Au coeur d’une es­cro­que­rie

CA­LI­FOR­NIE Un homme se fai­sant pas­ser pour l’agent de Tra­vis Scott a si­gné un contrat confir­mant un live du rap­peur dans un fes­ti­val. Du flan.

20 Minutes - Genève - - Musique - –FA­BIEN ECKERT

L’af­faire est pour le moins étrange et fi­ni­ra de­vant la jus­tice. Le 5 jan­vier, the­blast.com a rap­por­té que Tra­vis Scott al­lait être pour­sui­vi pour avoir an­nu­lé sans rai­son va­lable sa pré­sence, le 2 mars, au fes­ti­val Rhythm, Wine & Brews Ex­pe­rience qui se dé­roule sur le ter­rain de Coa­chel­la. De plus, le rap­peur amé­ri­cain, 26 ans, n’au­rait pas rem­bour­sé l’avance qui lui a été faite sur son ca­chet, d’un mon­tant de 217 500 dol­lars. Or, ven­dre­di, le même site d’in­fos an­non­çait qu’en réa­li­té Scott avait été pié­gé, tout comme le fes­ti­val amé­ri­cain qui, par ailleurs, n’au­ra pas lieu cette an­née à cause de cette af­faire.

Tou­jours se­lon the­blast.com donc, c’est un es­croc qui a ven­du à la ma­ni­fes­ta­tion un concert de 75 mi­nutes de Tra­vis Scott pour un ca­chet to­tal de 400000 dol­lars. «La per­sonne qui a ven­du le show de Scott n’est pas son agent of­fi­ciel. Le rap­peur n’a ja­mais don­né son ac­cord pour cette date. Il s’agit de quel­qu’un qui a fait croire qu’il tra­vaillait pour Tra­vis Scott alors qu’en réa­li­té ce n’était pas le cas», a ex­pli­qué une source. La plainte qui a été dé­po­sée dans un pre­mier temps par le fes­ti­val contre Scott été re­ti­rée, ains que l’a confirm l’avo­cat Perr Wan­der. La jus­penche tice se do­ré­na­vant sur le cas de cet es­croc.

Pour l’anec­dote, c’est dans ce même fes­ti­val que Tra­vis a ren­con­tré Ky­lie Jen­ner, en 2017, an­née où il y a joué. En­semble, ils ont eu une pe­tite Stor­mi, née il y a onze mois.

–AFP

L’Amé­ri­cain de 26 ans n’a, pour l’heure, fait au­cun com­men­taire.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.