Mas­sacre de vo­la­tiles: le voi­si­nage ap­plau­dit

MON­THEY (VS) La mort d’une di­zaine d’oi­seaux ne pour­ra pas être élu­ci­dée mal­gré de forts soup­çons d’em­poi­son­ne­ment. Les voi­sins s’en ac­com­modent.

20 Minutes - Genève - - Vorderseit­e - –XA­VIER FER­NAN­DEZ

Une étrange ma­lé­dic­tion frappe les oi­seaux qui tour­noient au­tour de l’église de Mon­they. Plu­sieurs vo­la­tiles morts ou ago­ni­sants ont été ra­mas­sés il y a une se­maine, vrai­sem­bla­ble­ment em­poi­son­nés. Il n’y au­ra pas d’en­quête: les ca­davres ont été éli­mi­nés sans être ana­ly­sés. Les voi­sins, qui feignent de ne pas connaître le cou­pable, s’en ré­jouissent. Cette hé­ca­tombe est «sa­lu­taire», tant les pi­geons et les moi­neaux souillent le saint édi­fice et ses pieux usa­gers.

Des pi­geons et aus­si des moi­neaux. Entre jeu­di et ven­dre­di der­niers, en­vi­ron une di­zaine de ca­davres d’oi­seaux sont ap­pa­rus aux alen­tours de l’église de Mon­they. La po­lice mu­ni­ci­pale a été avi­sée, mais elle n’a pas sui­vi le pro­to­cole éta­bli pour ce genre de cas. Nor­ma­le­ment, elle au­rait dû com­men­cer par avi­ser le garde-faune du sec­teur. Ce der­nier au­rait ain­si pu dé­ci­der de faire ana­ly­ser les dé­pouilles, vu les fortes sus­pi­cions d’em­poi­son­ne­ment.

«Il y a deux ou trois ans, nous avions dé­jà eu un cas si­mi­laire au même en­droit. À l’époque, il avait été dé­ci­dé que des ana­lyses n’étaient pas né­ces­saires, vu le faible nombre d’oi­seaux morts. Mais, puisque ce­la s’est re­pro­duit, la piste de l’em­poi­son­ne­ment semble la plus pro­bable», es­time Sté­phane Cop­pey, pré­sident de la com­mune. Ce der­nier sou­ligne éga­le­ment que de nom­breux ci­toyens et com­mer­çants de la place dé­plorent les sa­lis­sures liées aux dé­jec­tions des pi­geons (lire ci-des­sus).

In­ter­ro­gée à plu­sieurs re­prises, la po­lice af­firme n’avoir pas tou­ché aux ca­davres. Dif­fé­rents té­moins sou­tiennent tou­te­fois le contraire. Quant au vé­té­ri­naire can­to­nal, il confirme que les dé­pouilles ont été éli­mi­nées (lire ci-contre). Quoi qu’il en soit, il n’y au­ra ni en­quête ni cou­pable, puisque les vo­la­tiles ont dis­pa­ru. Mais, se­lon nos in­for­ma­tions, l’au­teur est «quel­qu’un de très in­fluent.»

–DR

Des moi­neaux et des pi­geons ont été re­trou­vés sans vie.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.