7 mil­lions d’élèves re­prennent le che­min des classes

Ren­trée scolaire 2018-2019 :

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine - A. Loud­ni

La ren­trée des classes pour l’an­née scolaire 2018/2019 a eu lieu mer­cre­di 5 sep­tembre pour les trois cycles de l’en­sei­gne­ment, mais éga­le­ment les classes pré­pa­ra­toires du bre­vet de tech­ni­cien su­pé­rieur (BTS).

De leur cô­té, les membres du per­son­nel en­sei­gnant ont re­joint leur poste le 4 sep­tembre pour si­gner les PV de re­prise de tra­vail.

Cette date a été fixée dans l’ob­jec­tif de ga­ran­tir le dé­but des cours dès le pre­mier jour et de per­mettre aux élèves d’as­sis­ter à l’en­semble des cours pro­gram­més au titre de cette an­née scolaire, se­lon le mi­nis­tère.

Au­cune nou­veau­té n’a été sou­le­vée pour cette ren­trée scolaire, contrai­re­ment à la ren­trée pré­cé­dente qui avait en­re­gis­trée plu­sieurs chan­ge­ments po­si­tifs, no­tam­ment l’âge de sco­la­ri­sa­tion avan­cé à 5,5 ans ou en­core le ren­for­ce­ment de la ca­pa­ci­té lin­guis­tique des élèves.

Lan­cée sous le signe de « l’édu­ca­tion à la ci­toyen­ne­té », l’an­née scolaire 2018/2019 ac­cueille­ra près de 7 mil­lions d’élèves.

La po­lé­mique de la da­ri­ja

L’an­née scolaire n’est pas en­core en­ta­mée qu’une po­lé­mique sur le conte­nu d’un ma­nuel des­ti­né aux élèves de la 2ème an­née du pri­maire fait ja­ser la toile. Il s’agit de mots et phrases en da­ri­ja (Re­riy­ba, Begh­rir, Briouates, Bal­gha, etc). En ef­fet, cer­tains pa­rents, scan­da­li­sés par ce conte­nu, ont pous­sé un cri de co­lère sur les ré­seaux so­ciaux, s’in­di­gnant de la qua­li­té de l’en­sei­gne­ment d’au­jourd’hui. La ré­ponse du mi­nis­tère de l’Édu­ca­tion na­tio­nale, de la For­ma­tion pro­fes­sion­nelle, de l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur et de la re­cherche scien­ti­fique ne s’est pas faite at­tendre. Se­lon le com­mu­ni­qué du mi­nis­tère, les ex­pres­sions en dia­lecte ma­ro­cain (Da­ri­ja) dans des ma­nuels sco­laires du cycle pri­maire, comme des noms de gâ­teaux, de re­pas ou d’ha­bits ma­ro­cains, «ont été uti­li­sées à des fins pu­re­ment pé­da­go­giques».

Dans la même note, le mi­nis­tère a ap­pe­lé les ac­teurs pé­da­go­giques à se mo­bi­li­ser pour faire réus­sir l’ac­tuelle ren­trée scolaire et à «ne pas cé­der à tout ce qui est de na­ture à per­tur­ber les chantiers de ré­forme vi­sant à amé­lio­rer la qua­li­té du sys­tème édu­ca­tif et à pro­mou­voir sa per­for­mance». L’uti­li­sa­tion de la da­ri­ja dans un ma­nuel scolaire of­fi­ciel a in­di­gné une grande par­tie de la toile qui ac­cuse le gou­ver­ne­ment de rendre l’en­sei­gne­ment en­core plus mé­diocre alors que des chantiers sont cen­sé être en­ta­més pour le ré­for­mer. Coup de grâce pour le bud­get des fa­milles ?

Il faut dire que cette ren­trée n’est pas de tout re­pos pour les mé­nages ma­ro­cains dont le porte-mon­naie n’a pas soufflé de­puis Juin. En ef­fet, entre Ra­ma­dan, les va­cances d’été, l’Aid et main­te­nant la ren­trée des classes, il n’y a pas eu de pause, et les dé­penses n’ont fait qu’aug­men­ter. Un scé­na­rio qui se ré­pète de­puis 3 ans au grand dam du ci­toyen moyen. Consi­dé­ré comme la base de la for­ma­tion des éco­liers, le livre scolaire s’ac­ca­pare la part du lion dans le bud­get al­loué aux four­ni­tures.

Pour les pa­rents dont les en­fants sont ins­crits dans les écoles pri­vées ou dans les mis­sions fran­çaises, ils se re­trouvent de­vant une longue liste de ma­nuels étran­gers dont le coût s’élève entre 1000 et 3000 dh. Concer­nant le prix des ca­hiers, un large choix est pro­po­sé aux pa­rents. En ef­fet, toutes les four­chettes de prix sont dis­po­nibles, que ce­la soit dans les grandes sur­faces, ou chez le li­braire du quar­tier. On re­marque aus­si que mal­gré l’ins­tau­ra­tion de me­sures an­ti­dum­ping contre le cahier tu­ni­sien, le prix de ce der­nier reste abor­dable.

Pour cette ren­trée scolaire, le consom­ma­teur n’a que l’em­bar­ras du choix. Les en­seignes comme BIM, Al­fa 55, Mar­jane ou en­core As­wak As­sa­lam ri­va­lisent en pro­mo­tions avec des sac à dos à par­tir de 69 dh, des trousses à par­tir de 19 dh, des ta­bliers à par­tir de 59 dh, etc.

Les pro­duits chi­nois sont cette an­née en­core pré­sents en masse dans les mar­chés po­pu­laires, no­tam­ment à Derb Omar et Derb Sul­tan. En dé­pit de leur piètre qua­li­té, pro­po­sés à des prix bas, ils sont très pri­sés par les fa­milles nom­breuses au re­ve­nu li­mi­té, qui en font leur pre­mier, si ce n’est seul choix au vu de la conjonc­ture.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.