Cher Ni­co­las Saillen,

Le Matin Dimanche - - CHRONIQUES -

Vous êtes chef ad­joint du Ser­vice de la po­pu­la­tion vau­dois «pour l’in­té­gra­tion des étran­gers et la pré­ven­tion du ra­cisme». J’ai lu dans mon jour­nal que, se­lon vous, «le re­fus de ser­rer la main peut être consé­cu­tif à dif­fé­rents mo­tifs, ma­la­die der­ma­to­lo­gique, toc, consi­dé­ra­tions re­li­gieuses…» Vous l’avez dit après les ré­vé­la­tions sur le com­por­te­ment étrange d’un couple d’étran­gers can­di­dats à la na­tu­ra­li­sa­tion. L’homme a re­fu­sé de ser­rer la main ten­due d’une élue et la femme celles des hommes de la com­mis­sion exa­mi­na­trice. Ma­laise… mais pas de quoi fouet­ter un chat, se­lon vous. Vous af­fir­mez même que «cette at­ti­tude

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.