TPME, com­ment abor­der la frac­ture di­gi­tale ?

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine -

L’en­tre­prise au Ma­roc est un dé­fi hu­main avant tout, sou­ligne une étude, dont les ré­sul­tats in­ter­mé­diaires (fin dé­cembre), ont été pré­sen­tés, mar­di à Ca­sa­blan­ca, lors d’une confé­rence-dé­bat sur la trans­for­ma­tion di­gi­tale au Ma­roc.

Se­lon cette étude in­ti­tu­lée '’Trans­for­ma­tion di­gi­tale des TPMEs au Ma­roc’’, éla­bo­rée par le ca­bi­net Of­fi­cium et l’Ob­ser­va­toire Ma­ro­cain des Pra­tiques de Ma­na­ge­ment (l’OMPM), 67,5 % des per­sonnes in­ter­ro­gées, dont des di­ri­geants d’en­tre­prises, af­firment que le prin­ci­pal dé­fi pour l’en­tre­prise ma­ro­caine pour faire face au phé­no­mène 4.0 de­meure le dé­fit hu­main.

Fi­gure en deuxième po­si­tion avec 56,30 % le dé­ve­lop­pe­ment de nou­velles com­pé­tences et le dé­ve­lop­pe­ment de la ca­pa­ci­té à in­no­ver. Pour 50,5 % des in­ter­viewés la ré­in­gé­nie­rie des mé­thodes de tra­vail et des pro­cé­dés ain­si que la ges­tion de la cy­ber­sé­cu­ri­té, afin de pro­té­ger l’in­for­ma­tion sen­sible et le sa­voir-faire, viennent en tête des grands dé­fis aux­quels font face les en­tre­prises ma­ro­caines.

Après avoir re­le­vé que l’écra­sante ma­jo­ri­té des en­tre­prises in­ter­ro­gées, soit 82,4% (77% des TPME) dé­clarent avoir dé­jà connais­sance du phé­no­mène 4.0, l’étude énu­mère les gains et le­viers de crois­sance, dont l’en­tre­prise peut ti­rer pro­fit en op­tant pour la di­gi­ta­li­sa­tion. En ef­fet 71% des in­ter­viewés évoquent une aug­men­ta­tion de l'ef­fi­cience, 62,4 % es­timent que ce­la fa­vo­ri­se­ra l'in­no­va­tion et 50,5 % dé­clarent que la di­gi­ta­li­sa­tion per­met­tra un gain d'agi­li­té des équipes.

D’après les conclu­sions de cette étude, une prise de conscience existe (le ‘QUOI’) chez les en­tre­prises quant à l’im­por­tance de la di­gi­ta­li­sa­tion, mais un manque de connais­sance sur l’ap­proche mé­tho­do­lo­gique sub­siste (le ‘COM­MENT’).

L’étude re­lève éga­le­ment qu’il n’y a pas de dif­fé­rences ma­jeures de per­cep­tion ni de ma­tu­ri­té en ce qui concerne le phé­no­mène 4.0 (taille, sec­teur, avan­ce­ment,…), où s’en­tre­mêlent les dé­fis re­la­tifs aux ou­tils (tech­no­lo­giques) et aux moyens (com­pé­tences, bud­gets,…).

L’étude réa­li­sées au­près de 126 par­ti­ci­pants (12 pc des gé­rants, 10 res­pon­sables de ser­vices, 22 pc res­pon­sables dé­par­te­ment, 55 pc di­rec­teur), a été ba­sée sur 3 axes ma­jeurs, à sa­voir la per­cep­tion (qu’est ce que le phé­no­mène 4.0 ?), les en­jeux as­so­ciés, et l’état des lieux sur la réalité du 4.0 dans l’en­tre­prise ma­ro­caine.

Par ailleurs, les par­ti­ci­pants à cette confé­rence-dé­bat, qui s’est dé­rou­lée au siège de la Con­fé­dé­ra­tion Gé­né­rale des En­tre­prises du Ma­roc (CGEM), ont no­tam­ment in­sis­té sur le fait que ‘’l’en­tre­prise de de­main se­ra di­gi­tale’’. Ce nou­vel en­jeu est ca­pi­tal voir vi­tal pour l’ave­nir des en­tre­prises ma­ro­caines, ont-ils fait ob­ser­ver.

Les en­tre­prises au­jourd’hui sont nom­breuses, pe­tites moyennes et grandes, à avoir ana­ly­sé la si­tua­tion et mis en place les me­sures né­ces­saires à leur trans­for­ma­tion di­gi­tale, ont-ils ajou­té, ob­ser­vant, tou­te­fois, qu’il n’est pas rare dans ces en­tre­prises, no­tam­ment dans les TPME, de sen­tir de l’hé­si­ta­tion sur ce su­jet, pour une ques­tion de coût mais éga­le­ment à cause d’un manque de res­sources hu­maines qua­li­fiées et d’une cer­taine ré­ti­cence au chan­ge­ment. L’en­tre­prise doit s’as­su­rer de ré­pondre aux nou­velles ha­bi­tudes de consommation qui voient le jour en ma­tière de com­mu­ni­ca­tion, de di­ver­tis­se­ment, de trans­port et de com­merce, ont-il pour­sui­vi.

Face à cette évo­lu­tion ir­ré­ver­sible, les en­tre­prises n’ont d’autres choix que de s’adap­ter et d’opé­rer leur ‘’trans­for­ma­tion nu­mé­rique’’, ont-ils ajou­té, es­ti­mant qu’il s’agit d’un chan­ge­ment pro­fond de la culture et de l’or­ga­ni­sa­tion de l’en­tre­prise.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.