«J’ai confiance en la gé­né­ro­si­té de la Suisse vis-à-vis des Pa­les­ti­niens»

Le Matin Dimanche - - ACTEURS -

Igna­zio Cas­sis a ré­cem­ment dé­cla­ré que l’agence d’aide aux ré­fu­giés pa­les­ti­niens (UNRWA) est un obs­tacle à la paix avec Is­raël. Qu’en avez-vous pen­sé?

(Il ré­flé­chit.) J’ai pen­sé aux pauvres ré­fu­giés pa­les­ti­niens qui ne cessent de souf­frir de­puis des dé­cen­nies. Cette dé­cla­ra­tion a eu d’au­tant plus d’im­pact qu’elle in­ter­ve­nait peu après que les États-unis ont an­non­cé qu’ils cou­pe­raient leur fi­nan­ce­ment à L’UNRWA. Mais j’ai con-fiance dans la gé­né­ro­si­té tra­di­tion­nelle de la Suisse et je suis convain­cu qu’elle main­tien­dra ce ré­flexe hu­ma­ni­taire.

La Rus­sie a re­pris en main les né­go­cia­tions de paix en Sy­rie. Est-ce que le pro­ces­sus de Ge­nève est mort?

Non, je ne crois pas. As­ta­na, Sot­chi, Ge­nève, c’est un tri­angle où la pri­mau­té re­vient tou­jours à Ge­nève. On ne peut pré­dire com­ment ce­la va se pas­ser. Certes, la guerre en Sy­rie conti­nue et le bi­lan est mau­vais. Mais ce n’est pas la fin des né­go- cia­tions de Ge­nève. Et, de ma­nière gé­né­rale, vous ver­rez de plus en plus de dis­cus­sions de paix se te­nir ici, sur le Yé­men en sep­tembre, l’afghanistan en no­vembre, puis peut-être la Li­bye.

Ge­nève ai­me­rait de­ve­nir un fo­rum de dis­cus­sion sur les nou­velles tech­no­lo­gies. A-t-elle une vraie chance?

Au ni­veau mon­dial, 50% des dis­cus­sions sur In­ter­net, sur la cy­ber­sé­cu­ri­té, sur les nou­velles tech­no­lo­gies se dé­roulent dé­jà ici. C’est pour ce­la que le se­cré­taire gé­né­ral de L’ONU, An­to­nio Gu­terres, vient de créer un pa­nel de haut ni­veau dont une par­tie ma­jeure du se­cré­ta­riat est à Ge­nève. L’ONU n’a pas du tout l’am­bi­tion de gé­rer l’in­ter­net. Par contre, nous pou­vons four­nir la table neutre au­tour de la­quelle les dif­fé­rents ac­teurs peuvent se mettre d’ac­cord sur les règles, l’éthique, les normes. Qui se­ra la po­lice du Net? Com­ment gé­rer ce­la?

Il y a un im­pé­ra­tif urgent d’y mettre de l’ordre.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.