gle is­sue mo­ve­ments“) ou plu­tôt sous la for­me de struc­tu­res dura­bles qui dé­fen­dent les in­té­rêts de leurs mem­bres: les ONG, or­ga­ni­sa­ti­ons non-gou­ver­ne­men­ta­les. Leurs ob­jec­tifs, am­bi­tieux: des trans­for­ma­ti­ons po­li­ti­ques et so­cia­les pro­fon­des. Leurs mé­tho­des, di­ver­ses: ré­uni­ons, ta­bles ron­des, ré­so­lu­ti­ons, ma­ni­fes­ta­ti­ons, mar­ches de pro­testa­ti­on, „Zu­kunfts­werk­stät­te“, sit-ins, ca­ba­rets, etc.

Un con­tex­te his­to­ri­que glo­bal

Dans ce chan­ge­ment d’épo­que des lon­gues an­nées 1960 nais­sent à tra­vers le mon­de des mou­ve­ments d’étu­di­ants et des droits ci­vi­ques, des mou­ve­ments fé­mi­nis­tes, pa­ci­fis­tes, éco­lo­gis­tes, tiers-mon­dis­tes, des or­ga­ni­sa­ti­ons de dé­fen­se des droits de l’Hom­me, des mou­ve­ments ho­mo­se­xu­els.

La com­mé­mo­ra­ti­on de mai 1968 et la fo­ca­li­sa­ti­on trop étroi­te sur les évé­ne­ments de cet­te an­née-là nous ont fait ou­blier ce con­tex­te his­to­ri­que bi­en plus lar­ge. D’ab­ord du point de vue géo­gra­phi­que: ces mou­ve­ments sont trans­na­tionaux dans leurs cau­ses. Les fon­da­teurs et les ac­teurs de ces mou­ve­ments gran­dis­sent et viv­ent dans des so­cié­tés qui dé­cou­vrent la pro­s­pé­rité, pen­dant les Tren­te Glo­ri­eu­ses (1945-1975). Ces jeu­nes ap­par­ti­en­nent en out­re à la gé­né­ra­ti­on d’un aut­re boom, ce­lui de l’édu­ca­ti­on, en par­ti­cu­lier la dé­mo­cra­ti­sa­ti­on de l’ac­cès aux étu­des se­con­dai­res et su­pé­ri­eu­res. Com­me l’ex­pri­ment les his­to­ri­ens Go­sch­ler et Graf (Eu­ro­päi­sche Zeit­ge­schich­te seit 1945, Ber­lin, 2010): „Wohl­stands­wachs­tum und Bil­dungs­ex­pan­si­on füh­ren zu ei­nem Wer­te­wan­del, der den Pro­test für über­in­di­vi­du­el­le Zie­le als sinn­vol­le und wich­ti­ge Ak­ti­vi­tät er­schei­nen lässt.“Les jeu­nes qui vo­i­ent un sens dans l’en­ga­ge­ment po­li­tique sont en mê­me temps le pro­du­it et le mo­teur de la li­bé­ra­li­sa­ti­on et de la plu­ra­li­sa­ti­on de la so­cié­té et ex­pri­ment le be­so­in de par­ti­ci­pa­ti­on ci­toy­enne. Trans­na­tionaux dans leurs ob­jec­tifs. Ces mou­ve­ments re­ven­di­quent des trans­for­ma­ti­ons pro­fon­des non seu­le­ment dans leur pays, mais en Eu­ro­pe et dans le mon­de. Trans­na­tionaux dans leur or­ga­ni­sa­ti­on, leur in­spi­ra­ti­on et leur com­mu­ni­ca­ti­on. Ils sont mem­bres d’or­ga­ni­sa­ti­ons in­ter­na­tio­na­les, ils s’in­spi­rent de pen­seurs et de tex­tes in­ter­na­tionaux, ils si­gnent et dif­fu­sent des ap­pels au-de­là des fron­tiè­res.

Con­tex­te plus lar­ge en­sui­te du point de vue chro­no­lo­gi­que: les his­to­ri­ens par­lent des lon­gues an­nées 1960 par­ce que, pour prend­re l’ex­emp­le lu­xem­bour­geois, mai 1968 n’a pas lieu seu­le­ment en avril 1971 avec la grè­ve dans les ly­cées. Il com­mence bi­en avant. A la fin des an­nées 1950 et au dé­but des an­nées 1960, l’Uni­on des étu­di­ants lu­xem­bour­geois (UNEL) se po­li­ti­se et de­vi­ent un vé­ri­ta­ble syn­di­cat étu­di­ant. UNEL et As­soss mè­nent à par­tir des an­nées 1950 un com­bat cont­re le ser­vice mi­li­taire ob­li­ga­toire, qui est ab­oli en 1967. En 1965 des ma­ni­fes­ta­ti­ons se dé­rou­lent à la „Béier­m­ans“, la Mai­son des étu­di­ants bel­ges et lu­xem­bour­geois à Pa­ris. Une des re­ven­di­ca­ti­ons est la co­ges­ti­on des étu­di­ants. En 1964 est fon­dé le Théât­re des Case­ma­tes, en 1965 le grou­pe d’écri­vains „im­puls“, en 1967 le cer­cle d’ar­tis­tes „Cons­dor­fer Sch­ei­er“.

