Mia a de la peine à re­fu­ser du bou­lot

LOS AN­GELES L’ac­trice Mia Wa­si­kows­ka ap­pré­cie tel­le­ment son job qu’elle a du mal à re­fu­ser les rôles qu’on lui pro­pose.

20 Minutes - Genève - - Vorderseit­e - –HEN­RY AR­NAUD

«Chaque an­née, je me dis que ce­la va se cal­mer, puis je re­çois un scé­na­rio en or que je n’ima­gine pas re­fu­ser.» Mia Wa­si­kows­ka est une sta­kha­no­viste des pla­teaux. De­puis quinze ans, celle qui a in­car­né l’Alice au pays des mer­veilles de Tim Bur­ton en­chaîne les tour­nages. Si l’Aus­tra­lienne tra­vaille au­tant, c’est que les rôles qu’on lui pro­pose sont, se­lon elle, de plus en plus fas­ci­nants. En­fant, elle rê­vait de de­ve­nir dan­seuse, et mal­gré des heures pas­sées à s’en­traî­ner à la barre, elle a dû se ré­soudre à re­non­cer à cette car­rière. Si c’était pour mieux re­bon­dir de­vant les ca­mé­ras, les fans de ci­né­ma ne s’en plain­dront pas.

«En de­hors de ma fa­mille, le plus grand amour de ma vie est mon chien, June. Mon frère Kai s’oc­cupe de lui lorsque je suis loin de Syd­ney»

Mia Wa­si­kows­ka

Co­mé­dienne aus­tra­lienne

Ré­vé­lée en 2010 dans «Alice au pays des mer­veilles», de Tim Bur­ton, Mia Wa­si­kows­ka est l’une des ac­trices les plus bos­seuses de sa gé­né­ra­tion. L’Aus­tra­lienne d’ori­gine po­lo­naise, âgée de 30 ans, est au ci­né­ma dans «Black­bird», avec Su­san Sa­ran­don, et sur Net­flix dans «Le Diable, tout le temps».

– Vous faites par­tie de ces ac­trices qui tra­vaillent constam­ment. Pour­quoi?

– Ce­la fait près de quinze ans dé­jà que j’ai com­men­cé ma car­rière et j’ai le sen­ti­ment que l’on m’offre de plus en plus de films fas­ci­nants. Chaque an­née, je me dis que ce­la va se cal­mer, puis je re­çois un scé­na­rio en or que je n’ima­gine pas re­fu­ser. Ce­la dit, je ne cherche pas à tra­vailler au­tant. Être chez moi en Aus­tra­lie et m’oc­cu­per de mon jar­din, ce­la me va très bien.

– On vous a at­tri­bué des ro­mances avec Jesse Ei­sen­berg et Robert Pat­tin­son. Où en êtes-vous de vos amours?

– En de­hors de ma fa­mille, le plus grand amour de ma vie est mon chien, June. Mon frère Kai s’oc­cupe de lui lorsque je suis loin de Syd­ney. Dès que je ter­mine un tour­nage, je rentre chez moi le plus vite pos­sible pour le re­trou­ver.

– Vous vou­liez être dan­seuse clas­sique avant de de­ve­nir ac­trice. Re­gret­tez-vous d’avoir tour­né le dos à la danse?

– Ce n’est pas moi qui ai tour­né le dos à la danse, mais la danse qui n’était pas faite pour moi, en tout cas pour en faire une car­rière. De­puis l’en­fance, je rê­vais d’être dan­seuse étoile. J’ai sa­cri­fié toutes mes après-mi­di pour en­chaî­ner des heures de cours de danse clas­sique, après l’école. On m’a en­suite fait sa­voir dans des au­di­tions que je n’avais pas le corps pour le bal­let. Je reste amou­reuse de la danse mais c’est du pas­sé pour moi.

«J’aime faire du jar­di­nage. M’oc­cu­per de mes plants de to­mates, cour­gettes et épi­nards, je n’ai rien trou­vé de mieux pour me vi­der la tête de toutes pen­sées né­ga­tives» Mia Wa­si­kows­ka

–KEY

L’ac­trice, âgée de 30 ans, est ac­tuel­le­ment à l’af­fiche de «Black­bird», avec Su­san Sa­ran­don.

–AFP

Mia Wa­si­kows­ka, 30 ans, est à l’af­fiche de deux longs mé­trages.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.