Voyage sen­so­riel au Cinq Mondes Spa

Côte Nord - - SUGAR BEACH, A SUN RESORT - In­fos et ré­ser­va­tions : + 230 403 3300 in­fo@ su­gar­bea­chre­sort. mu

Sur l’une des plus belles plages de l’île, face à des cou­chers de so­leil chaque soir plus éblouis­sants que la veille, le Su­gar Beach offre un sé­jour hô­te­lier dans un cadre de vie de plan­ta­tion ty­pique de l’île Mau­rice d’au­tre­fois. Au coeur de cet hô­tel du groupe Sun Re­sorts, le Cinq Mondes Spa est le re­fuge pour des mo­ments de bien- être re­vi­ta­li­sants ou éner­gi­sants, es­sen­tiels pour que l’ex­pé­rience des va­cances soit com­plète et in­ou­bliable. Le Cinq Mondes Spa vous pro­pose un voyage sen­so­riel qui vous trans­porte dans des lieux dont l’évo­ca­tion même est sy­no­nyme de bien- être : Ba­li, Ma­roc, Ja­pon, Po­ly­né­sie ou en­core Ban­ga­lore, pour n’en ci­ter que quelques- uns. « Nous sommes par­ti­cu­liè­re­ment ra­vis de faire par­tie des 14 Spas sous l’en­seigne Cinq Mondes et nous pro­po­sons l’in­té­gra­li­té de la carte des soins Cinq Mondes est pro­po­sée. Nos thé­ra­peutes bé­né­fi­cient d’une for­ma­tion ap­pro­fon­die sur toutes les tech­niques et soins de Der­ma­punc­ture ® Cinq Mondes. L’ex­cel­lence des éta­blis­se­ments Cinq Mondes a fait l’ob­jet de ré­com­penses pres­ti­gieuses, no­tam­ment le La­bel Spa A ou l’At­tes­ta­tion d’Ex­cel­lence Tri­pAd­vi­sor. Par ailleurs, nos pro­duits qui contiennent uni­que­ment des ac­tifs d’ori­gine bio­lo­gique ou na­tu­relle, sont sans pa­ra­ben ou phé­noxyé­tha­nol, sans si­li­cone ni huile mi­né­rale, sans co­lo­rant ar­ti­fi­ciel et tes­tés sous contrôle der­ma­to­lo­gique. Ils sont re­con­nus pour leur qua­li­té et

leurs bien­faits. Ain­si, le soin- mas­sage dé­tox Uda­rabhyan­ga a été sa­cré au Grand Prix du Bien- être Ma­rie France au mois de mai, alors que la Crème de Sham­pooing Ré­pa­ra­trice aux Plantes Ayur­vé­diques a rem­por­té l’Os­car 2018 du meilleur pro­duit ca­pil­laire

en Ins­ti­tut/ Spa dé­cer­né par Cos­mé­tique Mag » , dé­clare fiè­re­ment Bi­na Da­by, ma­na­ger du spa de­puis main­te­nant onze ans. La re­con­nais­sance de la qua­li­té des soins et pro­duits de Cinq Mondes est l’abou­tis­se­ment de la pas­sion de Na­tha­lie et Jean- Ma­rie Poi­roux pour les mé­de­cines tra­di­tion­nelles et la cos­mé­tique. Pour ce­la, ils ont par­cou­ru le monde à la re­cherche des ri­tuels de beau­té par­fois mil­lé­naires. « Nous tra­vaillons se­lon la Bous­sole

Cinq Mondes qui se dé­cline ain­si : éco- en­ga­ge­ment, dié­té­tique de la peau, der­mo­punc­ture et sen­so- thé­ra­pie. Ce qui dif­fé­ren­cie les soins Cinq Mondes des autres soins clas­siques, c’est la mé­thode Der­ma­punc­ture ima­gi­née par Na­tha­lie Bou­chon Poi­roux. Cette mé­thode per­met d’agir sur des points clés d’éner­gie vi­tale du vi­sage et du corps, grâce à la pulpe des doigts » ,

ex­plique Mme Da­by. « Grâce à une for­ma­tion d’ex­cel­lence conti­nue et un sens de l’écoute pro­non­cé, nos pra­ti­ciens peuvent sa­tis­faire vos at­tentes et vous ap­por­ter la dé­tente et la sé­ré­ni­té re­cher­chées. Il vous suf­fit de fer­mer les yeux et de lâ­cher prise » . Nous avons sui­vi ce conseil et nous nous sommes lais­sé gui­der par les dif­fé­rents thé­ra­peutes qui nous ont pris en charge. Après le ri­tuel de l’ac­cueil avec un thé vert, nous sommes di­ri­gés vers le ham­mam. Ou­bliez les clas­siques ca­bines de 12 à 15 m ² ! Ici c’est un vrai ham­mam dans la tra­di­tion du Magh­reb, im­mense, avec des tables chauf­fantes, à la dé­co­ra­tion épu­rée et une grande fresque en mo­saïque de fran­gi­pa­niers, une fleur qui sent bon l’île Mau­rice. C’est le plus grand ham­mam de l’île et sans doute dans l’océan In­dien, nous as­sure- t- on. Nous en­chaî­nons avec le tout nou­veau bain ja­po­nais, aus­si ap­pe­lé ofu­ro. À la dif­fé­rence des bai­gnoires à re­vê­te­ment en cé­ra­mique, celle- ci en cèdre rouge donne une dou­ceur agréable au tou­cher. La thé­ra­peute nous in­vite à choi­sir une cou­leur qui tra­duit notre état d’es­prit du mo­ment. C’est cette cou­leur qui va dé­ter­mi­ner l’huile es­sen­tielle pour le bain, le « Ri­tuel

de Kyo­to » . As­so­ciées à la cou­leur verte, les fra­grances raf­fi­nées et dy­na­mi­santes de l’ab­so­lu de rose et l’huile es­sen­tielle de gingembre ré­pondent à un be­soin éner­gé­tique de re­nou­veau et de re­nais­sance. Elle nous ré­cite en­suite un pe­tit poème qui nous trans­porte sur un nuage… vert. Nous nous en­fon­çons dans un bain re­cou­vert de pé­tales de roses, la classe tout sim­ple­ment. S’en­suit un pe­tit mas­sage du cuir che­ve­lu, 20 mi­nutes de re­laxa­tion et on ter­mine par un gom­mage « Ri­tuel des îles po­ly­né­siennes » . Puis, douche, pause thé et re­tour sur la table de mas­sage pour un ri­tuel po­ly­né­sien su­blime, hé­ri­té des gué­ris­seurs de Po­ly­né­sie et ins­pi­ré du Lo­mi- Lo­mi, uti­li­sant les pres­sions et mou­ve­ments longs et conti­nus à l’aide des avant- bras. En­fin, un soin- mas­sage Ko Bi Do, lif­tant et re­pul­pant pour le vi­sage. Ce soin

« antirides » agit sur l’en­semble du vi­sage et du cou, à tra­vers des ma­noeuvres pro­fondes pour re­trou­ver une peau to­ni­fiée, lisse et re­pul­pée. Nous avons per­du des rides mais aus­si des an­nées. À la fin de cette jour­née, c’est une vé­ri­table cure de jou­vence que nous avons ex­pé­ri­men­tée. À re­faire !

Newspapers in French

Newspapers from Mauritius

© PressReader. All rights reserved.