LES PIS­CINES STARS DE L’ÉTÉ

L'Officiel Déco-Design - - Tendances - PAR HUGUES ROY

Le so­leil, la cha­leur, les va­cances… la belle sai­son nous in­cite à lé­zar­der dans ces luxueux bas­sins aus­si ten­dance,

fonc­tion­nels que sty­lés ! Sé­lec­tion.

C’est of­fi­ciel, la sai­son de la bai­gnade est ou­verte ! Et les pis­cines de l’été 2017 dé­ploient leurs lignes bien ba­lan­cées pour nous in­vi­ter à y pi­quer une tête. Il faut dire que leurs codes es­thé­tiques ont beau­coup évo­lué et ne se can­tonnent plus au clas­sique rec­tangle bleu sans charme ou au bas­sin hol­ly­woo­dien. En ma­tière de de­si­gn, les pis­cines d’au­jourd’hui re­ven­diquent un es­prit mo­derne, luxueux mais sans os­ten­ta­tion, et se fondent dans leur en­vi­ron­ne­ment avec in­tel­li­gence et sub­ti­li­té. Pis­cine à dé­bor­de­ment, rec­tangle, tout en lon­gueur, car­rée, voire d’angle, hors-sol ou creu­sées, elles offrent dé­sor­mais des formes mul­tiples et s’au­to­risent toutes les li­ber­tés avec pour seuls mots d’ordre es­thé­tisme et fonc­tion­na­li­té, so­brié­té des lignes et no­blesse des ma­té­riaux.

Outre leurs formes dis­tinc­tives, elles af­firment leur mo­der­ni­té à l’aide de re­vê­te­ments in­té­rieurs de plus en plus ori­gi­naux. Du beige pour une eau presque trans­lu­cide, au gris an­thra­cite pour don­ner de pro­fon­deur à l’es­pace aqua­tique en pas­sant le vert pour une eau cou­leur la­gon, les teintes se mul­ti­plient pour mieux évo­quer la fraî­cheur.

Le confort et la tech­no­lo­gie sont éga­le­ment au centre des pré­oc­cu­pa­tions : pompes à cha­leur, nage à contre-cou­rant, chro­mo­thé­ra­pie et autres jets d’eau connaissent un suc­cès gran­dis­sant… La do­mo­tique est éga­le­ment une autre grande ten­dance du mo­ment. Elle per­met de gé­rer l’en­tre­tien, qu’il s’agisse d’en­clen­cher le chauf­fage, d’ac­ti­ver le filtre ou même de dé­mar­rer les ro­bots de ré­gu­la­tion du chlore… Tout ce­la à par­tir d’un or­di­na­teur, d’une ta­blette ou d’un Smart­phone. Que de temps ga­gné pour s’en­traî­ner ou se dé­tendre. Pe­tit tour des bas­sins les plus sty­lés du mo­ment.

L’EF­FET CAS­CADE

(page pré­cé­dente)

Ce qui ca­rac­té­rise la pis­cine à dé­bor­de­ment ? La ma­gni­fique lame d’eau qui s’écoule le long d’un cô­té et la mu­sique si par­ti­cu­lière qui y est as­so­ciée. So­lu­tion idéale pour in­sé­rer son plan d’eau dans un en­vi­ron­ne­ment do­mi­né par l’ho­ri­zon, en bor­dure de mer ou bien face à un pay­sage dé­ga­gé, l’in­fi ni­ty pool ajoute une pro­fon­deur in­éga­lée au point de vue. L’ef­fet de dé­bor­de­ment donne l’im­pres­sion que le bas­sin est plus grand, plus éten­du, avec un plan d’eau moins en­fon­cé, moins ar­ti­fi­ciel qu’une pis­cine tra­di­tion­nelle. Et si la réa­li­sa­tion est ac­com­pa­gnée de jeux de lu­mière bien ci­se­lés et d’un amé­na­ge­ment réus­si des plages et en­tou­rages du bas­sin, on tu­toie alors le bon­heur

