L’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle comme chez elle à So­phia

Le Dé­par­te­ment a inau­gu­ré hier la pre­mière « Mai­son de l’IA » en France. Ob­jec­tif : ex­pli­quer et maî­tri­ser cette tech­no­lo­gie. Ana­lyse vi­déo, aide à la per­sonne, aux voyages... Vi­site gui­dée

Monaco-Matin - - Côte D’azur - CH­RIS­TOPHE CIRONE cci­rone@ni­ce­ma­tin.fr

De l’in­no­va­tion, des ou­tils nu­mé­riques, quelques sou­rires et une bonne dose de ma­tière grise. Tel est le cock­tail qui at­tend le vi­si­teur dans la flam­bant neuve « Mai­son de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle ». Inau­gu­ré hier à So­phia An­ti­po­lis, au 1361 route des Lu­cioles, cet es­pace tour­né vers le fu­tur se pré­sente comme une pre­mière en France. Et un mo­tif de fier­té pour l’in­no­va­tion sur la Côte d’Azur. Le dé­par­te­ment des Al­pesMa­ri­times, avec son pré­sident Charles-Ange Gi­né­sy, a in­ves­ti un mil­lion d’eu­ros pour ré­amé­na­ger ces lo­caux du CNRS. Il les met gra­cieu­se­ment à dis­po­si­tion de fleu­rons du nu­mé­rique et de start-up four­millant d’idées. Ob­jec­tif : mieux com­prendre l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, l’ex­pli­quer au pu­blic, mais aus­si pré­ve­nir ses dé­rives. Vi­site gui­dée du monde de de­main.

L’ana­lyse vi­déo

Ana­ly­ser les flux de vé­hi­cules, de per­sonnes, ou même d’ani­maux, pour « mettre cette science au ser­vice de l’homme » : c’est l’am­bi­tion de Vi­de­tics. Cette start-up tra­vaille dé­jà avec la ville de Cannes, pour lui per­mettre de mieux ap­pré­hen­der les flux au­to­mo­biles ou pié­tons, à base de mé­ta­don­nées. Dans la même pièce, Te­tris et le conseil dé­par­te­men­tal montrent comment, à l’aide d’un mar­queur nu­mé­rique, on trace une ligne de comp­tage pour ana­ly­ser les flux de vé­hi­cules à l’en­trée d’un tun­nel. L’IA se charge de les iden­ti­fier par ca­té­go­rie. Chez ESI, les res­pon­sables pré­sentent di­verses fa­cettes de la vi­déo­sur­veillance : ana­lyse ther­mique du corps hu­main, points de re­pères sui­vant ses mou­ve­ments, flou­tage de vi­sages en di­rect, re­con­nais­sance des at­tri­buts d’un pas­sant... dont la pers­pi­cace IA par­vient à éva­luer l’âge.

La da­ta au ser­vice des pro­fes­sion­nels

Cer­tains pro­fes­sion­nels l’ont dé­jà adop­té. Ci­tys­can, ou­til nu­mé­rique créé par Ki­nexia, per­met d’ana­ly­ser le mar­ché im­mo­bi­lier, d’une ville et d’une adresse à l’autre. Des di­zaines d’in­di­ca­teurs sont croi­sés pour éva­luer les prix en vi­gueur, en te­nant compte de la proxi­mi­té des écoles, des trans­ports... Sans ou­blier la qua­li­té de l’air, éva­luée grâce aux cartes de la pol­lu­tion sur une an­née.

Une in­vi­ta­tion au voyage en ligne

Le géant Ama­deus montre comment l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, dans le do­maine du voyage, « peut ré­soudre un cer­tain nombre de pro­blèmes, ai­der à com­prendre les mo­ti­va­tions des voya­geurs pour an­ti­ci­per leurs ac­tions, sans les inon­der de pu­bli­ci­tés in­adap­tées », ex­plique Ni­co­las Hau­viller, res­pon­sable in­no­va­tion dans le la­bo­ra­toire de re­cherche de l’IA. Ob­jec­tif : li­mi­ter la place des aléas. Et sur­tout, mieux les an­ti­ci­per.

L’as­sis­tance aux per­sonnes di­mi­nuées

Per­mettre aux mal­voyants de lire le monde en­vi­ron­nant : c’est le dé­fi re­le­vé par la start-up B2Bot. Son sys­tème d’au­dio­des­crip­tion en temps réel conver­tit les images en phrases, pour les dire à l’oreille de la per­sonne. Il « met des mots sur ce que l’on voit, ou que l’on de­vrait voir », ré­sume son pré­sident Fran­çois Ba­daud. De son cô­té, le mas­to­donte IBM pré­sente ses avan­cées sur un ter­rain inattendu : l’ac­com­pa­gne­ment des per­sonnes âgées, à l’aide de mul­tiples cap­teurs.

 Et même quelques grammes de dou­ceur

Il lance des pe­tits cris d’aise, ré­agit à l’in­ten­si­té des ca­resses et vous re­garde avec de pe­tits yeux d’amour. Voi­ci Pa­ro, cra­quant bé­bé phoque ra­me­né du Ja­pon par In­no3Med. «Ce ro­bot y a été con­çu pour pal­lier l’ab­sence d’ani­maux dans les éta­blis­se­ments de soins, in­dique Car­la Ros­si­ni. Il a un vrai im­pact sur l’an­xié­té. Il n’est pas là pour rem­pla­cer les chiens ou chats, mais pour apai­ser. » Le fu­tur s’écrit par­fois en dou­ceur.

À la Mai­son de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, le ro­bot-phoque Pa­ro co­ha­bite avec les in­no­va­tions si­gnées BBot ou Te­tris. (Pho­tos Dy­lan Meiffret)

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.