Le «cas» Trump à la loupe

24 Heures - - De La Tête Aux Pieds - C.D.

● Im­pos­sible vi­si­ble­ment d’écrire un ou­vrage col­lec­tif sur la conne­rie sans abor­der le cas Trump. «Tout le monde m’en a par­lé, confirme Jean-Fran­çois Mar­mion. Beau­coup de contri­bu­teurs y font ré­fé­rence, comme s’il re­pré­sen­tait la bê­tise uni­ver­selle. Pour­tant, je ne le pense pas si con. Il ne se­rait pas ar­ri­vé au poste de pré­sident des États-Unis s’il était aus­si stu­pide qu’on le pense.» Pour Pierre de Se­nar­clens par exemple, le phé­no­mène Trump est em­blé­ma­tique: «Ce n’est pas un ha­sard si Do­nald Trump a joué un rôle im­por­tant dans la té­lé-réa­li­té et le monde du spec­tacle, où l’image compte plus que tout. Nous avons là une per­sonne qui ment à presque cha­cune de ses phrases, une per­son­na­li­té nar­cis­sique, pa­tho­lo­gique en diable, et pour­tant sou­te­nue par des mil­liers de gens qui ne semblent pas com­prendre ce qui se cache der­rière son dis­cours po­li­tique de haine, de vio­lence et de vul­ga­ri­té.» Le pro­fes­seur de phi­lo­so­phie Aa­ron James lui a même consa­cré un livre en 2016, ex­pli­quant les dan­gers que re­pré­sen­te­rait son élection. Se­lon lui, le pré­sident amé­ri­cain est «un uber-connard», «ca­pable d’en­chaî­ner bê­tise sur bê­tise» au même titre qu’un Kim Jong-un en Co­rée du Nord. Pas­cal En­gel, phi­lo­sophe et di­rec­teur d’études à l’École des hautes études en sciences so­ciales, érige même Trump au rang de «bull­shi­teur» en chef. Bref, in­utile de dire que l’homme au bru­shing blond en prend pour son grade.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.