24 Heures

Vaud n’en a pas fini avec les intempérie­s

Des précipitat­ions sont encore attendues ces prochains jours et la prudence reste de mise.

- David Genillard syndic d’Ormont-Dessus

Le canton connaît des records hydriques, entre pluie et fonte des neiges. Le niveau d’eau du lac de Bret est tel qu’il a utilisé pour la première fois le déversoir prévu en cas de trop-plein. Le débit de l’Orbe a par exemple atteint 100 m3 par seconde. Pendant ce temps, dans les Alpes, les paravalanc­hes sont très chargés au-dessus des Diablerets et la météo ne va pas se calmer ces prochains jours. Mais les routes qui avaient été fermées ont été rouvertes, sauf celle qui va des Diablerets au col du Pillon. Enfin, si le danger d’avalanche est passé de 4 à 3, les appels à la prudence sont toujours d’actualité.

Il ne reste rien du parc accrobranc­he des Diablerets, sinon un enchevêtre­ment de câbles et de troncs abattus. L’avalanche qui s’est détachée jeudi dans le cirque de CreuxdeCha­mp a englouti les parcours aériens, inaugurés en juillet 2014. Un véritable coup de massue pour la station: «Il s’agit de l’attraction phare de notre offre estivale. Au sortir de cette crise sanitaire, elle aurait été plus que bienvenue cet été», déplore le syndic d’OrmontDess­us, Christian Reber.

Comme la piste de fond des Diablerets, endommagée par la même avalanche, ou la route de Verschiez à Ollon, emportée samedi par une coulée de boue, l’endroit porte les stigmates des violentes intempérie­s qui ont frappé le canton ces derniers jours, tout particuliè­rement les Alpes vaudoises.

Dans la région, on continue de scruter le ciel avec inquiétude. Dimanche aprèsmidi, une embellie a permis le survol des paravalanc­hes de la chaîne du Chaussy protégeant la station des Diablerets. «On a pu constater qu’ils sont très chargés, poursuit, Christian Reber. La neige et la pluie annoncées ces prochains jours ne vont pas améliorer la situation.»

Secteurs confinés

Le dispositif actuel est donc maintenu «au moins jusqu’à dimanche»: plusieurs secteurs d’habitation­s au pied de la chaîne du Chaussy restent confinés, comme lors de la tempête de février 2018. «Les habitation­s ellesmêmes ne sont pas menacées, poursuit Christian Reber. Mais les voies d’accès le sont.» Après l’avalanche de jeudi, plusieurs habitation­s ont dû être évacuées préventive­ment. Leurs occupants – trois familles sont concernées – ont trouvé à se reloger dans le village.

Ailleurs dans le canton, la situation semble revenir lentement à la normale. Outre les événements mentionnés aux Diablerets et à Ollon, aucun autre incident majeur ne s’est déclaré. Les fortes pluies et la fonte des neiges ont fait monter le niveau des eaux des rivières et des lacs (lire encadré). Le risque d’inondation­s était élevé mais, selon l’Étatmajor cantonal de conduite (EMCC), il n’y a pas eu de grosses alertes: «On a juste eu un point de vigilance du côté de l’Orbe, à Vallorbe, mais la situation s’est stabilisée durant la journée de samedi. L’Orbe a retrouvé un débit normal, mais les barrages anticrues installés par les pompiers par mesure de précaution vont rester en place au moins jusqu’à mercredi.»

Les routes qui avaient été préventive­ment fermées ont été rouvertes à l’exception de celle qui

Christian Reber, conduit des Diablerets au col du Pillon. «Il reste des masses de neige très importante­s dans ce secteur, indique Olivia Cutruzzola, porteparol­e de l’EMCC. Les minages qui ont eu lieu dans ce secteur n’ont pas suffi. Il y en aura d’autres ce début de semaine.»

Quatre jeunes en baskets secourus

Le danger d’avalanche est redescendu de 4 à 3 mais reste marqué, et les appels à la prudence sont toujours d’actualité. Ceuxci ont été plutôt entendus ces derniers jours, estime Christian Reber. «Les colonnes de secours sont relativeme­nt peu intervenue­s, détaille l’édile, également président du Secours alpin romand. Il n’y a pas eu de personnes prises sous une avalanche.» Du côté de Châteaud’OEx, quatre jeunes ont dû être héliportés. «Ils se sont retrouvés bloqués près du barrage de l’Hongrin, en baskets et sans réseau pour appeler les secours. Ils ont pu le faire en frappant à la porte d’un campingcar stationné là.»

L’Ormonan relève toutefois que, malgré les appels à renoncer au horspiste, les montagnes ont été bien fréquentée­s. «Lorsque nous avons effectué le survol des paravalanc­hes dimanche, nous avons vu beaucoup de skieurs à peaux de phoque, par exemple dans la région d’Isenau, où nous ne nous serions pas aventurés un jour comme celuici…»

Météo pourrie oblige, les stations n’ont toutefois pas eu à faire face à des affluences comparable­s à celles des deux weekends précédents: «Le parking de GryonVilla­rs s’est rempli à 80%. Il y a eu du monde à La Givrine, au Marchairuz et aux Pléiades, mais pas de parcage sauvage. La Protection civile et la police mobilisées préventive­ment pour gérer la situation n’ont pas été débordées», précise la porteparol­e de l’EMCC.

«La neige et la pluie annoncées ces prochains jours ne vont pas améliorer la situation.»

 ?? PATRICK MARTIN ??
PATRICK MARTIN
 ??  ??
 ?? DR ?? Il ne reste rien de l’accrobranc­he des Diablerets, inauguré en 2014. Il a été emporté par l’avalanche qui s’est détachée jeudi dans le cirque de Creux-de-Champ.
DR Il ne reste rien de l’accrobranc­he des Diablerets, inauguré en 2014. Il a été emporté par l’avalanche qui s’est détachée jeudi dans le cirque de Creux-de-Champ.
 ?? DR ?? Avalanches et inondation­s ont mobilisé les pompiers aux Diablerets.
DR Avalanches et inondation­s ont mobilisé les pompiers aux Diablerets.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland