L’éthique et la bonne gou­ver­nance dans les af­faires dé­bat­tues à la CGEM

La Nouvelle Tribune - - Finances - A. Loud­ni

La CGEM a te­nu, jeu­di 22 mars, une ren­contre au­tour du thème «Ethique et confor­mi­té dans les af­faires».

Cet évé­ne­ment s’ins­crit dans le cadre du plan d’ac­tion de la com­mis­sion Ethique et Bonne Gou­ver­nance de la CGEM vi­sant à dé­cli­ner sa mis­sion de pro­mou­voir la culture de la bonne gou­ver­nance et de faire de l’éthique, un le­vier stra­té­gique pour la com­pé­ti­ti­vi­té de l’en­tre­prise ma­ro­caine et de l’économie na­tio­nale.

Il était éga­le­ment ques­tion de mettre l’ac­cent sur les ac­tions de dé­cli­nai­son du pro­gramme P8 de la stra­té­gie na­tio­nale de lutte contre la cor­rup­tion qui porte sur le ren­for­ce­ment de l’in­té­gri­té du monde des af­faires.

In­ter­ve­nant à cette oc­ca­sion, Ah­med Rah­hou, PDG du groupe CIH Bank, a af­fir­mé qu’une en­tre­prise qui adopte une bonne gou­ver­nance est sûre d’avoir un re­tour sur in­ves­tis­se­ment. Pour lui, la prime de risque est un in­di­ca­teur d’ap­pré­cia­tion de l’en­tre­prise par le mar­ché. «A par­tir du mo­ment où l’image de l’éta­blis­se­ment s’amé­liore la prime de risque baisse… Une so­cié­té ré­pu­tée bien gou­ver­née et trans­pa­rente, paye moins pour le­ver des fonds sur le mar­ché des ca­pi­taux. La mise en place d’un sys­tème de bonne gou­ver­nance est un sys­tème lourd qui sup­pose un cer­tain par­ti pris en termes d’éthique, de pra­tique et de dé­on­to­lo­gie», a-t-il pré­ci­sé. Pour illus­trer ses pro­pos, il a don­né l’exemple des dé­lais de paie­ment. «La dé­on­to­lo­gie est en train de se perdre sur le mar­ché no­tam­ment sur les dé­lais de paie­ment», a-t-il dé­cla­ré, et d’ajou­ter : «Les gens se sentent au­jourd’hui non concer­nés par le fait de payer ou de ne pas payer, et c’est de­ve­nu un sys­tème en place. C’est un com­por­te­ment non dé­on­to­lo­gique mais il est tel­le­ment gé­né­ral que per­sonne ne se sent tou­ché dans sa mo­rale». Pour lui, il faut faire at­ten­tion, lors de la concep­tion des lois et des ré­gle­men­ta­tions, à ce que celles-ci aillent dans le même sens de l’éthique de la bonne gou­ver­nance, fai­sant al­lu­sion à la loi sur les dé­lais de paie­ment, qui était dis­cri­mi­na­toire pour les four­nis­seurs et qui a dû être sup­pri­mée après pro­tes­ta­tion de la CGEM.

Con­cer­nant l’éthique dans les en­tre­prises pu­bliques, Ab­de­la­ziz Sa­mih, Di­rec­teur Ad­joint à la DEPF, Char­gé des Struc­tures des Etudes et du Sys­tème d’In­for­ma­tion – MEF, a dé­cla­ré que le train des ré­formes a, ces der­nières an­nées, été ac­cé­lé­ré pour pou­voir amé­lio­rer la trans­pa­rence au ni­veau du sec­teur pu­blic, et ré­ta­blir la confiance dans le mi­lieu des af­faires. Il a ce­pen­dant af­fir­mé que les lois, prin­ci­paux ou­tils d’in­ter­ven­tion de l’état, ne sont mal­heu­reu­se­ment pas suf­fi­santes pour avoir tous les ré­sul­tats es­comp­tés en ma­tière d’éthique et de bonne gou­ver­nance.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.