En dé­cem­bre 1968 des jeu­nes des Amis de la na­tu­re Et­tel­bruck et de la „Na­tur- a Vulle­schutz­li­ga“fon­dent à la Mai­son des jeu­nes de la Cô­te d’Eich le pré­cur­seur de Jeu­nes et en­vi­ron­ne­ment et du Mou­ve­ment éco­lo­gi­que, l’As­so­cia­ti­on de la jeu­nesse lu­xem­bour­geoi­se pour l’étu­de et la con­ser­va­ti­on de la na­tu­re, mais la mê­me an­née naît éga­le­ment le Co­mité Lu­xem­bourg-Viet­nam. Les étu­di­ants font grè­ve et ma­ni­fes­tent aus­si au Lu­xem­bourg en mai 1968, cont­re l’ana­chro­ni­que Col­la­ti­on des gra­des et les pous­sié­reux Cours su­pé­ri­eurs. L’As­soss se dis­lo­que; de ses cend­res nais­sent des or­ga­ni­sa­ti­ons trotz­kis­tes et maoïs­tes. En 1969 est fon­dée l’Ac­tion so­li­da­rité tiers mon­de (ASTM), en 1970 la sec­tion lu­xem­bour­geoi­se d’Am­nes­ty In­ter­na­tio­nal, en 1971 le Mou­ve­ment de li­bé­ra­ti­on des femmes (MLF) lu­xem­bour­geois. Dans les mê­mes an­nées 1968-1971 on as­sis­te, dans le cad­re du re­vi­re­ment à gau­che du LSAP, à la scis­si­on de ce par­ti. En 1972, la créa­ti­on de la „Ju­gend­por“et de l’UNIAO, dé­fen­seur des droits des im­mi­grés et pré­cur­seur de l’ASTI, mont­re que des vu­es et des in­itia­ti­ves al­ter­na­ti­ves se dé­ve­lop­pent éga­le­ment dans le mon­de ca­tho­li­que.

Re­mer­schen et l’an­ti-nu­cléai­re, une lut­te fon­datri­ce

Le Mou­ve­ment éco­lo­gi­que et ses pré­cur­seurs nais­sent dans le cad­re de la pri­se de con­sci­ence mon­dia­le des pro­b­lè­mes éco­lo­gi­ques, de la pol­lu­ti­on de l’air, de la terre, de l’eau par les éner­gies fos­si­les, des dan­gers liés à l’éner­gie nu­cléai­re, des li­mi­tes de la crois­sance. Au dé­but, en 1968, l’idée de la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment était vé­cue par les mem­bres à tra­vers la dé­cou­ver­te de la na­tu­re, l’ex­plo­ra­ti­on de la fau­ne et de la flo­re. Ces ob­jec­tifs chan­gent, com­me à l’étran­ger, dans le cad­re des mou­ve­ments de pro­testa­ti­ons cont­re les cen­tra­les nu­cléai­res et au con­tact d’in­itia­ti­ves ci­toy­ennes. Au Lu­xem­bourg, c’est la lut­te au cours des an­nées 1973-1977 cont­re la cen­tra­le nu­cléai­re de Re­mer­schen, que le gou­ver­ne­ment CSV-DP, pu­is LSAP-DP vou­lait con­strui­re, à côté de la cen­tra­le de Cat­te­nom pla­ni­fiée par le gou­ver­ne­ment français. Ra­pi­de­ment, Jeu­nes et en­vi­ron­ne­ment se jo­int aux mi­li­tants de la „Bier­ger­initia­tiv Mu­seld­all“, au­tour d’Eli­sa­beth Ko­xRisch dans le com­bat cont­re le „Jor­hon­nert­pro­jet Re­mer­schen“. Cet­te lut­te et les con­tacts avec des pen­seurs du mou­ve­ment an­ti­nu­cléai­re com­me le fu­tu­ro­lo­gue al­le­mand Ro­bert Jungk cont­ri­buent à po­li­ti­ser l’as­so­cia­ti­on éco­lo­gis­te. Nous re­trou­vons des re­pré­sen­tants de Jeu­nes et en­vi­ron­ne­ment et de la Na­tu­ra en 1976 dans le Co­mité na­tio­nal d’ac­tion pour un mo­ra­toire (CNAM). Ce mo­ra­toire fut vo­té au con­grès ex­tra­or­di­nai­re LSAP de no­vem­bre 1977 et met­tait fin au „pro­jet du siè­cle“. (La lut­te cont­re la cen­tra­le de Cat­te­nom n’eut mal­heu­reu­se­ment pas le mê­me suc­cès.) Le phy­si­ci­en Clau­de We­hen­kel et le pré­si­dent des Jeu­nes­ses so­cia­lis­tes, Je­an Huss, fu­rent deux des me­neurs de cet­te op­po­si­ti­on in­ter­ne.

