Der­niers dé­parts pour les ba­teaux  % éco­los

Les 30 em­bar­ca­tions par­ti­ci­pant au So­lar & Ener­gy Boat Chal­lenge or­ga­ni­sé par le Yacht-club de Mo­na­co se sont élan­cées hier pour des épreuves de vi­tesse et d’en­du­rance

Monaco-Matin - - Monaco - ELO­DIE AN­TOINE

Sur le plan d’eau mo­né­gasque, sous une cha­leur écra­sante, on ac­cé­lère la ca­dence. Les équipes ori­gi­naires de toutes parts (In­do­né­sie, Por­tu­gal, Hon­grie, Bel­gique…) sont à pied d’oeuvre pour ef­fec­tuer les der­niers ré­glages avant le dé­but de l’épreuve du re­cord de vi­tesse de l’après­mi­di. Pour tous, le mo­ment est ve­nu d’ex­pé­ri­men­ter les pro­to­types sur les dif­fé­rentes épreuves de vi­tesse et d’en­du­rance de cette 5e édi­tion du So­lar & Ener­gy Boat Chal­lenge or­ga­ni­sé par le Yacht­club de Mo­na­co.

Pro­blème d’au­to­no­mie de bat­te­rie

Hier ma­tin, après un brie­fing des pi­lotes, la com­pé­tions pou­vait com­men­cer. Cer­tains ont réa­li­sé la course de flotte lors de la­quelle ils de­vaient réa­li­ser un cer­tain nombre de tours dans un temps im­par­ti. D’autres ont par­ti­ci­pé à la course d’en­du­rance Mo­na­co-Vin­ti­mille-Mo­na­co. L’équi­page du team Mo­na­co – Saint-Tro­pez ins­crit dans la ca­té­go­rie ener­gy class, dont Ni­co­las Mi­la­ne­sio, le seul pi­lote mo­né­gasque, fait par­tie, a re­joint l’Ita­lie. Mal­heu­reu­se­ment, le ba­teau so­laire Dans la ca­té­go­rie ener­gy class, les étu­diants et in­dus­triels ont confec­tion­né leur propre sys­tème de pro­pul­sion. (Pho­tos Cé­line Bré­gand)

de type ca­ta­ma­ran et son oc­cu­pant n’ont pas pu ter­mi­ner la course. «Nous avons eu un pro­blème d’au­to­no­mie de bat­te­rie. On n’a pas réus­si à re­char­ger en même temps que nous avan­cions. Nous avons tout de même par­cou­ru

4000 nau­tiques, à sa­voir 8 km, en 43 mi­nutes et 15 se­condes. Le but est de mon­trer qu’on peut par­cou­rir une bonne dis­tance avec peu d’éner­gie. Concer­nant les ba­teaux, il reste tou­jours des choses à amé­lio­rer », pré­cise

Ni­co­las Mi­la­ne­sio. Après avoir re­char­gé les bat­te­ries, la com­pé­ti­tion doit re­prendre ce ma­tin à 10h, avec les qua­li­fi­ca­tions du sla­lom ré­ser­vées aux ca­té­go­ries ener­gy class et so­lar class et le dé­part de la

course d’en­du­rance Mo­na­co-Vin­ti­mille-Mo­na­co ré­ser­vée, cette fois, aux off­shore class. Il s’agit là, de ba­teaux ac­ces­sibles sur le mar­ché ou en de­ve­nir. « L’épreuve la plus spec­ta­cu­laire c’est la vi­tesse, car avec l’en­du­rance on est plus dans le sus­pense, fait re­mar­quer Jé­ré­my La­guar­rigue, ré­fé­rent scien­ti­fique du team Mo­na­co-Saint Tro­pez. Les concur­rents partent côte à côte, l’un va ef­fec­tuer une boucle tan­dis que l’autre fe­ra le sla­lom et in­ver­se­ment. C’est une épreuve à éli­mi­na­tion di­recte. » Les fi­nales de ce grand spec­tacle au­ront lieu à 14 h pour l’ener­gy class et 15 h pour la so­lar class.

Le yach­ting de de­main

Toutes les épreuves ter­mi­nées, à 16 h, l’Union in­ter­na­tio­nale mo­to­nau­tique (UIM) or­ga­nise, comme à son ha­bi­tude, un work­shop in­ter­na­tio­nal dé­dié à l’en­vi­ron­ne­ment et aux sports mo­to­nau­tiques, en pré­sence de re­pré­sen­tants des grandes ins­tances et fé­dé­ra­tions spor­tives in­ter­na­tio­nales. Du­rant cet évé­ne­ment unique au monde, dont les maîtres mots sont présentation, com­pé­ti­tion, in­no­va­tion et sen­si­bi­li­sa­tion, tous ont par­ti­ci­pé à construire le yach­ting de de­main et ré­pondre aux en­jeux éner­gé­tiques et en­vi­ron­ne­men­taux des in­dus­tries nau­tiques et ma­ri­times.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.