Fès cé­lèbre l'al­té­ri­té avec l'OIF

Le dia­logue entre Cultures et Re­li­gions

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine -

L’Ad­mi­nis­tra­teur de l'Or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale de la Fran­co­pho­nie (OIF), Ada­ma Ouane, a sa­lué lun­di à Fès, l’’’attachement in­dé­fec­tible’’ de SM le Roi Mo­ham­med VI et son ‘’sou­tien per­ma­nent’’ à la ques­tion du dia­logue des cultures et des re­li­gions.

S’ex­pri­mant à l’ou­ver­ture de la deuxième édi­tion de la Confé­rence in­ter­na­tio­nale sur le dia­logue des cultures et des re­li­gions, M. Ouane a mis l’ac­cent sur la place du Royaume ‘’re­con­nu de­puis des siècles pour être un creu­set riche de sa di­ver­si­té de ci­vi­li­sa­tions, d’échange entre les cultures et les com­mu­nau­tés, de cir­cu­la­tions des idées, riche de sa tra­di­tion hu­ma­niste, de to­lé­rance, d’ou­ver­ture et de paix’’.

Elle a mis en re­lief l’im­por­tance de la confé­rence de Fès, ‘’ce ber­ceau d’idées, cette at­mo­sphère unique of­frant les condi­tions les meilleures pour faire avan­cer le dia­logue des cultures et des re­li­gions’’, re­le­vant que cette édi­tion per­met­tra de poursuive en­semble le dia­logue en­ta­mé en 2013 lors de la pré­cé­dente ren­contre, ‘’dans un contexte mon­dial rendant ce dia­logue en­core plus né­ces­saire, voire in­dis­pen­sable’’. ‘’De­puis cinq ans, le monde a as­sis­té à la mon­tée de l’ex­tré­misme violent et de la ra­di­ca­li­sa­tion qui ébranlent les ins­ti­tu­tions de nos so­cié­tés, à la mon­tée du re­pli sur soi et aux conflits iden­ti­taires’’, a-til fait ob­ser­ver, dé­plo­rant la ''tendance gran­dis­sante au pro­tec­tion­nisme sous toutes fa­cettes po­li­tique, cultu­relle, éco­no­mique, cette re­cherche ef­fré­née de l’hé­gé­mo­nie qui met à mal le mul­ti­la­té­ra­lisme, le dia­logue et l’échange dans les re­la­tions in­ter­na­tio­nales''. ‘’Ce n’est pas un sup­po­sée +trop de re­li­gion(s)+ qui est pro­blé­ma­tique, mais plu­tôt le manque de connais­sance, y com­pris his­to­rique et cri­tique, des re­li­gions, des cultures et des spi­ri­tua­li­tés qui per­met à quelques-uns d’ins­tru­men­ta­li­ser les textes sa­crés à des fins mor­ti­fères’’, a dit M. Ouane, sou­li­gnant que ‘’la ques­tion de l’al­té­ri­té, de la connais­sance, la com­pré­hen­sion, le res­pect de l’autre comme un autre soi­même, est d’une actualité en­core plus bru­lante’’.

Il a sou­li­gné que ‘’de­vant une telle com­plexi­té, le res­pect, la pro­mo­tion et dé­sor­mais la pro­tec­tion de la di­ver­si­té cultu­relle et re­li­gieuse, consti­tu­tive des so­cié­tés et des na­tions, est une condi­tion sine qua non pour faire face aux en­jeux de notre époque’’. ‘’Ins­pi­rée par la feuille de route de ce qu’on ap­pelle com­mu­né­ment Fès 1, l’OIF s’est ef­for­cée de com­battre les sté­réo­types et les pré­ju­gés qui en­ferment l’autre dans une iden­ti­té mo­no­li­thique, d’étendre l’ac­cès aux sa­voirs, d’élar­gir la participation à la vie cultu­relle dans toute sa di­ver­si­té afin de dé­pas­ser les cli­vages cultu­rels, lin­guis­tiques, eth­niques, re­li­gieux, de mai­tri­ser les mu­ta­tions tech­no­lo­giques et sur­tout d’hu­ma­ni­ser la mon­dia­li­sa­tion’’.

Il a aus­si in­di­qué que l’OIF a dé­ployé une dé­marche dé­cli­née en deux vo­lets com­plé­men­taires et in­dis­so­ciables avec, d’une part, une di­men­sion po­si­tive de l’es­pé­rance et, de l'autre, une di­men­sion prag­ma­tique de pré­ven­tion. Le pré­sident de l’uni­ver­si­té Eu­ro­med de Fès, Mo­ta­pha Bous­mi­na, a sou­li­gné, quant à lui, que ‘’dans un monde glo­ba­li­sé do­mi­né par la culture mar­chande et par le consu­mé­risme à ou­trance, dans une mon­dia­li­sa­tion qui tente d’uni­for­mi­ser, d’ef­fa­cer et d’écra­ser les iden­ti­tés, le Ma­roc trace sa voie et ima­gine son fu­tur avec apai­se­ment et sé­ré­ni­té en­trant de plain-pied dans la mo­der­ni­té, sans re­nier ses ra­cines, sans bar­der sa culture, sans al­té­rer son his­toire et ses dé­ter­mi­nants’’.

‘’Le Ma­roc s’est consti­tué à tra­vers les temps dans la di­ver­si­té et le plu­ra­lisme se nour­ris­sant de ses mul­tiples af­fluents tant au ni­veau eth­nique et lin­guis­tique que sur le plan cultu­rel et cultuel, et cette di­ver­si­té a été consa­crée avec force et clar­té dans la consti­tu­tion du pays’’, a-til af­fir­mé.

Et d’ajou­ter que le Royaume agit comme sta­bi­li­sa­teur dans la ré­gion en prê­chant la paix, la mo­dé­ra­tion et la voie du juste mi­lieu, qui est la vé­ri­table voie de l’is­lam, en com­bat­tant sans conces­sion et sans com­pro­mis ni com­pro­mis­sion le fa­na­tisme, le ra­di­ca­lisme et le ter­ro­risme. Or­ga­ni­sée par le mi­nis­tère des Af­faires étran­gères et de la Co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale (MAECI) et l'Or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale de la Fran­co­pho­nie (OIF) sous le Haut pa­tro­nage de SM le Roi Mo­ham­med VI, cette confé­rence est pla­cée sous le thème ‘’Al­té­ri­té en ques­tions’’.

Cette édi­tion, ini­tiée no­tam­ment avec le concours de l'Uni­ver­si­té Eu­ro­med de Fès et le sou­tien de l’ISESCO et de l'as­so­cia­tion Fès Saiss, ain­si que des par­te­naires gou­ver­ne­men­taux, non gou­ver­ne­men­taux et ter­ri­to­riaux, se tient en pers­pec­tive du XVIIème Som­met de la fran­co­pho­nie, pré­vu les 11-12 oc­tobre 2018 à Ere­van (Ar­mé­nie).

Elle connait la participation de mi­nistres, d’ex­perts et d'uni­ver­si­taires plu­ri­dis­ci­pli­naires, en pro­ve­nance de di­verses ré­gions de la fran­co­pho­nie, des or­ga­ni­sa­tions in­ter­na­tio­nales et ré­gio­nales, des as­so­cia­tions de jeunes, des as­so­cia­tions de pro­mo­tion des droits des femmes, des res­pon­sables po­li­tiques ou des ac­teurs de la so­cié­té ci­vile pour échan­ger sur la pro­blé­ma­tique du dia­logue in­ter­cul­tu­rel et in­ter­re­li­gieux, à tra­vers le prisme de l’al­té­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.