Comp­tage via le wi-fi

24 Heures - - Vaud - ST.A.

Li­vea­ly­tics est un ou­til qui per­met de me­su­rer le nombre de per­sonnes vi­si­tant un stand ou n’im­porte quelle ma­ni­fes­ta­tion. Loïc Pri­vet, res­pon­sable de pro­jet chez Pro­mo­tion Tools, so­cié­té qui dé­ve­loppe Li­vea­ly­tics, sou­rit: «C’est l’équi­valent dans la vraie vie de Google Ana­ly­tics (ndlr: le ser­vice qui four­nit des don­nées sur les fré­quen­ta­tions des sites in­ter­net). »

Ce­la ne peut se faire dans un pé­ri­mètre illi­mi­té, mais seule­ment dans un es­pace géo­gra­phique pré­dé­fi­ni où au­ront été dis­po­sés des boî­tiers. Ces der­niers me­surent le wi-fi des té­lé­phones por­tables des pas­sants. «Notre étude a mon­tré que c’était la tech­no­lo­gie qui était le plus sou­vent al­lu­mée, par op­po­si­tion au Blue­tooth, par exemple, ou à la géo­lo­ca­li­sa­tion, à la­quelle beau­coup d’uti­li­sa­teurs re­noncent.» Avan­tage du wi-fi: une même per­sonne ne peut être comp­tée plu­sieurs fois.

Mais est-ce que Li­vea­ly­tics com­mu­nique avec cer­taines ap­pli­ca­tions du té­lé­phone por­table? «Bien sûr que non, ce se­rait illé­gal, ap­puie Loïc Pri­vet. En re­vanche, pour nos clients qui sou­haitent une ana­lyse en­core plus pré­cise, nous pou­vons croi­ser les don­nées de Li­vea­ly­tics avec d’autres in­for­ma­tions que nous ache­tons, qui ré­vèlent par exemple le sexe et l’âge des uti­li­sa­teurs. Ces me­sures, ap­pe­lées «geo­fen­cing» et four­nies par des ap­pli­ca­tions du type Fa­ce­book ou Lin­kedIn, sont re­ven­dues par des so­cié­tés qu’il faut payer pour qu’elles four­nissent ces in­di­ca­tions sous forme de pour­cen­tages.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.