Monaco-Matin

La Transam Euro Racing débarque au Castellet

- G. L.

Dès le premier regardposé sur ses galbes « bodybuildé­s », on devine d’où elle vient. Et dès que son V8 6,2 litres égaye les tympans, le doute n’est plus permis. De passage récemment au Castellet pour se présenter aux médias et séduireque­lques clients potentiels, la Transam Euro Racing est une vraie bêtedecour­se « made in USA ». Un « muscle car » qui part à la conquête du Vieux Continent. « Là-bas, cette série existe depuis plus de cinquante ans » , confie Eric VandePoele, l’ancien pilote de F1 et quintuplev­ainqueurde­s 24 Heures de Spa coiffant aujourd’hui la double casquette d’ambassadeu­r et d’importateu­r pour le Benelux. « Il s’agit du championna­t le plus stable au niveau du règlement. J’ai découvert la voiture en disputant une course outre-Atlantique. Aux ÉtatsUnis, Transam en produit une soixantain­e par an. La faire venir ici telle quelle, sans aucune modificati­on, c’est une super idée. »

 chevaux en glisse

Déjà implantée en Australie et dans les pays nordiques, la « Ricaine » pur jus débarqueàp­résent chez nous. « Bien sûr, elle ne possède aucune assistance au pilotage, ni ABS, ni antipatina­ge » , poursuit le démonstra- teur belge ayant lui même baptisé le modèle d’essais l’an dernier lors d’une manche du championna­t d’Espagne GT. « Le châssis et le moteur sont identiques pour tout le monde. La seule variante concerne la carrosseri­e. On peut choisir la FordMustan­g, la Chevrolet Camaro ou la Dodge Challenger. En piste, il y a 525 chevauxàma­îtriser. Chaussée de pneus américains Hoosier, elle glisse facilement mais se montre docile, grâce à une plage d’utilisatio­n assez large. Par rapport à la voiture des NASCAR Whelen Euro Series, celle-ci est plus développée, plus aboutie. Pour un coût somme toute raisonnabl­e car c’est quatre à cinq fois moins cher qu’une GT3. » Chaque meeting comprendra trois courses : deux sprints de 30 minutes et une endurance d’une heure. Un format permettant de rouler seul ou de partager le volant à deux. Le top départ? Il est fixé en avril à Barcelone, avec huit étapes ins- crites au calendrier. Dont une sur le circuit Paul-Ricard en préambule du Grand Prix camions (2-4 juin).

 ?? (Photo Eric Damagnez) ?? Testée et approuvée par Eric Van de Poele, la Transam Euro Racing - ici en mode Mustang - part à la conquête duVieux Continent.
(Photo Eric Damagnez) Testée et approuvée par Eric Van de Poele, la Transam Euro Racing - ici en mode Mustang - part à la conquête duVieux Continent.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco