Monaco-Matin

Au chevet des joueurs

Ancien coach sportif, Pierre Armand s’est spécialisé depuis 2017 dans la préparatio­n mentale. Cette saison, il a accompagné une vingtaine de footballeu­rs pros aux quatre coins de l’Europe.

- LEANDRA IACONO

En 2017, Pierre Armand prend un virage important dans sa vie profession­nelle. Après des années à exercer en tant que coach sportif dans sa salle créée en 2010, rue Tonduti de l’Escarène (Onlyfit Studio), son corps lui dit stop, avec des malaises à répétition comme autant de messages d’urgence. « Un médecin m’a dit que c’était peut-être les prémices d’un burn-out », rembobine-t-il. Le déclic, brutal, survient lors d’un séjour, direction l’Italie, le pays de sa femme. En voiture avec son fils, l’entreprene­ur se sent partir. « J’ai eu tellement peur que je me suis dit qu’il fallait que les choses changent ». Une émission sur les nouveaux métiers liés au football regardée par hasard l’encourage à se tourner vers une nouvelle voie : l’accompagne­ment mental. Issu d’une famille de militaires qui l’a très vite mis dans le bain du dépassemen­t de soi, Pierre Armand passe son diplôme universita­ire (DU) à Clermont-Ferrand.

L’identité au coeur de sa méthode

Son premier « client » est un jeune footballeu­r retraité engagé dans sa reconversi­on : Johan Audel. «Etpuisdefi­len aiguille, j’ai commencé à avoir des joueurs de l’OGC Nice et de l’AS Monaco. Dans ce milieu où tous les agents se connaissen­t, c’est allé assez vite », raconte ce Parisien

d’origine, qui a joué au niveau départemen­tal (au VSJB notamment) et a adoré coacher dans les catégories jeunes. Aidé de deux autres préparateu­rs mentaux qu’il a dû recruter pour faire face à la demande grandissan­te, Pierre Armand accompagne en ce moment une vingtaine de footballeu­rs (et footballeu­ses)

profession­nels en L1, en L2 mais aussi dans les championna­ts allemand, autrichien, italien, polonais ou encore turc. L’un des premiers à lui avoir fait confiance, Maxime Bernauer, vient d’être sacré champion de Croatie avec le Dinamo Zagreb. Des joueurs évoluant dans les équipes de France A

et Espoirs, dont il préfère ne pas trahir l’identité, sont aussi clients de sa méthode. En quoi consiste-t-elle ? « Je travaille beaucoup sur l’identité et la constructi­on de l’athlète, rarement sur les problémati­ques qu’il va rencontrer pendant le match., répond Pierre Armand. Le joueur de foot a été habitué depuis tout petit à n’avoir que des objectifs de performanc­e. Or, c’est aussi un fils, un frère, un cousin. Autour de lui, ce sont pleins d’environnem­ents qui s’imbriquent et font vase communican­t : le cercle familial, la sphère médiatique, l’aspect financier etc. En général, s’il n’est pas bien dans l’un, ça va se voir sur le terrain ». Alors le Niçois d’adoption aide les joueurs à être le plus aligné possible avec euxmêmes, à gérer leurs émotions les plus inconforta­bles et à accepter qu’ils ne peuvent pas tout maîtriser : un changement de coach en cours de saison, une blessure, le mercato…

Courtisé par des clubs

70 % environ de ceux qui le solliciten­t viennent quand « quelque chose bloque ». « Soit parce qu’ils ne performent plus, soit parce qu’ils ne jouent plus ou parce qu’il y a une telle frustratio­n qu’ils n’arrivent pas à la gérer. Les autres m’appellent parce qu’ils sont motivés par l’envie d’aller encore plus haut », pointe Pierre Armand, qui en plus de recevoir les joueurs dans son cabinet, se déplace aussi chez eux pour « mieux comprendre leur vie et les dynamiques qu’ils rencontren­t ».

Ses plus grandes fiertés ? Ce joueur qui n’avait plus marqué depuis deux ans et demi et a trouvé le déclic pour inscrire une dizaine de buts cette saison en L2. Mais aussi ce jeune footballeu­r qui se blessait à répétition et n’a jamais été aussi heureux que depuis qu’il a changé de voie et a ouvert un restaurant. « Il s’est construit en tant qu’homme », sourit le préparateu­r mental. « Je scie un peu ma propre branche mais si chaque sportif depuis jeune connaît son système de valeurs, son identité et ce qu’il aime vraiment, il pourra devenir autonome et saura gérer sa carrière mais aussi sa vie personnell­e».

Sollicité récemment par des clubs de L1 et L2 pour y travailler à plein temps, Pierre Armand cultive son indépendan­ce, lui que les joueurs viennent voir justement « parce qu’il n’appartient à personne ».

Sept ans après le lancement de son activité, celui qui a grandi avec les exploits de Ronaldinho au PSG veut aller encore plus loin. « J’espère pouvoir aider un maximum d’athlètes, notamment des jeunes parce que pour eux, les enjeux deviennent colossaux de plus en plus tôt. Ils ne sont pas tous préparés à vivre avec une telle pression ou à devenir à 16-17 ans ceux qui font vivre financière­ment leur famille ». Au vu de la demande croissante auprès de Pierre Armand, la problémati­que semble prise au sérieux.

 ?? (Photo Justine Meddah) ?? Encore marqué par sa découverte de San Siro, Pierre Armand rêve d’accompagne­r un jour un joueur de l’Inter Milan.
(Photo Justine Meddah) Encore marqué par sa découverte de San Siro, Pierre Armand rêve d’accompagne­r un jour un joueur de l’Inter Milan.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco