En 2019, le tour­noi fé­mi­nin de Gs­taad quit­te­ra l’Ober­land pour Lau­sanne au­sanne

Il ne manque plus que la va­li­da­tion de la WTA pour que le tour­noi de Gs­taad dé­mé­nage au bord du lac Lé­man l’an pro­chain

24 Heures - - La Une - PA­TRICK MAR­TIN

La nou­velle se­ra of­fi­cielle le 17 dé­cembre, lors d’une confé­rence de presse convo­quée par les or­ga­ni­sa­teurs du tour­noi de ten­nis de Gs­taad: Lau­sanne ré­cu­pé­re­ra le ren­dez­vous ber­nois dès la sai­son pro­chaine.

Si les ins­tances du ten­nis fé­mi­nin (WTA) va­lident le «trans­fert» de la com­pé­ti­tion ces pro­chaines heures, le La­dies Cham­pion­ship 2019 se tien­dra du 13 au 21 juillet sur les ter­rains du TC Stade-Lau­sanne.

Beau­coup des per­sonnes que nous avons contac­tées jeu­di n’ont pas sou­hai­té confir­mer cette in­for­ma­tion, ob­te­nue de sources concor­dantes. «On peut dé­sor­mais consi­dé­rer le tour­noi de Gs­taad comme lau­san­nois», a tou­te­fois fi­ni par re­con­naître Ales­san­dro Pian, membre du co­mi­té du Sta­deLau­sanne.

Avant lui, Os­car To­sa­to, le mu­ni­ci­pal char­gé des Sports, avait re­con­nu que la Ville était «in­té­res­sée» à ac­cueillir un tour­noi de ten­nis fé­mi­nin et qu’elle avait même «en­tre­pris des dé­marches en ce sens». Des contacts entre Grand Che­lem Event, la so­cié­té or­ga­ni­sa­trice du ren­dez-vous de Gs­taad, et la ci­té olym­pique, exis­taient bel et bien de­puis plu­sieurs se­maines au moins.

Un tour­noi bou­dé à Gs­taad

Rien ni per­sonne ne sem­blaient s’op­po­ser au chan­ge­ment de ville or­ga­ni­sa­trice, et sans doute pas le pa­tron du tour­noi, Jean-Fran­çois «Jeff» Col­let.

Le Vau­dois a pu consta­ter ces trois der­nières an­nées que le ren­dez-vous fé­mi­nin de Gs­taad, lan­cé en 2016, pei­nait à sus­ci­ter l’en­thou­siasme des spec­ta­teurs. «24 heures» avait in­ter­ro­gé le di­ri­geant fin juillet sur les pro­ba­bi­li­tés de voir une nou­velle édi­tion dans l’Ober­land ber­nois en 2019. Col­let avait alors re­con­nu que «plu­sieurs op­tions exis­taient pour l’ave­nir», dont celle-ci: «Trou­ver un autre en­droit en Suisse.» À l’époque, il pré­ci­sait aus­si n’avoir «pas en­core cher­ché de can­di­dat éven­tuel». Mais il n’y avait même pas be­soin de cher­cher: ce La­dies Cham­pion­ship, Lau­sanne le vou­lait vrai­ment.

«Nous or­ga­ni­sons beau­coup de ma­ni­fes­ta­tions chaque an­née et sou­hai­tons avoir des com­pé­ti­tions uni­que­ment fé­mi­nines, livre Os­car To­sa­to. Nous nous sommes ré­cem­ment po­si­tion­nés sur le Tour de France (ndlr: Lau­sanne et Aigle ont pré­sen­té un pro­jet com­mun pour l’or­ga­ni­sa­tion d’une étape entre 2021 et 2023), qui est une épreuve mas­cu­line. L’idée est d’avoir un ren­dez-vous avec des ath­lètes fé­mi­nines de re­nom.» Le tour­noi de Gs­taad ré­pond aux cri­tères. Il est bien co­té (WTA 250) et at­tire de bonnes joueuses comme la 47e mon­diale Ali­zé Cor­net, lau­réate de la der­nière édi­tion en al­ti­tude.

Un re­tour à la nor­male

Si elle re­vient dé­fendre son titre en Suisse la sai­son pro­chaine, la Fran­çaise dé­cou­vri­ra les mon­tagnes sous un autre angle. Les matches se dé­rou­le­ront dé­sor­mais au bord du lac Lé­man, sur les courts en terre bat­tue du TC Stade-Lau­sanne, à Vi­dy. «Les in­fra­struc­tures y sont adap­tées pour ac­cueillir ce type d’évé­ne­ments, moyen­nant quelques trans­for­ma­tions», sou­ligne Os­car To­sa­to.

Ales­san­do Pian s’at­tend à pas­ser «quelques nuits blanches» d’ici au mois de juillet. «Il y a plein de ques­tions à po­ser, qu’il fau­dra en­suite ré­soudre.» La ré­fec­tion de plu­sieurs ins­tal­la­tions ap­pa­raît comme prio­ri­taire. «Il fau­dra sé­cu- ri­ser les ac­cès, amé­lio­rer l’éclai­rage, don­ner un coup de pin­ceau. J’es­père qu’on au­ra les moyens de nos am­bi­tions. On a ob­te­nu l’or­ga­ni­sa­tion du tour­noi. Main­te­nant, il faut as­su­mer.»

À Vi­dy, on sait de toute fa­çon comment or­ga­ni­ser de grands matches. La Suisse y a évo­lué face à l’Au­triche en Fed Cup (dé­faite 4-1 en match de bar­rage) en 2005. Et dans les an­nées 80, un pres­ti­gieux tour­noi mas­cu­lin (l’Ebel Clas­sic) s’y dis­pu­tait. C’était l’oc­ca­sion pour les amou­reux du beau jeu de voir de près de grands joueurs comme Nas­tase, Ed­berg, Iva­ni­se­vic, Be­cker ou en­core Borg. «Ré­cu­pé­rer le tour­noi de Gs­taad nous per­met de ra­pa­trier un évé­ne­ment ten­nis­tique im­por­tant que nous avons per­du il y a très long­temps. C’est un re­tour à la nor­male, se fé­li­cite Ales­san­dro Pian. Avec 19 courts et 1500 membres, on mé­ri­tait d’avoir une com­pé­ti­tion comme celle-ci.» La balle est dé­sor­mais dans le camp du Sta­deLau­sanne.

«Les in­fra­struc­tures du TC Sta­deLau­sanne sont adap­tées pour ac­cueillir ce type d’évé­ne­ments, moyen­nant quelques trans­for­ma­tions»

PHI­LIPPE MAEDER

C’est au TC Stade-Lau­sanne, à Vi­dy, que se dis­pu­te­ra le tour­noi fé­mi­nin or­ga­ni­sé ces trois der­nières sai­sons à Gs­taad.

Os­car To­sa­to Mu­ni­ci­pal char­gé des Sports

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.