Opi­nions de la ré­dac­tion

Bilan - - Sommaire - PAR MAR­JO­RIE THÉ­RY

PO­LI­TIQUE C’est ce qu’on ap­pelle une bonne claque! En tout cas, un gros car­ton jaune pour Ge­nève, lan­terne rouge du ré­cent clas­se­ment pu­blié par Ave­nir Suisse. Ge­nève est en ef­fet à la der­nière place des dix grandes villes suisses ana­ly­sées par le think tank li­bé­ral. Les Ge­ne­vois, à la fois si fiers mais aus­si im­pla­cables râ­leurs sur leur ville, peuvent dire adieu au dicton: «Quand je me re­garde, je me dé­sole, quand je me com­pare, je me console.» L’in­té­rêt de l’étude – au-de­là d’un élec­tro­choc sou­hai­té – est de s’ap­puyer sur des cri­tères très in­clu­sifs, qui touchent tous les ci­toyens, de l’étu­diant à l’en­tre­pre­neur, en pas­sant par les sa­la­riés. Les causes de cette mau­vaise note, nous les connais­sons tous car nous les vi­vons au quo­ti­dien. Ave­nir Suisse re­lève, par exemple, que le mar­ché du lo­ge­ment ge­ne­vois est «de loin le plus in­ef­fi­cace de toutes les villes». Pour la mo­bi­li­té, ce n’est pas mieux, avec un «faible taux de cou­ver­ture des coûts des trans­ports pu­blics et une piètre cir­cu­la­tion au­to­mo­bile». Ge­nève souffre aus­si de la hausse de ses coûts ad­mi­nis­tra­tifs, qui ont aug­men­té de plus de 10% par ha­bi­tant en six ans. «Le contri­buable se­ra po­ten­tiel­le­ment confron­té à de lourdes charges» d’après le rap­port. Iro­nie ul­time: ce clas­se­ment pa­raît en pleine dé­bâcle po­li­tique, les cinq conseillers ad­mi­nis­tra­tifs de la Ville de Ge­nève ayant fait l’ob­jet d’un au­dit ac­ca­blant de la Cour des comptes.

Il y a quelques se­maines, vous aviez été nom­breux à ré­agir à notre dos­sier «Make Ge­ne­va Great Again». Es­pé­rons que les nom­breuses pro­po­si­tions et es­poirs sus­ci­tés par­mi vous ne res­tent pas lettre morte.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.