Les ap­pels se mul­ti­plient en fa­veur de l’«Aqua­rius»

Douze ONG in­sistent au­près du Conseil fé­dé­ral pour que le na­vire hu­ma­ni­taire puisse battre pa­villon suisse

24 Heures - - Suisse - Pa­trick Mo­nay

«Ac­cor­der le pa­villon suisse à l’Aqua­rius n’est pas seule­ment un geste d’hu­ma­ni­té. Il s’agit éga­le­ment de mar­quer l’op­po­si­tion de la Suisse à une forme in­quié­tante de cri­mi­na­li­sa­tion des or­ga­ni­sa­tions hu­ma­ni­taires, dans le but de les em­pê­cher d’ac­com­plir leur mis­sion au­près des po­pu­la­tions.» Ain­si s’ex­priment douze ONG dans une lettre ou­verte adres­sée jeu­di au Conseil fé­dé­ral. Par­mi les­quelles Am­nes­ty In­ter­na­tio­nal (sec­tion suisse), Ca­ri­tas, EPER (En­traide pro­tes­tante suisse), Mé­de­cins du monde, l’Or­ga­ni­sa­tion suisse d’aide aux ré­fu­giés et Terre des hommes.

Cet ap­pel s’ajoute à la pé­ti­tion re­mise mar­di der­nier à la Chan­cel­le­rie fé­dé­rale, mu­nie de plus de 25 000 si­gna­tures. Mais aus­si au ré­cent plai­doyer de nom­breuses per­son­na­li­tés, dont l’an­cienne conseillère fé­dé­rale Mi­che­line Cal­my-Rey, le Prix No­bel de chi­mie Jacques Du­bo­chet, l’évêque Charles Mo­re­rod et l’ex­pro­cu­reure Car­la Del Ponte.

Le na­vire de se­cours en mer Aqua­rius, af­fré­té par l’as­so­cia­tion SOS Mé­di­ter­ra­née, est blo­qué de­puis plus d’une se­maine au port de Mar­seille, le Pa­na­ma ayant dé­ci­dé de lui re­ti­rer son pa­villon. «Le plus vite une so­lu­tion se­ra trou­vée, le plus vite nous pour­rons re­par­tir en mer pour sau­ver des gens», confie Ca­ro­line Abu Sa’da, di­rec­trice de SOS Mé­di­ter­ra­née Suisse. Les seules autres pistes dont le ba­teau dis­pose au­jourd’hui pro­viennent du Luxem­bourg, du Por­tu­gal et du Ve­ne­zue­la, où ont été émises des in­ten­tions sem­blables à celles qui se ma­ni­festent en Suisse.

Ca­ro­line Abu Sa’da es­père au­jourd’hui une «dé­ci­sion po­li­tique» de la part du Conseil fé­dé­ral. Ce­lui-ci peut en ef­fet faire usage d’une clause d’ex­cep­tion pré­vue dans la loi fé­dé­rale sur la na­vi­ga­tion ma­ri­time. Elle l’au­to­rise à in­clure un bâ­ti­ment dans le re­gistre des na­vires suisses, pour au­tant que ce­lui-ci soit ex­ploi­té à des fins hu­ma­ni­taires, mais aus­si à condi­tion que la so­cié­té pro­prié­taire soit do­mi­ci­liée en Suisse.

Or, dans le cas de l’Aqua­rius, il s’agit d’un pe­tit ar­ma­teur al­le­mand, Jas­mund Ship­ping. Son pa­tron, in­ter­viewé cette se­maine par «Le Temps», évo­quait des coûts trop éle­vés pour concré­ti­ser une telle dé­marche. La di­rec­trice de SOS Mé­di­ter­ra­née Suisse, elle, n’y voit pas un obs­tacle in­sur­mon­table. «Si nous ob­te­nons une dé­ci­sion de prin­cipe de la part du Conseil fé­dé­ral, nous pour­rons agir au ni­veau ad­mi­nis­tra­tif.»

Qu’en dit-on à Berne? Quatre par­le­men­taires ont in­ter­pel­lé le Conseil fé­dé­ral fin sep­tembre, pour lui sug­gé­rer de faire ce geste en fa­veur de l’Aqua­rius. «Il leur ré­pon­dra en temps utile, in­dique un porte-pa­role du Dé­par­te­ment fé­dé­ral des af­faires étran­gères. Nous ne four­nis­sons au­cune in­for­ma­tion préa­lable.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.