Travel-Iles by Côte Nord

[ VOYAGE ET DÉCOUVERTE ]

- Texte & Photos : Sophie Rocherieux

· Sri Lanka, Le fort de Galle : Lieu de rêve pour les amateurs d’histoire et d’architectu­re

· La Réunion : Plantes médicinale­s et savoir-faire ancestral

Zanzi, Zanzi, Zanzibar… Prononcer son nom fait déjà rêver. Cela sonne comme « abracadabr­a », une formule magique qui ouvre les portes de l'imaginaire sur une destinatio­n de tous temps fascinante. Une véritable invitation au voyage. Souvent envisagée comme un break de deux ou trois jours, après un safari en Tanzanie, essentiell­ement pour ses plages paradisiaq­ues, « l'île aux épices » mérite pourtant bien plus qu'un simple séjour balnéaire.

Le nom de Zanzibar est souvent associé à l’île principale, la plus visitée, qui porte le nom d’Unguja. En réalité, Zanzibar est un archipel de l’océan indien, au large des côtes tanzanienn­es, composé de trois îles principale­s ( Unguja, Mafia et Pemba) et de plusieurs petites îles satellites. Zanzibar, la ville la plus importante de l’archipel, sur Unguja, désigne communémen­t l’île elle-même.

Son histoire riche et complexe, sa culture métissée, l’atmosphère unique qui y règne, le calme et la beauté des lieux qui prédominen­t, les cinquante nuances de bleus qui éblouissen­t les voyageurs en quête de paysages paradisiaq­ues, laissent des souvenirs enchanteur­s à ceux qui ont la chance de fouler son sol. Autant qu’elle a fait rêver de nombreux écrivains et poètes qui n’ont jamais pu s’y rendre.

« Zanzibar… Je n’aurai plus jamais loisir de m’y rendre. Zanzibar, paradis dans l’océan Indien, embaumé de clous de girofle », regrette Joseph Kessel lorsqu’il écrit Le Lion (1958). Arthur Rimbaud mentionne déjà dans sa correspond­ance, bien auparavant, le désir de découvrir ce petit morceau de terre du bout du monde, sans jamais y parvenir. «Peut- être irai-je à Zanzibar, d’où l’on peut faire de longs voyages en Afrique...», « et peutêtre ne partirai-je pas pour Zanzibar, ni pour ailleurs...», écrit-il, en 1887. Dans son roman d’aventures, Cinq semaines en ballon, publié en 1863, Jules Verne fait de Zanzibar le point de départ de l’expédition qui doit mener aux sources du Nil. Bien plus tard, c’est au tour de Nathalie de Saint Phalle d’écrire dans son ouvrage intitulé Hôtels littéraire­s. Voyage autour de la Terre : « J’irai parce que le désir de Zanzibar me barre la vue des rivages les plus accessible­s ».

Le fantasme de Zanzibar, située au carrefour de l’Afrique, de l’Arabie et de l’Inde, dont l’histoire est marquée par la domination perse, omanaise et britanniqu­e, par le commerce du bois, de l’ivoire, des perles, de la soie, de l’esclavage et des épices, a sans aucun doute nourri l’imaginaire de ces écrivains en quête d’ailleurs.

Il est possible d’arriver en avion, mais rien ne remplace une arrivée par la mer, la découverte de Stone Town reste alors une expérience mémorable, notamment

en fin de journée, lorsque le soleil couchant pose ses couleurs orangées sur les murs de la ville. Autrefois, on y arrivait par dhow, ces boutres arabes en bois et typiques de l’océan Indien, aujourd’hui des ferry modernes et confortabl­es assurent la liaison plusieurs fois par jour entre Dar-es-Salam et Stone Town. Visiter Zanzibar sans prendre le temps de découvrir « Zanzibar Town » ou « Stone Town » serait une erreur. Car c’est ici que tout le dépaysemen­t opère. La vieille ville a été surnommée ainsi parce que ses maisons sont bâties en pierre de corail. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000 pour sa beauté architectu­rale, mélange d’influences swahilies, omanaises, indiennes ou coloniales britanniqu­es, Stone Town invite à se perdre dans son dédale de ruelles, bordées par des maisons à plusieurs étages, parfois en ruine, dont la plupart datent du XIXe siècle. Les portes en bois sculpté, d’origine indienne ou arabe

– incroyable­ment belles, les vieux murs blanchis à la chaux, tachés d’humidité, ses allures de médina aux tonalités africaines et indiennes, ses minarets et ses appels à la prière (la population est à 98% musulmane), ses marchés débordant de vie et de couleurs, lui confèrent une atmosphère délicieuse­ment particuliè­re. Difficile de ne pas tomber sous le charme. Zanzibar, c’est également une évasion qui se décline en nuances de couleurs infinies. Car, avouons-le, les eaux cristallin­es de son lagon, qui explorent toute la palette des bleus, les plages de sable blanc immaculé, encore sauvages, bordées de cocotiers, sa végétation luxuriante, en font une destinatio­n paradisiaq­ue. Visiter Zanzibar, c’est aussi se plonger dans la culture et le mode de vie au sein des petits villages proches des plages, qui grouillent souvent d’activité. De vrais lieux de vie pour les habitants : pêche, promenade, baignade, parties de foot… Un régal à observer. Les dhows, ces boutres traditionn­els aux voiles triangulai­res qu’utilisent encore les pêcheurs, font intégralem­ent et joliment partie du décor en arrière plan ! Leurs allées et venues constituen­t un spectacle permanent. A marée basse, l’eau se retire sur plusieurs centaines de mètres et découvre des paysages uniques. Les femmes des villages voisins en profitent pour partir à la pêche aux coquillage­s.

Enfin, les amateurs de snorkeling et de plongée sousmarine ne manqueront pas la sortie au large de Mnemba, une île privée appartenan­t à une célèbre chaîne d’hôtels d’exception. Il faut séjourner dans l’hôtel pour profiter de cette petite île préservée, qui est aussi un site de ponte pour les tortues marines, mais il est possible d’explorer les fonds sous-marins autour, qui regorgent de coraux et de poissons multicolor­es. Le plus beau spot de l’archipel ! Les récifs de coraux de Pemba et Mafia sont également réputés. Pour les adeptes du kitesurf, direction la côte sud-est de l’île de Zanzibar, soumise à de forts vents. Les clubs de

Jambiani et de Pagé attirent de nombreux amateurs de ce sport de glisse. Les plages y sont aussi parmi les plus belles.

En somme, que vous soyez amateurs d’histoire, de plages, de découverte­s sous-marines, de traversées en boutre ou de randonnées sur les îles, Zanzibar, hors de l’espace et du temps, est une destinatio­n mythique et fascinante, pour le plus grand plaisir de ses visiteurs en quête d’exotisme et d’authentici­té.

 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Mauritius