Da­rius Azar­pey, li­bé­ral hy­per­ac­tif

L’étu­diant et conseiller mu­ni­ci­pal en­tame un man­dat de quatre ans aux ins­tances re­pré­sen­ta­tives des Hautes Ecoles ro­mandes. Il en­tend faire sa place dans le monde po­li­tique ge­ne­vois.

Bilan - - Leaders / Politique - PAR CHAN­TAL DE SENGER

DA­RIUS AZAR­PEY est un jeune li­bé­ral plein d’am­bi­tion. Né à Ge­nève en 1993, il s’ins­talle à l’âge d’un an en Iran, pays d’ori­gine de ses pa­rents. La famille re­vient tou­te­fois du­rant les va­cances dans la ville du bout du lac, où le jeune Da­rius ob­serve alors les en­fants jouer dans les parcs, libres comme l’air. «En Iran, nous de­vions chan­ter l’hymne na­tio­nal tous les ma­tins avant d’al­ler en cours, les écoles n’étaient pas mixtes», se sou­vient le Ge­ne­vois d’adop­tion. «Au bout de huit ans, j’ai de­man­dé à mes pa­rents de re­ve­nir en Suisse, ce que nous avons fait.»

Après avoir sui­vi sa sco­la­ri­té au Cycle de Bois-Ca­ran et à l’Ecole Mo­ser, il se lance en po­li­tique du­rant la cam­pagne pour l’élec­tion au Grand Conseil en 2013. «J’ai te­nu mes pre­miers stands, ren­con­tré du monde au Par­ti li­bé­ral-ra­di­cal. Avant ce­la, je ne connais­sais per­sonne, ex­cep­té mon ami Laurent Na­ville qui me par­lait de ses engagement­s.» Da­rius Azar­pey se voit pour­tant faire de la po­li­tique de­puis tout pe­tit. «Beau­coup de jeunes en Iran veulent chan­ger la so­cié­té dans la­quelle ils vivent. Je me di­sais: un jour, je vou­drais aus­si pou­voir chan­ger les choses.» Le PLR cor­res­pond alors le mieux à ses opi­nions. «J’ai com­men­cé à com­prendre ce que vou­lait dire le libéralism­e éco­no­mique, la res­pon­sa­bi­li­té in­di­vi­duelle et le prag­ma­tisme po­li­tique.»

L’ado­les­cent se met alors à in­ter­vie­wer des po­li­ti­ciens de

tous bords afin de s’exer­cer au jour­na­lisme, l’une de ses pas­sions, mais éga­le­ment de se consti­tuer un ré­seau et de s’of­frir une porte d’en­trée dans ce monde quelque peu cloi­son­né. «L’idée était non seule­ment de me faire un carnet d’adresses, mais éga­le­ment de dé­cou­vrir les idées po­li­tiques de cha­cun.» Sa pre­mière in­ter­view se­ra celle du PDC JeanMarc Guin­chard, alors pré­sident du

Grand Conseil, qu’il pu­blie­ra en­suite dans un blog de la Tri­bune de Ge­nève.

Da­rius Azar­pey re­prend en­suite le secrétaria­t des Jeunes PLR, puis la pré­si­dence. La sec­tion, qui compte alors

300 membres, est la plus grande au ni­veau can­to­nal. «J’ai es­sayé d’in­suf­fler ma vi­sion en fai­sant des Jeunes PLR une pla­te­forme po­li­tique re­flé­tant des idées de toutes les sen­si­bi­li­tés.» Son suc­cès se me­su­re­ra avec l’élec­tion d’une dou­zaine de jeunes PLR dans les Conseils mu­ni­ci­paux du can­ton et le lan­ce­ment de la cam­pagne «No Billag».

At­ti­rer plus de ma­na­gers

Au­jourd’hui âgé de 26 ans, Da­rius Azar­pey est membre du co­mi­té di­rec­teur du PLR. Il prendra d’ici quelques jours la pré­si­dence du Conseil mu­ni­ci­pal de Col­lon­geBel­le­rive (GE). Puis, il sou­hai­te­rait se pré­sen­ter au Grand Conseil. Le jeune po­li­ti­cien ai­me­rait at­ti­rer plus de ma­na­gers au sein du PLR, qui compte trop de pro­fes­sions li­bé­rales se­lon lui.

En de­hors de la po­li­tique, Da­rius Azar­pey col­la­bore avec la Chambre de com­merce Iran-Suisse. «Nous es­sayons d’ac­com­pa­gner des en­tre­prises suisses qui sou­haitent s’im­plan­ter en Iran et in­ver­se­ment. J’ai tou­jours vou­lu ser­vir de pont entre les deux pays.» L’étu­diant en bu­si­ness ad­mi­nis­tra­tion à la HES-SO vient de ter­mi­ner sa pré­si­dence à la Ju­nior En­tre­prise HEG, as­so­cia­tion dont le but est de mettre en lien les étu­diants et les en­tre­prises.

Une di­zaine de so­cié­tés, dont P&G, la FER, et les Big Four de l’au­dit col­la­borent avec les étu­diants.

Da­rius Azar­pey vient par ailleurs d’être élu pour quatre ans aux ins­tances re­pré­sen­ta­tives des Hautes Ecoles ro­mandes. Il a comme pro­jet de se battre pour les thèmes de l’in­clu­sion, de la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment et de l’en­ga­ge­ment des jeunes. Il a éga­le­ment lan­cé la Ca­reer Club HEG, pôle de for­ma­tion qui com­prend des sé­mi­naires et autres work­shops sur l’entreprene­uriat. Pour lui, c’est aus­si une fa­çon d’élar­gir son ré­seau aux ac­teurs éco­no­miques de la ré­gion.

a no­tam­ment lan­cé le pôle de for­ma­tion Ca­reer Club HEG.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.