Fe­de­rer content pour lui et pour son pote «Sta­ni­mal»

Le Matin Dimanche - - MA SEMAINE -

En tweet, Roger Fe­de­rer en dit beau­coup. «Great bat­tle to­night «Sta­ni­mal», a-t-il ga­zouillé après sa vic­toire contre Stan Wa­wrin­ka, en quart de fi­nale du Mas­ter 1000 de Cin­cin­na­ti. Le score, 6-7 (2/7) 7-6 (8/6) 6-2, sou­ligne l’in­ten­si­té de la ba­taille qui fut bien belle ven­dre­di soir dans l’ohio. Le Bâ­lois, qui jouait la nuit der­nière contre Da­vid Gof­fin en de­mie, peut même s’es­ti­mer heu­reux d’avoir pu ren­ver­ser la ten­dance face à un Vau­dois qui a dé­mon­tré cette se­maine qu’il était sur la voie pour re­trou­ver un ni­veau digne d’un triple vain­queur en Grand Che­lem. À 6-6 dans le tie­break du deuxième set, Stan Wa­wrin­ka n’était même plus qu’à deux points de la vic­toire dans ce der­by suisse. «J’ai dû m’ac­cro­cher, ne pas me frus­trer et es­pé­rer que je n’aie pas à su­bir un jeu de ser­vice hor­rible ou qu’il joue sou­dain à la per­fec­tion. C’était un match ser­ré ce soir, alors je suis juste sou­la­gé de m’en être sor­ti», a dé­cla­ré Roger Fe­de­rer à sa sor­tie du court. Avant de rendre hom­mage à son pote. «Je suis si heu­reux qu’il soit de re­tour sur le court, qu’il bouge si bien.» Bat­tu par Fe­de­rer pour la 21e fois en 24 duels, Wa­wrin­ka vou­lait sur­tout se fé­li­ci­ter que «Sta­ni­mal» soit à nou­veau sur le court, un an après sa grave bles­sure. «Je joue de mieux en mieux chaque jour, dit le Vau­dois. La se­maine a été très im­por­tante pour moi, pour mon ten­nis, pour ma confiance.»

Ap/john Min­chil­lo

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.