Un No­bel, et après?

Bilan - - Décryptage - PAR MARJORIE THÉRY

EN­VI­RON­NE­MENT Prendre en compte les «ex­ter­na­li­tés», po­si­tives ou né­ga­tives, est l’une des ob­ses­sions des éco­no­mistes mo­dernes. Elles font sou­vent la dif­fé­rence entre une théo­rie sé­dui­sante in­tel­lec­tuel­le­ment – mais to­ta­le­ment in­ap­pli­cable ou ne re­flé­tant pas la réa­li­té – et des ou­tils éco­no­miques utiles et per­ti­nents. Rien que pour ce­la, on peut se ré­jouir que le 50e Prix No­bel d’éco­no­mie a été dé­cer­né aux pro­fes­seurs amé­ri­cains Paul Ro­mer et William Nord­haus, dé­but oc­tobre. Le pre­mier s’est in­té­res­sé à la ma­nière d’in­té­grer les in­no­va­tions tech­no­lo­giques dans la ré­duc­tion de l’im­pact en­vi­ron­ne­men­tal de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique, le se­cond aux consé­quences des chan­ge­ments cli­ma­tiques sur l’éco­no­mie. Im­pos­sible de ré­su­mer l’en­semble de leurs tra­vaux, mais on peut re­te­nir que leurs ana­lyses montrent que le re­mède le plus ef­fi­cace au ni­veau en­vi­ron­ne­men­tal se­rait un sys­tème de taxe uniformément im­po­sé à tous les pays. La mise en place de telles taxes pour­rait s’ac­cé­lé­rer car l’ex­pé­rience a mon­tré que si une en­tre­prise dé­grade son en­vi­ron­ne­ment, c’est bien sou­vent un Etat qui va ten­ter de ré­pa­rer. Et l’en­det­te­ment crois­sant des Etats les pousse à cher­cher de nou­velles re­cettes fis­cales. De plus, la pé­riode est pro­pice à l’im­po­si­tion de normes in­ter­na­tio­nales. Main­te­nant que l’OCDE semble tou­cher à la fin de son in­qui­si­tion in­ter­na­tio­nale sur l’éva­sion fis­cale, peut-être va-t-elle se mettre en croi­sade pour une fis­ca­li­té en­vi­ron­ne­men­tale?

LE RE­MÈDE

LE PLUS EF­FI­CACE SE­RAIT UN SYS­TÈME DE TAXE UNIFORMÉMENT IM­PO­SÉ À TOUS

LES PAYS

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.