Au Mon­té­né­gro, un vil­lage à dé­cou­vrir nom­mé Pe­rast

Bilan - - Sommaire - PAR CHAN­TAL DE SENGER

De­puis son in­dé­pen­dance en 2006, le pe­tit Etat de l’ex-You­go­sla­vie est le nou­vel el­do­ra­do des tou­ristes re­cher­chant un havre de luxe et une fis­ca­li­té fa­vo­rable.

C’est une perle res­tée sau­vage que l’on ai­me­rait gar­der se­crète tant l’idée qu’elle se fasse un jour ac­ca­pa­rer par des hordes de tou­ristes, comme le sont la plu­part des villes pri­sées de la Mé­di­ter­ra­née, est dé­so­lante. Pe­rast, pe­tite ville pit­to­resque de la côte Adria­tique, clas­sée au Pa­tri­moine mon­dial de l’Unes­co de­puis 1979, doit res­ter pré­ser­vée tant l’en­droit est unique par sa beau­té et sa tran­quilli­té.

Face à la baie des bouches de Kotor, la ci­té de quelques cen­taines d’ha­bi­tants est un lieu idéal pour un sé­jour al­liant à la fois culture, re­pos et gas­tro­no­mie.

Elle abrite, entre autres, des mo­nu­ments ba­roques et des pa­lais vé­ni­tiens: entre 1420 et 1797, la ville et ses en­vi­rons dé­pen­daient en ef­fet de Ve­nise. Ce sont d’ailleurs les Vé­ni­tiens qui ont don­né son nom au pays, Mon­té­né­gro si­gni­fiant «mon­tagne noire». Leur in­fluence est en­core vi­sible, no­tam­ment dans la struc­ture uni­forme et l’ar­chi­tec­ture des villes du pour­tour de la baie.

Pas de TVA sur le car­bu­rant

Ce golfe des Bal­kans en­tou­ré de hautes mon­tagnes fut long­temps une zone de con­tact, de paix et de sta­bi­li­té entre le monde ca­tho­lique et l’Em­pire ot­to­man. La ré­gion compte tou­jours un nombre très im­por­tant d’églises ca­tho­liques et or­tho­doxes, la plu­part da­tant de plu­sieurs siècles.

L’art cu­li­naire de la ré­gion s’ins­pire for­te­ment de la péninsule trans­al­pine, même si l’on re­trouve des spé­cia­li­tés lo­cales à base de poi­vrons confits sur toutes les cartes des res­tau­rants bor­dant les rives mon­té­né­grines.

Si­tuée à une heure de ba­teau, Kotor est de­ve­nue de­puis quelques an­nées un el­do­ra­do pour les grandes for­tunes du monde en quête de pit­to­resque et de folk­lore. A la suite des cen­taines de mil­lions de francs in­ves­tis dans sa ma­ri­na par le mil­liar­daire ca­na­dien Pe­ter Munk, Por­to Mon­té­né­gro s’est fait connaître comme pou­vant ac­cueillir sur ses quais les plus grands yachts du monde. Dès lors, la jet­set in­ter­na­tio­nale et les princes du Moyen-Orient s’y ar­rêtent quo­ti­dien­ne­ment pour y faire le plein d’es­sence et bé­né­fi­cier de nom­breux avan­tages, no­tam­ment fis­caux.Car, pour l’heure, le Mon­té­né­gro n’est pas en­core membre de l’Union eu­ro­péenne et les plai­san­ciers ne paient pas de TVA sur le car­bu­rant. Quant aux nom­breux ser­vices d’as­sis­tance (24 h/24), ils sont sou­mis à une TVA de 7% uni­que­ment. De quoi faire éco­no­mi­ser des di­zaines de mil­liers de francs aux va­can­ciers.

De plus en plus cou­ru

Pe­tit bé­mol ce­pen­dant: vic­time de son suc­cès, la ré­gion est dé­jà vi­si­tée par des mil­liers de tou­ristes dé­bar­qués quo­ti­dien­ne­ment par les mas­to­dontes de croi­sière, s’ar­rê­tant à l’en­trée des bouches de Kotor. Cette pe­tite ville ados­sée à un pic ro­cheux, elle aus­si clas­sée au Pa­tri­moine mon­dial de l’Unes­co, sé­duit les globe-trot­ters à la re­cherche d’au­then­ti­ci­té et d’his­toire.

Le Mon­té­né­gro cherche à at­ti­rer les voya­geurs du monde en­tier, comme l’a fait sa voi­sine la Croa­tie il y a une pe­tite di­zaine d’an­nées. Mais cette des­ti­na­tion de­ve­nue en vogue ar­rive dé­sor­mais à sa­tu­ra­tion. La sta­tion de Por­to Mon­té­né­gro et ses alen­tours de­viennent aus­si de plus en plus cou­rus. Le pays, qui a pos­tu­lé il y a plu­sieurs an­nées pour in­té­grer l’Union eu­ro­péenne, a ce­pen­dant dé­jà adop­té l’eu­ro comme mon­naie na­tio­nale, contrai­re­ment à la Croa­tie – pour­tant membre de l’UE – qui uti­lise le ku­na.

FACE À LA BAIE

DES BOUCHES DE KOTOR, LA CI­TÉ EST IDÉALE

POUR UN SÉ­JOUR AL­LIANT CULTURE, RE­POS ET GAS­TRO­NO­MIE

In­dé­pen­dant de­puis 2006 après s’être sé­pa­ré de la Ser­bie par voie de ré­fé­ren­dum, le Mon­té­né­gro se­rait, par ailleurs, le pays de l’ex-You­go­sla­vie pré­sen­tant le moins de stig­mates de la guerre des Bal­kans.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.