Hué par les foules, Froome en­tame son Tour de France du cal­vaire

Le Matin Dimanche - - LA UNE -

Seul contre tous, le Bri­tan­nique a chu­té hier dès la pre­mière étape de la Grande Boucle. Si plu­sieurs cou­reurs sont en me­sure de lui po­ser pro­blème sur le bi­tume, le pu­blic lui est car­ré­ment hos­tile. Ban­de­roles, in­sultes et mo­que­ries font craindre des dé­bor­de­ments plus sé­rieux en­core.

Ça y est, j’ai com­men­cé ma pré­pa­ra­tion es­ti­vale, et le dé­but fut plu­tôt ra­di­cal: je suis re­tour­née à la salle un jour après mon re­tour de va­cances. Chaque dé­but de pré­pa, c’est ter­rible, et j’ou­blie com­bien c’est dur. La pre­mière se­maine, c’est le pire. Mes en­traî­neurs ont beau me dire que ça va du­rer quelques jours et que ça passe, j’at­teins un grand ni­veau de souf­france. Par­fois je n’ar­rive pra­ti­que­ment plus à mar­cher ni même à en­vi­sa­ger de m’as­seoir sur les toi­lettes, ce­la me pousse à faire preuve d’ima­gi­na­tion. Si je rentre chez moi entre l’en­traî­ne­ment du ma­tin et ce­lui de l’après-mi­di, il m’ar­rive de res­ter blo­quée un mo­ment dans ma voi­ture. Je res­sens tous mes muscles. Les jambes sur­tout. D’ha­bi­tude, je suis très souple. Mais là, le troi­sième jour, je n’ar­ri­vais plus à mettre mes chaus­settes.

Je me de­mande par­fois pour­quoi je fais su­bir ça à mon corps. Mais je dois re­con­naître que ces dou­leurs sont un mal né­ces­saire pour at­teindre le ni­veau au­quel j’as­pire.

Ce qui n’em­pêche pas que mon corps me le fasse sen­tir! Ça ne par­donne pas. De­puis dix ans, à chaque fois, j’ai l’im­pres­sion que je ne vais pas réus­sir à te­nir le rythme, c’est comme si je re­com­men­çais de zé­ro à chaque fois. Et avec les an­nées, ça se com­plique!

Mes en­traî­ne­ments, je les ai struc­tu­rés avec mes en­traî­neurs phy­siques: une séance de deux heures le ma­tin où je tra­vaille le bas du corps, et une autre d’une heure et de­mie l’après-mi­di axée sur le haut du corps et l’as­pect fonc­tion­nel, ce­la à rai­son de cinq jours par se­maine plus le car­dio. La pre­mière par­tie de la sai­son es­ti­vale est axée sur le car­dio et la force, et c’est dur. Par­fois je me re­trouve avec plus de 140 ki­los sur le dos. Puis gen­ti­ment nous pas­sons sur le cô­té dy­na­mique et ex­plo­sif et avec un tra­vail d’agi­li­té, dans le but de dé­ve­lop­per mon corps fonc­tion­nel­le­ment pour le ski. D’une part, pour être la plus per­for­mante pos­sible et, d’autre part, pour te­nir toute ma sai­son et bien sûr pour res­ter en bonne san­té!

L’été, c’est aus­si une pé­riode-clé, où je vis mon âge et je re­trouve une vie so­ciale. Je vois des concerts, des amis, on fait des bar­be­cues. Bien sûr, je ne peux pas me per­mettre d’ex­cès car, le len­de­main, c’est re­tour à l’en­traî­ne­ment. Mais je pro­fite. Quant à mon corps, j’es­saie de le ré­équi­li­brer. Je pense à mes pieds par exemple. Toute l’an­née, ils sont mal­trai­tés par des chaus­sures de ski. Je suis sou­vent pieds nus pen­dant mes en­traî­ne­ments, pour leur don­ner un peu d’air.

Quand je pousse de la fonte, je ne me vi­sua­lise pas en­core en com­pé­ti­tion. Mais je garde cet es­prit de com­pé­ti­tion, qu’il s’agisse d’al­ler en­core un peu plus bas ou de pous­ser un peu plus haut! Allez savoir, peut-être que c’est là que se gagnent les cen­tièmes dé­ci­sifs de l’hi­ver pro­chain, et ce­la m’aide aus­si à dé­ve­lop­per mon men­tal.

Dans tous les cas, et même si c’est dur, ce­la me per­met de vivre et d’as­su­mer ma pas­sion, de res­ter en bonne san­té et, il faut bien le dire, au fur et à me­sure de ma pré­pa, cette souf­france se ré­duit. Ou alors c’est que je m’y ha­bi­tue et ce­la laisse place à un sen­ti­ment de force et de confiance. C’est pour ça que je compte bien conser­ver cette ch­ro­nique pour m’en sou­ve­nir les pro­chaines an­nées! Bien que ce­la soit dur, ça passe tou­jours. :-)

Cette ch­ro­nique est as­su­rée en al­ter­nance par Tha­bo Se­fo­lo­sha,Ni­no Nie­der­rei­ter, Fan­ny Smith,Tom Lü­thi et Yann Som­mer Fan­ny Smith Ski­cross

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.