«La mos­quée a hé­ri­té de bombes à re­tar­de­ment»

GE­NÈVE Les deux Suisses ar­rê­tés au Ma­roc sont pas­sés par la mos­quée de Ge­nève. Celle-ci a chan­gé, mais n’est pas à l’abri de son pas­sé.

20 Minutes - Lausanne - - RÉGIONS - –MA­RIA PINEIRO

L’en­quête sur le double meurtre de tou­ristes scan­di­naves au Ma­roc a me­né à l’ar­res­ta­tion de deux Ge­ne­vois éta­blis au Magh­reb. Sa­me­di, la «Tri­bune de Ge­nève» ré­vé­lait que l’un d’eux était fi­ché S et que les deux hommes se sont ren­con­trés à la mos­quée du Pe­tit-sa­con­nex.

De­puis mars 2018, le lieu a une nou­velle di­rec­tion. Avant, la mos­quée a connu des an­nées trou­blées. Ain­si, plu­sieurs «fi­chés S» ont of­fi­cié comme imams ou dans la sé­cu­ri­té. C’est dans ce contexte qu’un groupe de jeunes, dont en tout cas un des in­ter­pel­lés, s’était peu à peu ra­di­ca­li­sé.

«Il y a eu de grandes dé­faillances, un manque to­tal de sur­veillance qui a per­mis à cer­tains de se réunir loin des re­gards», syn­thé­tise Has­ni Abi­di, spé­cia­liste du monde arabe. Une si­tua­tion qui n’est plus d’ac­tua­li­té: «Il y a dé­sor­mais un dé­but de sé­ré­ni­té. La mos­quée a pro­mis un chan­ge­ment qui doit pas­ser par la pro­mo­tion d’un is­lam ou­vert et mo­dé­ré. C’est sa der­nière chance», pour­suit-il. Pour au­tant, «la nou­velle équipe hé­rite de bombes à re­tar­de­ment dont on ne sait rien», ana­lyse Ha­fid Ouar­di­ri. Le di­rec­teur de

la Fon­da­tion de l’en­tre­con­nais­sance, qui a des contacts avec les res­pon­sables de la mos­quée, es­time que «le tra­vail à ac­com­plir est énorme», mais il as­sure que la nou­velle équipe est en­ga­gée dans la voie de la «trans­pa­rence ab­so­lue».

–KEYS­TONE

La nou­velle équipe de la mos­quée se veut trans­pa­rente.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.