Une île qui res­pire l’hos­pi­ta­li­té

Ro­drigues vit sa vie en­core tran­quille­ment et puise son charme dans cette quié­tude que lui en­vient les autres îles de l’océan In­dien. Là- bas, l'at­ten­tion que les ha­bi­tants portent à leurs vi­si­teurs est au­then­tique comme la beau­té de leur île.

Côte Nord - - RODRIGUES -

L ’ île Ro­drigues peut s’en­or­gueillir de l’hos­pi­ta­li­té lé­gen­daire de sa po­pu­la­tion. On ne se lasse ja­mais de dé­cou­vrir cette île qui nous ra­mène dans le pas­sé et qui nous fait goû­ter sans mo­dé­ra­tion à la gen­tillesse de son peuple.

« Il faut prendre son temps pour dé­cou­vrir Ro­drigues, si l'on est trop pres­sé on ne ver­ra rien en croyant avoir

tout vu » . C’est sur ce conseil ve­nant d’un Ro­dri­guais que nous avons or­ga­ni­sé notre sé­jour dans cette île. Nous avons dé­ci­dé de mettre les ha­bi­tants de cette île au coeur de nos va­cances, car Ro­drigues ne se laisse vé­ri­ta­ble­ment ap­pré­cier que par ceux qui au­ront pris le temps de vrai­ment la dé­cou­vrir. Dans ce grand la­gon, une tra­di­tion an­ces­trale est en­core om­ni­pré­sente sur toutes les tables. Il s’agit de la pêche à l’ou­rite ( la pieuvre). Cette ac­ti­vi­té est plu­tôt fé­mi­nine et il faut ab­so­lu­ment en faire l’ex­pé­rience. Quelques femmes pro­posent aux tou­ristes de par­ta­ger un mo­ment de leur pêche, à l’ins­tar de Vir­gi­nie qui est pê­cheuse d’ou­rite de­puis de nom­breuses an­nées. Le mé­tier de pi­queuse d’ou­rite a fait le tour de sa fa­mille. Pour que ces créa­tures du la­gon ne connaissent pas le même sort que les tor­tues, les au­to­ri­tés lo­cales ont ré­gle­men­té leur pêche. Vir­gi­nie, coif­fée d’un cha­peau de paille, chaus­sée de bottes et ar­mée de sa pique, par­tage les ru­di­ments de son mé­tier à ceux qui le sou­haitent. Une fois l’avoir vé­cu, vous connaî­trez tout de cette pêche. L’ex­cur­sion de l'île aux Chats et l'île Her­mi­tage doit im­pé­ra­ti­ve­ment se faire en com­pa­gnie de To­nio Gen­til. Cet an­cien pê­cheur a su al­lier sa pas­sion pour la mer à celle de son île, puis­qu’il pro­pose des ex­cur­sions sur l’île aux chats et l’île Her­mi­tage mais aus­si des grillades pour les groupes sur la plage de Gra­vier. Son père et son grand- père étaient pê­cheurs ; To­nio a tout sim­ple­ment em­prun­té le même che­min. Cet amou­reux de Ro­drigues vous fe­ra non seule­ment dé­cou­vrir ces deux belles îles et leurs ri­chesses, mais vous trans­met­tra sa connais­sance de la mer, son ta­lent de cui­si­nier, le temps d’un bar­be­cue de lan­goustes et pois­sons fraî­che­ment pê­chés, et vous dé­voi­le­ra les se­crets de son île. Si vous ve­nez en groupe, il vous ré­ser­ve­ra une bonne sur­prise car il pro­pose aus­si une pe­tite ani­ma­tion avec une troupe met­tant les ins­tru­ments tra­di­tion­nels à l’hon­neur.

S’il y a un guide qui sau­ra vous faire suc­com­ber aux charmes de l’île Ro­drigues, c’est bel et bien Mi­lai­ne­da Édouard. Elle est guide de­puis plus de 15 ans et ac­com­pagne les tou­ristes lors des ran­don­nées, une ac­ti­vi­té très pri­sée des vi­si­teurs réu­nion­nais. Amou­reuse de sport et de na­ture, elle ne pou­vait mieux trou­ver comme mé­tier. La jeune femme dé­tient un bre­vet Fé­dé­ral d'Ani­ma­tion spé­cia­li­té Ran­don­née pé­destre de La Réu­nion. Elle est une mé­moire vi­vante de l’his­toire de son pays. Si elle pro­pose plu­sieurs cir­cuits, lon­geant la ré­gion cô­tière en pas­sant par les mon­tagnes, elle agré­mente ses sor­ties de nom­breux ar­rêts qui ra­mènent le tou­riste à l’es­sen­tiel, la ren­contre avec l’ha­bi­tant. « Je mets souvent en va­leur les gîtes, les tables d’hôtes, les bou­tiques ar­ti­sa­nales… J’aime faire dé­cou­vrir ces en­droits qui ont su conser­ver leur au­then­ti­ci­té, les mai­sons d’an­tan et les aî­nés, sans ou­blier la cui­sine de Ro­drigues et la mu­sique » . Mi­lai­ne­da en­cadre des groupes de 2 à 25 per­sonnes. Com­ment ve­nir dans cette île sans ren­con­trer une confec­tion­neuse de tourtes. C’est au mar­ché de Port Ma­thu­rin que vous pour­rez en faire la connais­sance. Ma­ry­lou en fait par­tie. Elle est d’ailleurs très connue dans son île puis­qu’elle s’est lan­cée dans cette ac­ti­vi­té en 2009 et son stand connaît un grand suc­cès. Elle pro­pose des tourtes va­riées aux fruits de sai­son : Co­co Pa­paye, Co­co Miel Li­mon, Cho­co­lat Co­co et la Tour­ti­flette : Sa­lée, vé­gé­ta­rienne. Se­lon la sai­son, vous trou­ve­rez aus­si mangue, ana­nas, goyave... Ses confi­tures sont éla­bo­rées au feu de bois à par­tir de fruits fraî­che­ment cueillis. La pause dé­jeu­ner doit obli­ga­toi­re­ment se faire Chez Perle, à Co­rail Pe­tite Butte. Elle est l’hos­pi­ta­li­té in­car­née et re­çoit ses in­vi­tés chez elle comme si elle re­ce­vait la fa­mille. Elle est une fine cui­si­nière et met à l’hon­neur la cui­sine au­then­tique ro­dri­guaise. Ce­la fait 12 ans qu’elle ac­cueille des clients chez elle. C’est une halte qui fait du bien car on ap­prend sur l’ha­bi­tant, sur leur train de vie et on vit aus­si un vrai mo­ment de par­tage. Le plat phare de cette adresse : la sa­lade d’ou­rite. ◼

Newspapers in French

Newspapers from Mauritius

© PressReader. All rights reserved.