Le SIHH s’ouvre sur fond de crois­sance as­sai­nie

Pour le groupe Ri­che­mont, ce sa­lon se­ra l’oc­ca­sion de re­bon­dir dans une pé­riode com­pli­quée

24 Heures - - Économie - Ivan Rad­ja

Le ri­deau se lève au­jourd’hui sur le 29e Sa­lon in­ter­na­tio­nal de la haute hor­lo­ge­rie (SIHH), à Pa­lex­po. Avec 35 marques pré­sentes, 18 mai­sons his­to­riques et 17 pe­tites marques ins­tal­lées au Car­ré des hor­lo­gers, la ma­ni­fes­ta­tion tire son épingle du jeu à l’heure où le concept même de sa­lon est bous­cu­lé, et pas seule­ment dans l’hor­lo­ge­rie.

Pour le groupe Ri­che­mont, ce temps fort est l’oc­ca­sion à ne pas ra­ter pour prendre le train de la re­prise, es­time Chris­tophe La­borde, ana­lyste fi­nan­cier chez Bor­dier & Cie: «Ri­che­mont a en ef­fet un peu ra­té le coche de la re­prise du mar­ché du luxe. Après la bulle de 2009 à 2013, le souf­flé est re­tom­bé. D’une crois­sance ar­ti­fi­cielle, do­pée en grande par­tie par le mar­ché chi­nois, où ré­gnait le gif­ting (po­li­tique du ca­deau) et la cor­rup­tion, l’hor­lo­ge­rie a connu un creux, puis une re­prise de­puis deux ans en­vi­ron.»

Le mar­ché de masse pour les montres d’en­trée et de mi­lieu de gamme évo­lue dans un contexte de re­prise ti­mide, comme en té­moignent les chiffres des ex­por­ta­tions de la Fé­dé­ra­tion hor­lo­gère. Après avoir grim­pé de 7,1% de jan­vier au dé­but du mois de no­vembre 2018, les ventes à l’étran­ger ac­cu­saient fi­na­le­ment un re­pli 3,9% du­rant ce même mois de no­vembre.

Entre 500 et 3000 francs, les garde-temps ont qua­si stag­né tan­dis que ceux de moins de 500 francs se sont ef­fon­drés. Seules les montres de plus de 3000 francs ont pro­gres­sé tant au ni­veau du chiffre d’af­faires (+8,4%) que des vo­lumes (+11,4%).

Ce­pen­dant, le haut de gamme connaît des si­tua­tions contras­tées d’un groupe à l’autre, voire d’une marque à l’autre. «Nous sommes à la fin d’un cycle, ob­serve Chris­tophe La­borde. Les taux de crois­sance se­ront dé­sor­mais moins dé­li­rants, très loin des 20% à 40% des folles an­nées.»

Mais si des groupes comme LVMH ou Ke­ring sont ti­rés en avant par des sec­teurs bien par­ti­cu­liers, comme la ma­ro­qui­ne­rie, qui a connu un for­mi­dable bond en 2018, «Ri­che­mont, moins di­ver­si­fié, est un peu plus à la peine et je suis cu­rieux de voir dans quel état vont se pré­sen­ter les marques lors de ce SIHH. Cer­taines bien sûr s’en tirent très bien, mais le pro­blème est que la di­vi­sion hor­lo­ge­rie de Car­tier n’a tou­jours pas ré­so­lu ses pro­blèmes de stocks chez les dé­taillants, ce qui em­pêche d’écou­ler à sa­tis­fac­tion de nou­velles col­lec­tions. Or Car­tier pèse très lourd au sein du groupe», rap­pelle l’ana­lyste fi­nan­cier chez Bor­dier & Cie.

Ven­dre­di, Ri­che­mont an­non­çait un lé­ger ra­len­tis­se­ment de ses ventes au der­nier tri­mestre 2018, avec une pro­gres­sion de 5% à taux de changes constants, contre une crois­sance de 8% sur les huit mois pré­cé­dents. De­puis dix-huit mois, Ri­che­mont ra­chète des stocks. Pour preuve, les ventes du groupe au client fi­nal pro­gressent de 8%, tan­dis que les ventes aux dis­tri­bu­teurs n’aug­mentent que de 1%.

Cette si­tua­tion se res­sent sur le titre du groupe de luxe. De­puis son pic de mai, l’ac­tion a chu­té de 30%, no­tam­ment à cause des ten­sions com­mer­ciales entre la Chine et les États-Unis.

SIHH, Pa­lex­po, Ge­nève. Jour­née ou­verte au pu­blic jeudi 17 jan­vier de 15 h à 22 h.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.