Cor­niche de Ain Diab, à quand la fin des tra­vaux ?

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine -

Les ca­sa­blan­cais at­tendent avec im­pa­tience la fin des tra­vaux sur la cor­niche de Ain Diab, d'un cô­té pour dé­cou­vrir le nou­vel as­pect qu’au­ra leur cor­niche mais aus­si pour mettre fin à l’en­fer des em­bou­teillages sur ce tron­çon. Le ré­tré­cis­se­ment du bou­le­vard, qui passe à 2 voix au lieu de 3, en­traîne des per­tur­ba­tions de cir­cu­la­tion sur­tout en cette pé­riode es­ti­val, où se rendre à la plage n’est pas vrai­ment une par­tie de plai­sir.

Sur cette bande de 3,5 ki­lo­mètres, les tra­vaux qui de­vraient of­frir, se­lon Casa amé­na­ge­ment, un pôle fes­tif, un pôle bal­néaire et un pôle na­tu­rel, des es­paces de dé­tente, des lieux de pro­me­nade, de pra­tiques spor­tives en plein air, et un ac­cès di­rect à la plage, semblent in­ter­mi­nables aux usa­gers de cette route.

L’ab­sence de par­king rend la cir­cu­la­tion en­core plus dif­fi­cile, sur­tout au ni­veau de Si­di Ab­de­rah­man, à cause de la file d’at­tente en deuxième po­si­tion pour les places de sta­tion­ne­ment, qui ré­duit ain­si la cir­cu­la­tion à une seule voix.

L’ac­cès à la plage est tout aus­si dif­fi­cile que dan­ge­reux. Mal­gré le fait qu’on ait li­bé­ré le pas­sage de­vant les portes prin­ci­pales qui y mènent, il reste dif­fi­cile, sur­tout pour des en­fants, d’ac­cé­der à ces portes après s’être ga­ré à plu­sieurs di­zaines, voire même une cen­taine, de mètres plus loin. En ef­fet, au mi­lieu de tous les tra­vaux et en l’ab­sence de zone pié­tonne, il faut soit se mé­lan­ger aux au­to­mo­bi­listes, soit es­sayer tant bien que mal de pas­ser le chan­tier des tra­vaux. Il faut dire que les ca­sa­blan­cais boudent ces tra­vaux qui les ont pri­vés de leur cor­niche tout l’été, et ils es­pèrent

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.