L’avis du vé­té­ri­naire

24 Heures - - Suisse - L.Bt

● L’écor­nage sur un veau peut être réa­li­sé par un pay­san pour au­tant qu’il ait sui­vi une for­ma­tion et que l’ani­mal n’ait pas plus de trois se­maines. Pas­sé cet âge, c’est le vé­té­ri­naire qui s’en charge. «C’est alors beau­coup plus trau­ma­ti­sant», ex­plique Gré­goire Theu­bet, vé­té­ri­naire au ca­bi­net du MontTer­ri. Ce jeune pro­fes­sion­nel in­ter­vient tant dans la ferme de Mon­nat que dans celle du Ma­ran. Il s’est for­gé sa convic­tion. «Je pense que les cornes ont un rôle à jouer. Mais si on les laisse, il faut être hy­per­con­sé­quents. Si­non, ce­la de­vient très ris­qué, aus­si pour nous.» La So­cié­té des vé­té­ri­naires suisses a pris po­si­tion en vue du vote du 25 no­vembre: «Des contri­bu­tions fi­nan­cières pour des vaches por­tant leurs cornes ne sont pas ap­pro­priées. Des me­sures en­cou­ra­geant tous les as­pects du bien-être ani­mal sont plus ju­di­cieuses.»

Entre une vache avec des cornes mais en­tra­vée, ou une vache écor­née mais libre de bou­ger et d’in­ter­agir, Gré­goire Theu­bet es­time que le bé­né­fice est plus grand dans le deuxième cas de fi­gure. En re­vanche, il note que l’on parle peu des chèvres, pour­tant aus­si concer­nées par l’ini­tia­tive. «Pour elles, l’écor­nage est beau­coup plus trau­ma­ti­sant et fonc­tionne as­sez mal.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.