« On veut la ra­me­ner »

An­toine Griez­mann est ap­pa­ru dé­ten­du et dé­ter­mi­né à deux jours de la fi­nale face à la Croa­tie, di­manche à Mos­cou. « Gri­zou » rêve de mar­cher sur les traces de Zi­zou, vingt ans après

Monaco-Matin - - Sports - VINCENT MENICHINI, À IS­TRA

Avez-vous conscience que votre vie peut chan­ger en cas de vic­toire ?

Je sais que ça peut chan­ger beau­coup de choses. Mais on ne pense pas à lun­di, on pense sur­tout à se pré­pa­rer. Il fau­dra être prêt. J’ai dé­jà un peu vi­sua­li­sé cette fi­nale. C’est un rêve d’en­fance. J’ai en­vie d’y être, juste en­vie de la sou­le­ver, peu im­porte que je marque ou pas ou la ma­nière. Je re­vois des images de , il y a des images et des pho­tos. Chez moi à Mâ­con (Saône-et-Loire), c’était n’im­porte quoi. On es­père of­frir de nou­veau ce­la aux Fran­çais. On sait qu’on est at­ten­dus. On veut leur ra­me­ner la coupe.

Ai­mez-vous l’es­prit de sa­cri­fice qui anime les Bleus et qui doit vous rap­pe­ler ce que vous connais­sez à l’At­lé­ti­co ? On s’est dit qu’il fal­lait un bloc so­lide et dur à battre. Et on est de­ve­nu une équipe dure à battre.

On vous voit dé­sor­mais re­ca­drer vos partenaires dé­fen­si­ve­ment. C’est aus­si l’hé­ri­tage de votre coach en club Die­go Si­meone ? Je tra­vaille avec le meilleur en­traî­neur dé­fen­si­ve­ment, donc j’es­saie de leur ap­prendre des trucs, des pe­tites as­tuces et des conseils. Comme eux peuvent aus­si m’ap­prendre des trucs of­fen­si­ve­ment.

Il a fal­lu les convaincre de faire ce tra­vail ? Non, je n’ai pas trop es­sayé de les convaincre. Mais si Ky­lian et Olive me voient dé­fendre dans ma sur­face, ils peuvent se dire « pour­quoi pas moi ? ». La dé­fense pour nous c’est le plus im­por­tant, parce qu’après on sait qu’of­fen­si­ve­ment, on peut mettre un but à n’im­porte quel mo­ment. Comme moi sur une pe­tite fo­lie, comme ça m’ar­rive de temps en temps. Vous avez été le hé­ros et le meilleur bu­teur de l’Eu­ro . Dé­sor­mais, vous jouez plus bas et vous mar­quez moins. Ce­la vous contra­rie ? En étant meilleur bu­teur on a per­du, donc je me dis que je vais mettre moins de buts pour voir si on la gagne (rires). Si je marque tant mieux, mais je pense plus à l’équipe.

Avez-vous le sen­ti­ment que Des­champs a chan­gé du­rant la com­pé­ti­tion ? Il est res­pec­té parce qu’il a ga­gné, il connaît le che­min pour y ar­ri­ver. Il a fait des choix forts avec Lu­cas (Her­nan­dez) ou Ben­ja­min (Pa­vard). Il a chan­gé après l’Ar­gen­tine. La pres­sion est alors re­des­cen­due, ça nous a fait du bien à tous. Il pré­pare bien ses matchs.

Com­ment ju­gez-vous l’évo­lu­tion de votre ami Paul Pog­ba du­rant la com­pé­ti­tion ? Le fait qu’il soit ca­pi­taine à Man­ches­ter Uni­ted l’a ai­dé. Il s’est plus ou­vert au ves­tiaire, il parle plus. Il sa­vait ce qui l’at­ten­dait ici. Sur le ter­rain, il n’a pas beau­coup chan­gé, il tra­vaille, il fait tour­ner la balle.

Est-ce que la pré­sence de Mbap­pé fait évo­luer votre jeu et ce­lui des Bleus ? Ky­ky nous fait du bien sur son cô­té, on l’a vu au bout de  se­condes contre la Bel­gique où tout le monde est froid et lui est ca­pable de faire une ac­cé­lé­ra­tion comme ça et de trans­per­cer les lignes. J’es­père qu’on ver­ra un grand Ky­ky en fi­nale.

De­puis plu­sieurs jours, vous n’hé­si­tez plus à cla­mer votre amour pour la France, votre es­prit pa­trio­tique… Il faut être fier d’être Fran­çais, on le dit très peu. On est bien en France, on mange bien, c’est un beau pays. On a une belle équipe de France, des beaux jour­na­listes. Il faut être fier d’être Fran­çais. Je veux dire à quel point je le suis.

Je m’en fous du jeu qu’on fait si on a l’étoile. ”

Thi­bault Cour­tois, le gar­dien belge, n’a pas hé­si­té à cri­ti­quer le jeu que vous pra­ti­quiez… Je m’en fous du jeu qu’on fait si on a l’étoile (sou­rire). Lais­sez ça à Cour­tois. Il a été cham­pion à l’At­lé­ti­co Ma­drid, il pense qu’il joue comme le Bar­ça avec Chel­sea ? Je m’en fiche de ce qu’il dit.

Le Mâ­con­nais, sou­riant, a ren­du hom­mage à Phi­lippe Tour­non, chef de presse des Bleus qui pren­dra sa re­traite après le Mon­dial.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.