- Pa­trick Foy, PGA Head Golf Pro­fes­sio­nal au Four Sea­sons Golf Club

Côte Nord - - SOMMAIRE -

Le dé­ve­lop­pe­ment du golf à Mau­rice né­ces­site de bons pro­fes­sion­nels. S’il y a de nom­breux étran­gers à la di­rec­tion des clubs de golf mau­ri­ciens, il est heu­reux de voir des fils du sol ve­nir éga­le­ment pro­po­ser leurs com­pé­tences. C’est le cas de Pa­trick Foy, PGA Head Golf Pro­fes­sio­nal au Four Sea­sons Golf Club at Ana­hi­ta. Après avoir quit­té l’île à l’âge de 18 mois, il est re­ve­nu à Mau­rice il y a quatre ans et de­mi, avec dans ses va­lises, des ex­pé­riences gla­nées sur quatre conti­nents.

La fa­mille Foy a sui­vi le père qui était par­ti tra­vailler au Mo­zam­bique dans le sucre puis au Ma­la­wi dans le thé, mais Pa­trick a gran­di en Afrique du Sud. Ce der­nier qui a tou­jours ai­mé le sport à l’école, n’est tou­te­fois ve­nu au golf qu’as­sez tard, à l’âge de 16 ans, au Ma­la­wi. Il est ve­nu jouer le Mau­ri­tius Open en 1994 et a joué en tant que pro­fes­sion­nel en 1998 aux USA. Pa­trick a en­suite dé­ci­dé de se spé­cia­li­ser et a fait son PGA à Jo­han­nes­burg, soit quatre ans d’études pour avoir une li­cence cou­vrant à la fois la pra­tique spor­tive, la science du jeu, l’en­sei­gne­ment et la ges­tion. « Le golf m’a em­me­né en Ecosse puis aux Etats- Unis, et les der­nières 18 an­nées en Asie, après avoir ob­te­nu mon PGA. J’ai com­men­cé à Taï­wan comme ins­truc­teur. Puis j’ai fait le Viet­nam où j’étais éga­le­ment de­ve­nu le dis­tri­bu­teur au­to­ri­sé de la marque d’équi­pe­ments de golf Ping. J’ai en­suite fait Sin­ga­pour, la Chine et la Ma­lai­sie » . Il était au Zan­zi­bar pour l’ou­ver­ture du Sea Cliff Golf Course quand il ren­contre Pe­ter Mat­ko­vitch, le de­si­gner qui a conçu le golf d’He­ri­tage et ré­cem­ment ce­lui de Mont Choi­sy. Il tra­vaillait alors sur le golf d’Ava­lon et pro­pose à Pa­trick de ve­nir faire l’ou­ver­ture. Ce­lui- ci, qui n’avait ja­mais en­vi­sa­gé de ve­nir tra­vailler à Mau­rice, ac­cepte l’offre et pas­se­ra 18 mois à Ava­lon avant de re­joindre le Four Sea­sons Golf Club at Ana­hi­ta où il se­conde Dave Usen­dorff, le di­rec­teur. De­puis son ar­ri­vée, outre la ges­tion des ac­ti­vi­tés du golf et des ser­vices of­ferts aux joueurs, Pa­trick épaule Dave dans le pro­ces­sus

d’ou­vrir le golf aux Mau­ri­ciens. « Il est triste de consta­ter qu’alors que le gou­ver­ne­ment fait tout pour in­té­res­ser les tou­ristes au golf, rien n’est fait pour en­cou­ra­ger les Mau­ri­ciens à y jouer. Pour notre part, afin de rendre le golf plus ac­ces­sible aux lo­caux, nous avons mis en place des ta­rifs mau­ri­ciens. Le club offre éga­le­ment la pos­si­bi­li­té de dé­jeu­ner et de dî­ner à des prix plus abor­dables pour les groupes » . « On es­saie éga­le­ment d’ini­tier des jeunes de la ré­gion ve­nant de mi­lieux dé­fa­vo­ri­sés. Deux jeunes à l’ave­nir pro­met­teur sont ac­tuel­le­ment spon­so­ri­sés et on es­père pou­voir conti­nuer. Par ailleurs, tout le per­son­nel qui tra­vaille dans le club, sur le golf ou le res­tau­rant ou ailleurs, re­çoit une for­ma­tion de base sur le jeu et les à- cô­tés » . Pa­trick joue tous les ma­tins avec son staff avant le dé­but du tra­vail. « C’est un mo­ment d’échange et d’ap­pren­tis­sage. Il vise à pro­vo­quer une étin­celle qui pour­ra al­lu­mer le feu du golf » .

« Il est triste de consta­ter qu’alors que le gou­ver­ne­ment fait tout pour in­té­res­ser les tou­ristes au golf, rien n’est fait pour en­cou­ra­ger les Mau­ri­ciens à y jouer.

Quant aux qua­li­tés pour être un bon gol­feur, Pa­trick avance qu’il faut

de la pa­tience et aus­si de l’in­tel­li­gence. « La ma­jo­ri­té des sports sont des sports de ré­ac­tion dans des condi­tions d’exé­cu­tion ra­pide alors qu’au golf on a beau­coup plus de temps pour bien pré­pa­rer son coup. Il faut bien en­ten­du une bonne condi­tion phy­sique et être souple, mais grâce au sys­tème de han­di­cap tout le monde peut jouer, ce qui rend le jeu so­cial » .

Newspapers in French

Newspapers from Mauritius

© PressReader. All rights reserved.