Le cas du cho­co­lat

Le Matin Dimanche - - BIEN VIVRE -

Brid­get Jones qui s’em­piffre de cho­co­lat vau­trée sur son ca­na­pé avec une boîte de mou­choirs pour sé­cher ses larmes. C’est le cli­ché du cho­co­lat «dou­dou», ré­con­for­tant, an­ti­dé­pres­seur en cas de peine de coeur. Au pal­ma­rès des ali­ments du bon­heur, le cho­co­lat est le cham­pion in­con­tes­té. On ne compte plus ni ses ver­tus, ni les études qui l’érigent en star, comme en té­moigne le cha­pitre dé­dié au cho­co­lat du livre «Ces ali­ments qui rendent heu­reux»: C’est sa grande concen­tra­tion en fla­vo­noïdes, qui em­pêchent l’obs­truc­tion des pa­rois des vais­seaux san­guins, qui en font un atout san­té ma­jeur.

À condi­tion de le consom­mer noir avec une te­neur en ca­cao de plus de 60%, il booste les ca­pa­ci­tés cé­ré­brales, lut­tant ain­si contre les coups de barre.

En­fin, il est bon pour le mo­ral, grâce à sa te­neur en ma­gné­sium qui per­met de ré­ta­blir l’équi­libre mus­cu­laire et ner­veux.

Et puis il est eu­pho­ri­sant, grâce à la ca­féine, la théo­phyl­line et la théo­bro­mine qu’il contient. À tel point qu’on de­vrait pa­raît-il évi­ter d’en man­ger le soir avant le cou­cher. Il contient aus­si des sub­stances proches des am­phé­ta­mines, qui sti­mulent l’ac­ti­vi­té cé­ré­brale! Mais que les ama­teurs se ras­surent, il contient aus­si de la théa­nine, qui agit comme un re­laxant.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.