La nou­velle des­ti­na­tion croi­sières au riche pa­tri­moine cultu­rel et his­to­rique

Côte Nord - - OCÉAN INDIEN -

Les îles de l’océan In­dien pos­sèdent cha­cune leurs charmes à nuls autres pa­reils, et par­fois, il est dif­fi­cile de faire son choix pour une des­ti­na­tion va­cances. La croi­sière est sans nul doute la meilleure so­lu­tion si on veut dé­cou­vrir la beau­té des Mas­ca­reignes.

De­puis quelques an­nées, les au­to­ri­tés tou­ris­tiques des dif­fé­rentes îles re­grou­pées au sein de l’As­so­cia­tion des îles Va­nille ont mis leurs ef­forts en com­mun afin de dé­ve­lop­per les ar­ri­vées tou­ris­tiques dans l’océan In­dien, no­tam­ment à tra­vers les croi­sières. Des ac­cords ont été si­gnés avec plu­sieurs grandes com­pa­gnies de croi­sières de re­nom avec, pour ef­fet, une aug­men­ta­tion sen­sible des voya­geurs avides de dé­cou­vrir les ri­chesses na­tu­relles et cultu­relles des dif­fé­rentes îles. Ain­si, en 2017, près de 43 000 croi­sié­ristes ont vi­si­té les îles Va­nille, contre 14 000 en 2014, ce qui, non seule­ment re­pré­sente une aug­men­ta­tion de près de 300 %. Ce qui ré­con­forte éga­le­ment Pas­cal Vi­ro­leau, Chief Exe­cu­tive Of­fi­cer des îles Va­nille, qui vise le chiffre de 50 000 croi­sié­ristes dans la ré­gion pour 2020. Les pro­grammes de croi­sières ne pré­voient, pour l’heure, que des es­cales de quelques jours, voire quelques heures dans cer­tains cas. Il n’em­pêche qu’elles donnent la pos­si­bi­li­té aux îles de se mon­trer sous leurs plus beaux jours et sus­citent chez les voya­geurs l’en­vie d’en dé­cou­vrir plus lors d’éven­tuelles fu­tures vi­sites. En plus des eaux cris­tal­lines des la­gons ou en­core des ri­chesses na­tu­relles du pa­tri­moine de cette ré­gion de l’océan In­dien, les îles offrent de grandes dif­fé­rences en termes de po­pu­la­tions et de cultures, même si elles sont proches géo­gra­phi­que­ment les unes des autres. Ce qui amène à dé­cou­vrir les his­toires pas­sion­nantes de peu­ple­ment dues aux aven­tu­riers, à l’es­cla­vage, à l’en­ga­gisme ou à l’im­mi­gra­tion éco­no­mique. C'est sans doute parce que, hor­mis Ma­da­gas­car dont le peu­ple­ment aus­tro­né­sien re­monte à 2000 avant JC, les îles ont été co­lo­ni­sées par les puis­sances eu­ro­péennes que la ma­jo­ri­té des croi­sié­ristes pro­viennent du Vieux Conti­nent. Une au­baine pour les com­pa­gnies de croi­sières qui sont de plus en plus nom­breuses à pro­po­ser les com­bi­nés in­ter îles, à l’ins­tar de la com­pa­gnie ma­ri­time nor­vé­gienne Fred Ol­sen Cruise Lines qui avait lan­cé une croi­sière spé­ciale îles de l’océan In­dien en 2016. Celle- ci a eu un tel suc­cès que 700 places avaient été ré­ser­vées sur les 800 dis­po­nibles en l’es­pace d’une jour­née. Pour faire face à la de­mande, la com­pa­gnie a dû or­ga­ni­ser deux croi­sières de plus, une pour la Mé­di­ter­ra­née, Zan­zi­bar et les îles de l’océan In­dien, et l’autre pour les îles de l’océan In­dien au dé­part du Sri Lan­ka. La com­pa­gnie Sil­ver­sea, ba­sée à Mo­na­co, a, de son cô­té, in­di­qué que son na­vire d'ex­pé­di­tion - The Sil­ver Dis­co­ve­rer - se­rait dé­sor­mais ba­sé dans l'océan In­dien pour un cer­tain nombre de voyages in­ter­îles. Po­nant, lea­der mon­dial de l’ex­pé­di­tion de luxe, a éga­le­ment an­non­cé que ses na­vires jet­te­raient l’ancre dans la ré­gion à par­tir de cette an­née. La com­pa­gnie al­le­mande Ai­da a aus­si lan­cé huit ro­ta­tions dans les îles Va­nille avec son na­vire, Ai­da Au­ra, qui peut trans­por­ter jus­qu’à 1300 pas­sa­gers. Plu­sieurs autres com­pa­gnies telles que Prin­cess, MSC, Ha­pag- Lloyd, Noble Ca­le­do­nia, Phoe­nix et Sea­bourn par­courent éga­le­ment les eaux des mas­ca­reignes, mais la plus pré­sente reste Cos­ta Croi­sières qui trans­porte 80% des croi­sié­ristes dans la ré­gion. D’ailleurs, pour cette sai­son, elle a pré­vu dix croi­sières dans dans la ré­gion, entre oc­tobre 2018 et mars 2019, avec un nou­veau pa­que­bot deux fois plus grand que son pré­dé­ces­seur, le Cos­ta Vic­to­ria, qui a une ca­pa­ci­té d’ac­cueil de 2100 pas­sa­gers. De nom­breuses me­sures ont été prises par les îles de l’océan In­dien pour pro­mou­voir et com­mer­cia­li­ser de fa­çon dy­na­mique la ré­gion à tra­vers le monde. En dé­cembre der­nier, une conven­tion de par­te­na­riat a été si­gnée par l’or­ga­ni­sa­tion des îles Va­nille et l’As­so­cia­tion des Ports des îles de l’océan In­dien ( APIOI), qui re­groupe les ports de Ma­da­gas­car, Mau­rice, Mayotte, Seychelles, Comores et La Réu­nion. Ce­la, afin que tous les ac­teurs tra­vaillent en­semble in­tel­li­gem­ment et de fa­çon concer­tée vers le même ob­jec­tif. Grâce au dy­na­misme de son port, Mau­rice es­père de­ve­nir le point d’an­crage des croi­sières dans la ré­gion. Ain­si, la construc­tion d’un nou­veau ter­mi­nal de croi­sières à Les Sa­lines est pré­vue pour bien­tôt. Ce­lui- ci abri­te­ra des comp­toirs, un es­pace pour ac­cueillir les voya­geurs, des es­paces com­mer­ciaux, des bu­reaux, une salle d’at­tente pour l’em­bar­ca­tion ain­si que des aires de sta­tion­ne­ment, a an­non­cé le mi­nistre du Tou­risme, Anil Gayan. Se­lon lui, l’em­pla­ce­ment géo­gra­phique et stra­té­gique, sa connec­ti­vi­té aé­rienne flexible, ses nom­breux hô­tels et ser­vices, de­vraient per­mettre à l’île Mau­rice de de­ve­nir la porte d’en­trée des croi­sières dans la ré­gion. Ce dé­ve­lop­pe­ment de­vrait néan­moins être bé­né­fique à toutes les autres îles qui de­vien­draient du coup plus ac­ces­sibles pour les voya­geurs au- de­là de la ré­gion océan In­dien. ◼

Newspapers in French

Newspapers from Mauritius

© PressReader. All rights reserved.