Les se­crets de fa­bri­ca­tion de l’hymne des JOJ 2020

«Start Now», la chan­son of­fi­cielle des Jeux de la jeu­nesse, est dé­voi­lée ce mar­di ma­tin

24 Heures - - La Une - T.C.

Dans un mois et six jours, «Start Now», l’hymne des JOJ 2020, re­ten­ti­ra un peu par­tout dans le can­ton, du Vor­tex de l’EPFL, où logent les ath­lètes, aux dif­fé­rents lieux de com­pé­ti­tion.

Son chal­lenge? Mo­ti­ver sans las­ser, s’ins­crire dans les mé­moires sans saou­ler. Une exi­gence de plus pour une ren­gaine cen­sée illus­trer des concepts aus­si di­vers que la «suis­si­tude», la jeu­nesse, Lau­sanne, les sports d’hi­ver ou en­core les nom­breuses va­leurs olym­piques. Rien que ça! Un peu comme si on de­man­dait à un seul et même ath­lète de rem­por­ter l’or dans toutes les dis­ci­plines! Comme pour l’Eu­ro­vi­sion, l’hymne est le fruit d’un concours. Un pro­ces­sus lan­cé il y a un an en col­la­bo­ra­tion avec la Haute École de mu­sique Vaud Va­lais Ge­nève (HEMU). C’est la chan­son de Gas­pard Co­lin, un an­cien élève de l’école, qui a été choi­sie par le ju­ry. Com­ment a-t-il pro­cé­dé? D’abord en re­gar­dant «un max de clips de pop amé­ri­caine», his­toire d’ana­ly­ser les codes de cette mu­sique grand pu­blic, puis en y in­té­grant des touches suisses comme le cor des Alpes et les quatre langues na­tio­nales. «Start Now» est le fruit d’un tra­vail d’équipe, in­siste le com­po­si­teur. Près de 25 per­sonnes y ont col­la­bo­ré, dont quatre chan­teurs, am­bas­sa­deurs de chaque ré­gion lin­guis­tique.

U

«Le coeur des JOJ bat­tra juste de­vant chez nous, c’était donc lo­gique qu’on se sai­sisse de cette mer­veilleuse op­por­tu­ni­té de col­la­bo­rer!» Le di­rec­teur de la Haute École de Mu­sique Vaud Va­lais Fri­bourg (HEMU), Ma­thieu Fleu­ry, ne cache pas son en­thou­siasme au mo­ment d’énu­mé­rer les nom­breux points com­muns entre les élèves de l’école si­tuée au Flon et les jeunes néo-olym­piens. «Nous, les pro­fes­sion­nels des hautes écoles, croyons aux va­leurs de ces Jeux de la jeu­nesse, comme l’ex­cel­lence, le par­tage et l’in­no­va­tion. Un des mes­sages vé­hi­cu­lés par Lau­sanne 2020 est «par les jeunes pour les jeunes» et c’est aus­si va­lable pour le fes­ti­val qui va se dé­rou­ler en marge des com­pé­ti­tions.»

Au-de­là du concours de com­po­si­tion de l’hymne «Start Now», où le tra­vail pré­pa­ra­toire des jeunes pro­fes­sion­nels de la mu­sique est mis en pa­ral­lèle avec ce­lui des jeunes ath­lètes, la HEMU s’est aus­si char­gée de com­po­ser et d’en­re­gis­trer la mu­sique des mé­dailles, plus so­len­nelle, ré­gie par le CIO en charge du pro­to­cole de cette cé­ré­mo­nie. «Un pro­jet pas­sion­nant, puisque c’est un com­po­si­teur jazz qui s’est es­sayé au clas­sique pour ce mor­ceau qui res­te­ra gra­vé dans les mé­moires des ath­lètes sur le po­dium», pré­cise Ma­thieu Fleu­ry. Des mé­langes et rap­pro­che­ments qui vont se pour­suivre tout au long des ma­ni­fes­ta­tions mu­si­cales, comme «Bo­dy City», un spec­tacle de map­ping où des images sont dif­fu­sées sur des corps en mou­ve­ment, ou en­core «Ghet­to Clas­sics», en col­la­bo­ra­tion avec le Con­ser­va­toire et où joue­ront des en­fants suisses, mexi­cains et ké­nyans.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.