Au Locle, l’hô­tel de la dis­corde

Mal­gré une dette avoi­si­nant les 100 mil­lions de francs, la com­mune a ac­cep­té le cau­tion­ne­ment d’un nou­vel hô­tel au centre de la ville. Au risque d’écor­ner son image... et ses fi­nances.

Bilan - - Sommaire -

Une dette com­mu­nale de plus de 100 mil­lions plombe Le Locle. La com­mune si­tuée dans les Mon­tagnes neu­châ­te­loises est en ef­fet dans une si­tua­tion fi­nan­cière com­pli­quée de­puis plu­sieurs an­nées. Dans son der­nier rap­port bud­gé­taire, les au­to­ri­tés ex­pliquent la rou­geur des comptes par la baisse des re­cettes fis­cales. Pour­tant, elles ont ac­cep­té à l’una­ni­mi­té de se por­ter ga­rant d’une cau­tion de 2,4 mil­lions de francs pour fi­nan­cer des tra­vaux sur un bâ­ti­ment his­to­rique.

L’ini­tia­tive de ce chan­tier re­vient à la co­opé­ra­tive Sa­voir-Faire Le Locle. Sa pré­si­dente, Ma­ga­li Ba­bey, s’en amuse: «Il faut avoir un grain de fo­lie pour se lan­cer dans ce type de pro­jet.» L’idée, d’en­ver­gure, consiste à ra­che­ter un bâ­ti­ment his­to­rique de la ville, le re­mettre au goût du jour, puis l’ex­ploi­ter comme hô­tel.

La dé­marche a pro­vo­qué quelques haus­se­ments de sour­cils dans le can­ton de Neu­châ­tel. Pour­quoi construire un hô­tel dans une ré­gion où le taux d’oc­cu­pa­tion des lits at­teint pé­ni­ble­ment les 30%? «D’après les études faites, il y a des at­tentes de l’in­dus­trie», ex­plique Claude Du­bois, conseiller com­mu­nal char­gé des Fi­nances.

En tout, trois ana­lyses ont été me­nées pour éva­luer les be­soins des Mon­tagnes neu­châ­te­loises. Une par l’Ecole hô­te­lière de Lau­sanne, une par la So­cié­té suisse de cré­dit hôtelier, et une der- nière par la so­cié­té Ho­res­man. «Nous avons payé 38 000 francs d’études», glisse Ma­ga­li Ba­bey. Les grands groupes hor­lo­gers en­voient par­fois leurs em­ployés dor­mir à Neu­châ­tel, alors que leur se­maine de for­ma­tion se dé­roule au Locle. «Cet hô­tel de­vrait dé­ve­lop­per le tou­risme d’af­faires», in­siste Claude Du­bois, avant de pour­suivre: «Nous de­vons mon­trer que nous sa­vons re­ce­voir.»

Au sein de la po­pu­la­tion, l’Hô­tel de la Fleur-de-Lys di­vise. D’un cô­té, les scep­tiques dé­noncent le coût et pointent du doigt les so­lu­tions exis­tantes et peu ex­ploi­tées. De l’autre, des en­thou­siastes es­timent que ce po­si­tion­ne­ment manque au mi­lieu des Bed & Break­fast et du seul hô­tel. Une hô­te­lière de la ré­gion af­firme: «Il y a un réel be­soin, c’est sûr.»

Du neuf et du vieux

Voi­là dé­jà plu­sieurs an­nées que les tra­vaux ont com­men­cé. Le bâ­ti­ment his­to­rique – siège de la ré­vo­lu­tion neu­châ­te­loise – avait connu plu­sieurs in­cen­dies. Tou­jours plus dé­la­bré au fil du temps, il ris­quait d’être dé­truit dans les an­nées à ve­nir. Lorsque la co­opé­ra­tive l’a ra­che­té pour 190 000 francs,

«il al­lait s’écrou­ler», lance Ma­ga­li Ba­bey.

LES SCEP­TIQUES DÉ­NONCENT LE COÛT; LES EN­THOU­SIASTES AS­SURENT QUE CE PO­SI­TION­NE­MENT HÔTELIER MAN­QUAIT

Un bâ­ti­ment his­to­rique de la ville a été ra­che­té afin d’être to­ta­le­ment ré­no­vé. Il de­vrait être ex­ploi­té bien­tôt en tant qu’hô­tel.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.