L’an­tique rai­son des mythes

24 Heures - - Culture & Société - M.CH.

● Dé­co­dage L’in­ter­pré­ta­tion cri­tique des mythes ne date pas d’hier. Cet exer­cice que l’on pour­rait à tort pen­ser comme émi­nem­ment mo­derne ne date ni du siècle der­nier ni même de la Re­nais­sance, mais dé­jà de l’An­ti­qui­té. Un au­teur peu connu du IVe siècle av. J.-C., sur­nom­mé Pa­lai­pha­tos (ce qui si­gni­fie «un dit an­cien»), est cré­di­té d’un ou­vrage in­ti­tu­lé «His­toires in­croyables». On y dé­compte 52 lé­gendes sys­té­ma­ti­que­ment dé­crites comme aber­rantes. Pour les ex­pli­quer, Pa­lai­pha­tos en pro­pose une in­ter­pré­ta­tion ra­tion­nelle, ma­nière à lui de les per­pé­tuer. Dans le cas du Mi­no­taure, l’au­teur dé­montre l’ab­sur­di­té de l’ac­cou­ple­ment d’une femme et d’un tau­reau: «Il est im­pos­sible qu’un ani­mal s’éprenne d’un autre d’une es­pèce dif­fé­rente si ses or­ganes sexuels ne cor­res­pondent pas aux siens.» Il émet l’hy­po­thèse que Pa­si­phaé a trom­pé Mi­nos avec un homme nom­mé Tau­ros (Tau­reau). Le roi de Crète ré­pu­dia l’en­fant, qui gran­dit dans la mon­tagne comme un sau­vage, tuant le bé­tail. On le cap­tu­ra. «Quand Mi­nos vou­lait que quel­qu’un soit pu­ni, il l’en­voyait au Mi­no­taure qui était en­fer­mé dans sa mai­son, et de cette fa­çon il le fai­sait tuer.» Et Pa­lai­pha­tos de conclure: «De ce qui est ar­ri­vé, les poètes firent le ré­cit my­thique.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.