Pa­tronne chi­noise ar­rê­tée sur ordre des Etats-Unis

La di­rec­trice fi­nan­cière du géant chi­nois des té­lé­coms a été ar­rê­tée à la de­mande de Wa­shing­ton. Pé­kin est fu­rieux.

20 Minutes - Genève - - La une - –AFP

C’est un coup de ton­nerre qui risque d’ag­gra­ver les ten­sions si­no-amé­ri­caines, alors que les deux pays se sont ac­cor­dé une fra­gile trêve dans leur conflit com­mer­cial. La di­rec­trice fi­nan­cière de Hua­wei a été ar­rê­tée le 1er dé­cembre au Ca­na­da à la de­mande de Wa­shing­ton, a-t-on ap­pris mer­cre­di soir. Meng Wanz­hou, qui est éga­le­ment la fille du fon­da­teur de l’équi­pe­men­tier en té­lé­coms, fait face à une de­mande d’ex­tra­di­tion des Etats-Unis. Se­lon la presse, les au­to­ri­tés amé­ri­caines soup­çon­ne­raient Hua­wei, en­tre­prise pri­vée et non co­tée, d’avoir en­freint les sanc­tions amé­ri­caines contre l’Iran.

La Chine a fer­me­ment pro­tes­té contre cette me­sure et de­man­dé la re­mise en li­ber­té «im­mé­diate» de Meng Wanz­hou. Hua­wei a pour sa part in­di­qué n’avoir au­cune connais­sance d’acte ré­pré­hen­sible de la part de sa di­rec­trice fi­nan­cière: «Hua­wei res­pecte toutes les lois et ré­gle­men­ta­tions en vi­gueur, y com­pris les lois et ré­gle­men­ta­tions en ma­tière de contrôle des ex­por­ta­tions et de sanc­tions, adop­tées par l’ONU, les Etats-Unis et l’Union eu­ro­péenne.»

La nou­velle de l’ar­res­ta­tion a fait plon­ger jeu­di les Bourses asia­tiques. Ce n’est pas la pre­mière fois que Wa­shing­ton s’en prend à une en­tre­prise chi­noise. A chaque fois, les au­to­ri­tés amé­ri­caines sou­lignent le risque de faire des af­faires avec des groupes qui pour­raient, entre autres, ins­tal­ler des lo­gi­ciels es­pions dans leurs com­po­sants à la de­mande des au­to­ri­tés de Pé­kin.

–EPA

Meng Wanz­hou a été in­ter­pel­lée à Van­cou­ver.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.