Une app fait le tour de la dan­ge­ro­si­té des drogues

VAUD Une app pré­sente un ca­ta­logue de stups tes­tés et leurs risques, mais aus­si des conseils pour consom­mer «moins dan­ge­reu­se­ment».

20 Minutes - Lausanne - - LA UNE - –PAU­LINE RUMPF

Mal­gré les mises en garde de pré­ven­tion, cer­tains fê­tards choi­si­ront quand même de consom­mer des stu­pé­fiants ou de l’al­cool en soi­rée. Par­tant de ce constat, la pla­te­forme de pré­ven­tion Night­life Vaud a dé­ve­lop­pé une ap­pli­ca­tion qui se veut pra­tique et concrète. Elle contient no­tam­ment un ca­ta­logue non ex­haus­tif de drogues de toutes formes et cou­leurs, avec des in­di­ca­tions sur les sub­stances, des conseils sur la fa­çon la moins dan­ge­reuse de consom­mer, et com­ment ré­agir en cas de pro­blème. De quoi cau­tion­ner une pra­tique illé­gale et ris­quée? «Sû­re­ment pas, il n’y a au­cun as­pect in­ci­ta­tif, ré­pond Ya­na Scheu­rer, char­gée du pro­jet. C’est d’abord un ou­til pour en­trer en dis­cus­sion et pour mon­trer qu’il existe une va­rié­té in­fi­nie de ces drogues, sans ga­ran­tie que deux pas­tilles contiennent la même chose même si elles se res­semblent.»

L’app se­ra aus­si uti­li­sée dans des fes­ti­vals ou des boîtes. Se­lon Ya­na Scheu­rer, les gens y sont lar­ge­ment pre­neurs de conseils pour ré­duire les risques de leur consommation:

«Par exemple, on ex­plique que se pas­ser des pailles pour la co­caïne est un des pre­miers vec­teurs de trans­mis­sion de ma­la­dies. On dis­tri­bue des post-it avec des conseils, qu’on peut rou­ler pour snif­fer. Ceux qui consomment en prennent vo­lon­tiers, mais pas les autres.»

Autre nou­veau­té pour la pla­te­forme de pré­ven­tion: l’app contient un quiz sur les bonnes stra­té­gies à adop­ter en soi­rée.

Les uti­li­sa­teurs peuvent vé­ri­fier la qua­li­té des dif­fé­rents pro­duits.

–GET­TY

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.