Jean-Mi­chel Do­li­vo vise le Conseil d’État sur fond de crise à l’ex­trême gauche

En­semble à Gauche lance sa cam­pagne pour le siège que lais­se­ra Pierre-Yves Maillard. Une «lutte» qui se fait sans l’al­lié POP

24 Heures - - La Une - Cin­dy Men­di­ci­no

La gauche ra­di­cale se lance dans la course au Conseil d’État. Elle a choi­si le dé­pu­té so­li­da­ri­téS JeanMi­chel Do­li­vo, 67 ans, pour ten­ter de ra­vir le siège so­cia­liste que Pierre-Yves Maillard lais­se­ra va­cant ce prin­temps.

Et le ton choi­si est pour le moins ferme. «Cette can­di­da­ture a pour ob­jec­tif de pro­po­ser aux ha­bi­tants de ce can­ton une al­ter­na­tive réel­le­ment à gauche, c’es­tà-dire des pro­po­si­tions qui marquent une rup­ture avec une po­li­tique néo­li­bé­rale, sau­pou­drée de quelques me­sures so­ciales, avec par­fois le la­bel fre­la­té du dé­ve­lop­pe­ment du­rable, une po­li­tique me­née au­jourd’hui par la coa­li­tion PLR-PSV, in­car­née par le couple Brouillard et Ma­lice», a dé­cla­ré Jean-Mi­chel Do­li­vo en confé­rence de presse.

Une can­di­da­ture de lutte, donc, que l’avo­cat lau­san­nois spé­cia­li­sé en droit du tra­vail, des lo­ca­taires et des étran­gers mè­ne­ra au sein d’une coa­li­tion com­po­sée de son par­ti, de Dé­crois­sance Al­ter­na­tives et de So­li­da­ri­té Éco­lo­gie. Le POP n’est pas as­so­cié à la dé­marche. «Pour l’heure», pré­cise le can­di­dat (lire ci-contre).

Re­ven­di­ca­tions fé­mi­nistes

Jean-Mi­chel Do­li­vo croit se sou­ve­nir que c’est la 3e fois qu’il se pré­sente au Conseil d’État. Son par­ti af­fiche une ligne clai­re­ment fé­mi­niste. Pour­quoi n’a-t-il pas cé­dé sa place à une femme? C’est sa col­lègue de par­ti Fran­zis­ka Mein­herz qui a ré­pon­du pour lui. «Nous vou­lions une can­di­da­ture cré­dible pour cette cam­pagne qui va pro­ba­ble­ment se dé­rou­ler dans des condi­tions dif­fi­ciles. Il est vrai que nous avons peu de femmes qui ont de l’ex­pé­rience. Ce­la dit, les re­ven­di­ca­tions fé­mi­nistes sont clai­re­ment au coeur de cette cam- pagne, aus­si en vue de la grève. Le fé­mi­nisme est un thème trans­ver­sal de toutes les thé­ma­tiques. Bien que Jean-Mi­chel ne soit pas une femme, il por­te­ra les re­ven­di­ca­tions fé­mi­nistes.»

«De la rue au gou­ver­ne­ment»

Dans le pro­gramme pré­sen­té par le can­di­dat, on re­trouve lo­gi­que­ment tout ce qui fait les com­bats d’En­semble à Gauche, ten­dance so­li­da­ri­téS, donc. Jean-Mi­chel Do­li­vo ex­plique qu’il s’ap­puie­ra sur les mou­ve­ments so­ciaux pour me­ner son ac­tion. Son slo­gan «De la rue au gou­ver­ne­ment», ex­prime ce lien.

Il a li­vré quelques exemples de po­li­tiques qu’il ai­me­rait me­ner s’il ac­cé­dait au Conseil d’État. L’axe fé­mi­niste, d’abord, avec l’au­to­ri­sa­tion pour les em­ployées de l’État de Vaud de par­ti­ci­per à la grève du 14 juin pro­chain. Axe mi­grants en­suite, avec une op­po­si­tion as­su­rée aux ren­vois for­cés, par­ti­cu­liè­re­ment pour les mi- neurs et les fa­milles. Jean-Mi­chel Do­li­vo fe­rait des lo­caux vides du can­ton des lieux de re­fuge. «Oui, le can­ton peut de­ve­nir un lieu de déso­béis­sance ci­vile», dit le can­di­dat.

Trans­ports pu­blics gra­tuits

C’est aus­si en ma­tière de mo­bi­li­té que le can­di­dat so­li­da­ri­téS veut faire bou­ger les lignes, en ren­dant no­tam­ment les trans­ports pu­blics gra­tuits. Fi­na­le­ment, Jean-Mi­chel Do­li­vo re­met aus­si le sa­laire mi­ni­mum sur la table avec un re­ve­nu can­to­nal de mi­ni­mal qu’il sou­hai­te­rait fixer à 4500 francs.

«Je suis conscient que les pro­po­si­tions po­li­tiques que nous for­mu­lons doivent être sou­te­nues et dé­ve­lop­pées par des mou­ve­ments so­ciaux.» Ceux-ci connaissent-ils ac­tuel­le­ment un re­gain d’im­por­tance? «Oui, c’est cer­tain, ré­pond Jean-Mi­chel Do­li­vo. On l’a vu avec les mo­bi­li­sa­tions des ma­çons, celles au­tour des ques­tions d’asile ou en­core sur l’ac­cueil de jour.» Des ma­ni­fes­ta­tions d’un écart tou­jours plus grand, «un dé­ga­gisme» am­biant qui montre que les ha­bi­tants se de­mandent à quoi ça sert d’élire des gens.»

KEYSTONE/JEAN-CHRIS­TOPHE BOTT

JEAN-CHRIS­TOPHE BOTT/KEYSTONE

Jean-Mi­chel Do­li­vo croit se sou­ve­nir que c’est la troi­sième fois qu’il se pré­sente au Conseil d’État.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.