Je me per­mets de les ci­ter nom­mé­ment, en lieu et place de beau­coup d’au­tres, pour sou­li­gner que les in­itia­ti­ves ci­toy­ennes et les nou­veaux mou­ve­ments so­ci­aux, au Lu­xem­bourg com­me à l’étran­ger – je l’ai déjà re­le­vé à tra­vers l’ex­emp­le du JIV – ont fait émer­ger un mi­cro­cos­me de per­son­na­lités qui ont cont­ri­bué à trans­for­mer le pay­sa­ge po­li­tique et cul­tu­rel de ce pays. Des gens d’ori­gi­nes po­li­ti­ques dif­fé­ren­tes. Voi­ci un ex­emp­le: nous re­trou­vons Je­an Huss, de l’ai­le gau­che du LSAP, Eli­sa­beth Kox-Risch, écar­tée par le CSV de sa lis­te pour les élec­tions lé­gis­la­ti­ves de la cir­con­scrip­ti­on Est en 1974 à cau­se de son en­ga­ge­ment cont­re la cen­tra­le de Re­mer­schen, Thers Bo­dé, venant de la gau­che maoïs­te, à côté d’au­tres mi­li­tants de la lut­te an­ti-nu­cléai­re, lors des pre­miers pas des Verts, nou­vel ac­teur sur la scè­ne par­le­men­taire à par­tir de 1984.

Sur le plan ex­tra­par­le­men­taire, Théid Fa­ber, co-fon­da­teur de Jeu­nes et en­vi­ron­ne­ment, ap­pel­le en fé­vri­er 1978, lors de l’as­sem­blée gé­né­ra­le de l’or­ga­ni­sa­ti­on, à ti­rer les leçons de la lut­te me­née au­tour de Re­mer­schen et à fon­der un mou­ve­ment éco­lo­gis­te qui, tout en re­fu­sant une af­fi­lia­ti­on à tel ou tel par­ti po­li­tique, puis­se me­ner un com­bat so­cio-po­li­tique et ex­er­cer une in­flu­ence di­rec­te sur les pro­ces­sus de pri­se de dé­ci­si­on po­li­ti­ques sur le plan na­tio­nal. Un grou­pe de tra­vail en ré­sul­te, le Mou­ve­ment éco­lo­gi­que, nom que prend of­fi­ci­el­le­ment en 1981 l’an­ci­en­ne as­so­cia­ti­on Jeu­nes et en­vi­ron­ne­ment.

Les lon­gues an­nées 1960 des nou­veaux mou­ve­ments so­ci­aux ont ain­si fait naît­re une ONG ori­gi­na­le qui a réus­si mal­gré sa pro­fes­si­onna­li­sa­ti­on à res­ter fi­dè­le, dans son en­ga­ge­ment pour des cau­ses éco­lo­gis­tes dans tous les do­mai­nes de la vie po­li­tique et so­cia­le, aux val­eurs que Ro­bert Jungk (Der Atom­staat. Vom Fort­schritt in die Un­mensch­lich­keit, Mün­chen, 1977) con­sidé­rait com­me cen­tra­les en vue d’un ave­nir plus hu­main, des val­eurs qui n’ont ri­en per­du de leur ac­tua­lité: „Be­schei­den­heit, Ge­rech­tig­keit, Na­tur­ver­bun­den­heit, Schön­heits­lie­be, Ge­fühls­be­ja­hung, Par­ti­zi­pa­ti­on und Phan­ta­sie­be­frei­ung“.

Lausch­tert och dem De­nis Scu­to säi Feuille­ton op Ra­dio 100,7, all Don­nesch­deg um 9.40 Au­er (Re­dif­fu­sioun 19.20) oder am Au­dio­ar­chiv op www.100kom­ma7.lu.

Pu­b­li­ca­ti­on du CNAM avant le con­grès ex­tra­or­di­nai­re LSAP sur Re­mer­schen en no­vem­bre 1977

Newspapers in German

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.