Monaco-Matin

Dans le haut Var, les maires des villages sont inquiets

- JÉRÉMY PASTOR

Une odeur de soufre et de brûlé planait sur Aiguines hier. Depuis samedi, la commune en bord du lac de Sainte-Croix était menacée par le violent incendie de Canjuers qui a ravagé plus de 1 800 hectares. « Quand le vent a tourné vers le nord dimanche et que le feu menaçait de franchir la crête du Grand Margès, cela nous a vraiment inquiétés », raconte Charles-Antoine Mordelet, le maire. « Là, ils ont mis le paquet avec six Canadair et deux Dash 8 en rotation ininterrom­pue jusqu’à plus de 21 heures. »

Sur place l’incompréhe­nsion règne. « Comment est-ce possible de tirer alors qu’on vit une sécheresse inédite depuis le mois de décembre ? », s’interroge une riveraine alors qu’un hélicoptèr­e de largage des pompiers passe dans le ciel au loin.

« Je suis très content de la présence des militaires sur notre territoire, et je ne suis pas antimilita­riste, mais il est clair qu’il y a eu un manque de bon sens », déplore l’édile aiguinois se voulant mesuré.

« La préfecture nous demande de ne rien faire en cas d’alerte, ni barbecue, ni balades dans les massifs et eux tirent. C’est incohérent. »

« On est au courant de pas grand-chose »

D’autres maires des villages alentours sont outrés par ce qu’il se passe. «Ce qui me dérange le plus, c’est qu’on est au courant de pas grand-chose », regrette Raymond Gras, maire de Montferrat, village porte d’entrée du camp de Canjuers. «Il serait bon que l’armée s’adapte aussi au contexte climatique, estime-t-il.

Même son de cloche pour Émile Calchiti, maire de Bauduen. « Nous ne savons pas grand-chose de ce qu’il se passe ; que les militaires aient la politesse de nous le dire », regrette-t-il de la Grande Muette. « D’autant plus qu’en tant que maires, nous sommes dans ces cas extrêmes chargés de déclencher les plans communaux de sécurité pour mettre les habitants et les touristes à l’abri. »

« C’est absolument scandaleux ! », s’emporte quant à lui Philippe Murat-David, maire du village de Vérignon. « Il ne faut plus tirer dès que la zone est déclarée en alerte sécheresse. »

Il faut que les pratiques changent selon le maire : « Nous allons devoir nous réunir avec les maires de l’intercommu­nalité et nos homologues limitrophe­s du camp de Canjuers et voir si on ne peut pas déposer une plainte collective ou une remarque auprès de la préfecture. »

« Pas de réunion en vue pour le moment », prévient Roland Balbis, maire de Villecroze et président de l’intercommu­nalité. Même si le feu est fixé, beaucoup craignent pour l’avenir. « Nous allons avoir un été difficile, et il faudrait en cas de sécheresse prolongée en septembre que les tirs ne reprennent pas », conclut Charles-Antoine Mordelet. « Il ne faut pas oublier que c’est en septembre (1985, Ndlr) que le grand incendie du Grand Margès s’était déclaré. »

Là encore le sinistre était dû à un exercice de tirs. 3 000 hectares étaient partis en fumée.

 ?? (Photo Camille Dodet) ?? Charles-Antoine Mordelet, maire d’Aiguines.
(Photo Camille Dodet) Charles-Antoine Mordelet, maire d’Aiguines.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco