La po­lé­mique sur la Da­ri­ja : tout un fro­mage pour une crêpe !

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine -

Une nou­velle et vio­lente po­lé­mique anime de­puis plusieurs jours la sphère des ré­seaux so­ciaux, la scène po­li­tique et les mi­lieux in­tel­lec­tuels. La cause de tout ce va­carme, ac­com­pa­gné très sou­vent de dé­cla­ra­tions pé­remp­toires, d’in­sultes pro­fé­rées sur les pages Facebook et autres Instagram, de dé­cla­ra­tions du Chef du gou­ver­ne­ment ou d’as­ser­tions as­sé­nées par cer­taines fi­gures de la so­cié­té ci­vile, n’est autre qu’une pe­tite crêpe, ap­pe­lée com­mu­né­ment «bagh­rir». Ce bagh­rir donc, à son corps dé­fen­dant bien cer­tai­ne­ment, a échoué non dans l’as­siette d’un en­fant se ré­jouis­sant de consom­mer cette crêpe bien ris­so­lée au miel, mais dans un ma­nuel d’en­sei­gne­ment dis­tri­bué par l’Édu­ca­tion Na­tio­nale et des­ti­né aux en­fants en classe de 2è an­née Pri­maire. Et voi­là donc nos doctes dé­fen­seurs de la pu­re­té de la lange arabe de s’éle­ver contre cette in­tru­sion, la­quelle d’ailleurs, dans le ma­nuel en ques­tion, est ac­com­pa­gnée de deux de ses consoeurs «pâ­tis­sières», la «Briouate et la Grhi­ba»... Face à ces «gar­diens du temple», les pro­mo­teurs de la Da­ri­ja, ceux qui rêvent de rem­pla­cer l’Arabe clas­sique par un dia­lecte certes au­then­ti­que­ment ma­ro­cain, mais dont les va­riantes sont aus­si nom­breuses que nos ré­gions, y sont al­lés de leurs ar­gu­ments, au nom de l‘adap­ta­tion à nos spé­ci­fi­ci­tés lo­cales et l’en­ri­chis­se­ment d’une langue qui ne se­rait pas celle qu’uti­lisent au quo­ti­dien nos conci­toyens !

Alors, en cette af­faire, qui est dans l’er­reur, qui dans la vé­ri­té ?

On consta­te­ra, tout d’abord, que cette ques­tion ne mé­rite sans doute pas d’en­flam­mer à si haut point les es­prits et que les ar­gu­ments échan­gés doivent res­ter de bon ni­veau, en res­pec­tant les idées d’au­trui, afin que le dé­bat soit me­né entre per­sonnes in­tel­li­gentes et édu­quées.

Car, faire un fro­mage pour une crêpe, si l’on ose dire, n’est pas à pro­pre­ment par­ler une ques­tion pri­mor­diale, sa­crée et ce­la ne re­lève au­cu­ne­ment d’une vo­lon­té ca­chée de cer­tains de mas­sa­crer la langue arabe telle qu’elle est en­sei­gnée de­puis des lustres dans nos écoles, col­lèges, ly­cées et fa­cul­tés. Tout au plus s’agit-il d’une mal­adresse de quelque res­pon­sable d’édi­tion, ava­li­sée ou igno­rée par les ins­pec­teurs qui ont à charge le contrôle du conte­nu des livres sco­laires.

L’ir­rup­tion de termes re­le­vant de la Da­ri­ja et consa­crant, en tout bien tout hon­neur, cer­tains dé­li­cieux gâ­teaux de notre pâ­tis­se­rie na­tio­nale, (en­core qu’ils soient ap­pe­lés dif­fé­rem­ment d’une ré­gion à l’autre du Ma­roc), ne mé­ri­tait cer­tai­ne­ment pas cette le­vée de bou­cliers de nos pu­ristes qui crient au scan­dale et à la dé­na­tu­ra­tion de l’Arabe dit clas­sique.

Et, pour res­ter dans l’es­prit de cette po­lé­mique qui n’au­rait ja­mais dû at­teindre une telle am­pleur, l’on pour-

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.