En pro­me­nant «Mir­za» au bord du lac

24 Heures - - Opinions - Pa­trick Chuard

«Mir­za! Mir­za!» Le chien blanc court sur la plage de Pré­ve­renges, ce ma­tin de prin­temps 2018. Plu­tôt obéis­sant, il ré­pond aux ap­pels de sa maî­tresse. «Je vous pré­sente Mir­za. C’est une fe­melle wes­tie pure race», ex­plique Nu­ria Gor­rite, pro­prié­taire de cette boule de poils fri­sés. La pré­si­dente du Con­seil d’État l’a ache­tée il y a douze ans dans un éle­vage ju­ras­sien. «On est al­lé la voir plein de fois avec ma fille, qui avait alors 7 ans. Au dé­part, c’était une pe­tite chose qui te­nait dans une seule main. Une belle his­toire a com­men­cé», ra­conte Nu­ria Gor­rite. Loin de la Ri­ponne, loin du Châ­teau, loin de l’Ély­sée, la cheffe du gou­ver­ne­ment vau­dois aime pro­me­ner son chien ici, à Pré­ve­renges. Faire le vide. Res­pi­rer. Croi­ser des gens en toute sim­pli­ci­té. Pen­dant qu’on cause, Mir­za a de nou­veau fi­lé sur la plage.

Mir­za? C’était à cause de la chan­son de Ni­no Fer­rer, bien sûr. Une fois le chiot à la mai­son, il a fal­lu s’en oc­cu­per. «J’ai dû vi­rer les ta­pis de l’ap­par­te­ment, se sou­vient Nu­ria Gor­rite. Elle a fait peu de bê­tises, sauf qu’elle m’a sac­ca­gé un ca­na­pé. Un ma­tin, je me lève et il y avait de la mousse par­tout dans le cou­loir… Le ca­na­pé était fi­chu. Après, je l’ai dres­sée conve­na­ble­ment.» Sé­pa­rée, Nu­ria Gor­rite vi­vait alors seule avec sa fille. Mir­za ap­por­tait une com­pa­gnie. «C’est un gen­til chien, très joyeux, très joueur. Es­piègle. Les en­fants l’adorent», as­sure la mi­nistre en mar­chant. Elle sa­lue d’autres pro­prié­taires de chiens. Elle s’ar­rête. Pro­me­ner un ani­mal per­met à coup sûr d’en­ga­ger la conver­sa­tion.

«Dans le fond, mon ca­rac­tère est nor­ma­le­ment plus chat que chien, ajoute Nu­ria Gor­rite. Le chat est plus in­dé­pen­dant, il a be­soin de moins de soins, de pro­me­nades ou de dis­ci­pline. Mais j’ai tou­jours eu des chiens par tra­di­tion fa­mi­liale.» Sa fille gran­dis­sant et après l’élec­tion au Con­seil d’État en 2012, elle a eu moins le temps de s’oc­cu­per de Mir­za. La se­maine, le chien reste chez les pa­rents, à Morges, et Nu­ria Gor­rite prend l’ani­mal cer­tains week-ends. «Je ne l’em­mène ja­mais au bu­reau, sauf quel­que­fois quand je tra­vaille le di­manche. Jac­que­line Mau­rer pre­nait tout le temps son chien avec elle.» En douze ans, il y a eu bien des évé­ne­ments dans la vie de la po­li­ti­cienne. Des deuils, des sé­pa­ra­tions, des mo­ments dif­fi­ciles. «Des fois je parle à Mir­za, je l’avoue. Je me rends compte du ri­di­cule de la si­tua­tion, dit-elle en ri­go­lant. Mais j’ai quand même l’im­pres­sion qu’elle me com­prend. C’est comme un membre de la fa­mille. Elle est at­ten­tive, elle me re­garde avec sa tête, comme ça.»

Mir­za com­prend tout à sa ma­nière. Ou pas. Mais son écoute est bien­fai­sante. Nu­ria Gor­rite ad­met que la so­li­tude du pou­voir existe. «Plus qu’on ne le croit.» Et le re­gard des autres gens change. «J’ai dû pré­ci­ser les choses avec mes amis. Leur dire que je n’ai pas chan­gé, que je suis tou­jours la même. Ils avaient peur que je sois moins dis­po­nible, que je sois hap­pée par je ne sais quelle sphère.» Elle dit sa chance d’avoir beau­coup d’amis, alors que d’autres po­li­tiques s’en­ferment dans leur bulle. «Mais j’ai dû faire un ef­fort pour les gar­der. Ce job de fou peut vous iso­ler.» Nu­ria Gor­rite fait le maxi­mum pour se ba­la­der de temps en temps, man­ger un bon re­pas, boire un verre et dan­ser. Elle adore dan­ser. Pro­me­ner Mir­za fait par­tie de ces mo­ments de res­pi­ra­tion.

Pour­quoi je vous ra­conte ça? Je me suis sou­ve­nu cette se­maine, avec la dé­mis­sion de Gé­ral­dine Sa­va­ry, que les po­li­tiques sont tel­le­ment hu­mains, avec leurs forces et leurs fai­blesses… Ils sont du même bois que vous et moi. J’y pen­sais en mar­chant ce ma­tin-là au bord du lac à Pré­ve­renges.

«J’ai dû faire un ef­fort pour gar­der mes amis. Ce job de fou peut vous iso­ler»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.