MON BEAU MI­ROIR…

Ef­fet vi­suel sai­sis­sant de li­néa­ri­té, élé­gance, in­tem­po­ra­li­té… la pis­cine mi­roir dé­borde de qua­li­fi­ca­tifs. Jus­te­ment, son es­prit est très proche de ce­lui d’une pis­cine à dé­bor­de­ment, à deux dif­fé­rences près : la pis­cine mi­roir est en­cas­trée à fleur de sol et le dé­ver­se­ment de son trop-plein ne s’ef­fec­tue pas dans un pe­tit bac tam­pon en con­tre­bas, mais de fa­çon égale entre les mar­gelles sur toute la pé­ri­phé­rie du bas­sin. Cet écou­le­ment est si dis­cret et ré­gu­lier que la sur­face d’eau semble im­mo­bile. Sans plus au­cune dif­fé­rence entre le sol et la sur­face de l’eau, la pis­cine offre alors la vi­sion sur­réa­liste d’un mi­roir géant re­flé­tant le ciel l’es­pace en­vi­ron­nant. In­té­grée dans un mi­lieu ceint de murs ou de vé­gé­ta­tion, en in­té­rieur comme en ex­té­rieur, avec un mi­ni­mum de tra­vail sur les cou­leurs, les formes et les éclai­rages, l’en­semble ga­ran­tit un spec­tacle conti­nuel­le­ment ani­mé et une sen­sa­tion d’in­fi­ni.

EN TOUTE TRANS­PA­RENCE

Mo­derne, gra­phique, de­si­gn, élé­gante et ori­gi­nale, la pis­cine trans­pa­rente est for­cé­ment une op­tion qui in­trigue et sé­duit... En­core très peu ré­pan­due, la pis­cine en verre offre un ren­du aus­si es­thé­tique qu’im­pres­sion­nant en s’in­té­grant par­fai­te­ment à son en­vi­ron­ne­ment, qu’il soit contem­po­rain ou plus na­tu­rel, et en of­frant des re­flets et des pers­pec­tives in­édits. Quelle que soit la confi­gu­ra­tion choi­sie (pa­rois de verre sur 1 à 4 cô­tés, com­plètes ou par­tielles), le jour, la pis­cine fait corps avec le pay­sage, tan­dis que la nuit, elle s’en dé­tache grâce à des pro­jec­teurs pla­cés à des en­droits stra­té­giques. Que la pis­cine soit se­mi-en­ter­rée ou com­plè­te­ment hors-sol, elle donne l’im­pres­sion d’un cube d’eau en sus­pen­sion. L’ef­fet est tout sim­ple­ment gran­diose et sai­sis­sant, sur­tout si ses di­men­sions sont im­por­tantes.

Au-de­là du confort et de la spor­ti­vi­té, ces pis­cines tout en lon­gueur ou à fond mo­du­lable sé­duisent aus­si par leur ca­pa­ci­té

d ’ in­té­gra­tion.

TOUT EN LON­GUEUR

Si votre unique ob­jec­tif est de na­ger, le cou­loir de nage est la pis­cine qu’il vous faut. Gra­phique et ra­cé, ce bas­sin tout en lon­gueur au de­si­gn épu­ré trace une ligne d’eau fine et pro­fi­lée per­met­tant d’ef­fec­tuer des lon­gueurs li­bre­ment et d’évi­ter les de­mi-tours fas­ti­dieux au bout de quelques brasses. Ces pis­cines lon­gi­lignes à fond plat (de 1,30 m à 1,50 m) dé­ploient en ef­fet des di­men­sions par­fois im­pres­sion­nantes : de 15 à 25 m de long pour une lar­geur n’ex­cé­dant pas 4 m afin de ga­ran­tir l’“ef­fet cou­loir”. Au-de­là du confort et de la spor­ti­vi­té de l’ins­tal­la­tion, le cou­loir de nage sé­duit éga­le­ment par sa ca­pa­ci­té d’in­té­gra­tion en ex­té­rieur. Qu’ils soient en pierre, en bois, en in­ox ou en verre, il convient aus­si bien aux en­vi­ron­ne­ments ul­tra-contem­po­rains qu’aux cadres ver­doyants très na­tu­rels, à proxi­mi­té de construc­tions tra­di­tion­nelles.

GÉO­MÉ­TRIE VA­RIABLE

Avec une pis­cine à fond mo­bile, on choi­sit entre pis­cine et es­pace de vie. Sur simple com­mande à par­tir d’un boî­tier à clé ou d’un écran tac­tile, le plan­cher monte ou des­cend, comme un as­cen­seur, pour re­cou­vrir ou dé­cou­vrir to­ta­le­ment ou en par­tie le bas­sin. Ain­si, on pro­fite à la fois une pis­cine, d’une pa­tau­geoire, d’un bas­sin pour faire de l’aqua­gym ou d’un es­pace de vie, à l’in­té­rieur comme à l’ex­té­rieur… Par ailleurs, une fois la pis­cine fer­mée, la sé­cu­ri­té du bas­sin est plei­ne­ment as­su­rée : exit alarme, cou­ver­ture de pis­cine ou autre bar­rière de sé­cu­ri­té. Ce dis­po­si­tif s’adapte à dif­fé­rentes tailles et formes de pis­cines, l’es­sen­tiel étant que le fond exis­tant soit plat et que les pa­rois du bas­sin ver­ti­cales. Gé­né­ra­le­ment conçu en in­ox ou en alu­mi­nium, le plan­cher mo­bile peut être re­cou­vert de nom­breux re­vê­te­ments comme le bois, la pierre, le car­re­lage pour se fondre en­tiè­re­ment dans son en­vi­ron­ne­ment.

RE­TOUR AUX SOURCES

Qu’on les ap­pelle pis­cines naturelles, pis­cines bio, pis­cines éco­lo­giques ou en­core étangs de bai­gnade, leur prin­cipe reste le même : ces bas­sins per­mettent de se pas­ser dé­fi­ni­ti­ve­ment de chlore et autres pro­duits chi­miques pour net­toyer et pu­ri­fier l’eau grâce à l’uti­li­sa­tion de plantes aqua­tiques et de mi­né­raux. Le prin­cipe est le sui­vant : d’un cô­té un bas­sin de na­ta­tion, où l’on peut à loi­sir s’adon­ner aux plai­sirs de l’eau. De l’autre, deux bas­sins de la­gu­nage et de ré­gé­né­ra­tion où des plantes aqua­tiques se chargent de fil­trer et “net­toyer” l’eau de bai­gnade. Un peu comme si on plon­geait dans une ri­vière en été, his­toire de se ra­fraî­chir un peu… Avec une consom­ma­tion d’eau bien plus ré­duite que pour une pis­cine clas­sique, puisque celle-ci n’a pas be­soin d’être re­nou­ve­lée aus­si sou­vent.

SPORT ET DÉ­TENTE

Vous êtes fan de na­ta­tion et adepte du spa ? Votre coeur ba­lance entre construire une pis­cine ou ins­tal­ler un ja­cuz­zi ? Bonne nou­velle, il existe le com­pro­mis idéal pour sa­tis­faire vos en­vies : le spa de nage ! Plus long que les spas conven­tion­nels mais de di­men­sions plus ré­duites qu’une pis­cine, ce sys­tème s’ins­talle pra­ti­que­ment n’im­porte où et in­tègre un sys­tème de chauf­fage au­to­ri­sant une uti­li­sa­tion toute l’an­née. Ca­rac­té­ri­sé par d’une zone de nage et d’une zone de mas­sages as­so­ciées à un sys­tème de pompes créant un cou­rant ré­glable, ses bas­sins per­mettent aux spor­tifs de pra­ti­quer la nage sur place, et aux adeptes de la re­laxa­tion, de se dé­tendre dans la zone ja­cuz­zi ré­ser­vée aux mas­sages. En­cas­tré, se­mi-en­cas­tré, hors-sol, en somme, un bon com­pro­mis pour sa­vou­rer les bien­faits de l’hy­dro­thé­ra­pie à do­mi­cile….

Éco­lo­giques ou high

tech, des lieux de dé­tentes pri­vi­lé­giés, au coeur d’un pay­sage aqua­tique na­tu­rel ou dans les re­mous des

jets d ’eau chaude.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.