Quel sport pour mon en­fant?

Taek­won­do, équi­ta­tion, uni­ho­ckey… Les ac­ti­vi­tés spor­tives des­ti­nées aux jeunes abondent. Comment trou­ver une dis­ci­pline qui plaise à sa pro­gé­ni­ture? Nos conseils.

Le Matin Dimanche - - BIEN VIVRE - LYSIANE CHRISTEN

La ren­trée des classes ap­proche pu est dé­jà là et avec elle, la re­prise de la sai­son spor­tive et des cours ex­tra­s­co­laires. Du basket à la zum­ba, en pas­sant par le BMX… Il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Mais face à cette pro­fu­sion d’ac­ti­vi­tés, il s’avère par­fois dif­fi­cile de choi­sir, sur­tout si son en­fant ne ma­ni­feste pas d’en­vie par­ti­cu­lière. Alors voi­ci nos conseils pour trou­ver un sport qui convienne à son re­je­ton.

Dé­ci­der en­semble

«Le plus im­por­tant, c’est le plai­sir», as­sure Pa­tri­cia Stein­mann, enseignante en édu­ca­tion phy­sique à la Haute école fé­dé­rale de sport de Ma­co­lin. Ain­si, pas ques­tion d’obli­ger un en­fant à pra­ti­quer une ac­ti­vi­té qui ne lui plai­rait pas. «Ce­la ris­que­rait de le dé­goû­ter!» C’est pour­quoi avant de l’ins­crire à un cours, il est es­sen­tiel d’en dis­cu­ter en­semble.

Sti­mu­ler sa cu­rio­si­té

S’il n’a pas d’idée, c’est peut-être parce qu’il ne connaît pas toutes les pos­si­bi­li­tés. Pour­quoi ne pas sti­mu­ler sa cu­rio­si­té en lui pro­po­sant des ac­ti­vi­tés ori­gi­nales, comme le kin-ball, le mo­no­cycle free­style ou la spé­léo­lo­gie, et en l’em­me­nant ob­ser­ver un en­traî­ne­ment? Pour Jé­rôme Bar­ral, maître d’en­sei­gne­ment et de re­cherche à l’ins­ti­tut des sciences du sport de l’uni­ver­si­té de Lau­sanne, la meilleure so­lu­tion consiste à l’ins­crire à un camp mul­ti­sport. «Il pour­ra ain­si tes­ter plu­sieurs dis­ci­plines et sau­ra ce qui lui plaît vrai­ment.»

Va­rier les sports

Pra­ti­quer plu­sieurs ac­ti­vi­tés dif­fé­rentes, voi­là la clé pour évi­ter de se re­trou­ver avec des bras aus­si dis­pa­rates que ceux de Ra­fael Na­dal. C’est d’ailleurs une condi­tion qui «ga­ran­tit une crois­sance op­ti­male», in­dique l’of­fice fé­dé­ral de la san­té pu­blique (OFSP). Se­lon l’en­sei­gnant-cher­cheur de L’UNIL, «la na­ta­tion étant par exemple un sport très com­plet mais sans im­pacts, les na­geurs de­vraient avoir d’autres ac­ti­vi­tés im­pli­quant plus de chocs, comme la gym­nas­tique ou le vé­lo, afin de sol­li­ci­ter da­van­tage le sque­lette et conso­li­der les os.»

Vi­ser la ré­gu­la­ri­té

Pour bien gran­dir, il est im­por­tant que les en­fants et les ado­les­cents bougent au moins une heure par jour, re­com­mande L’OFSP. Mieux vaut donc vi­ser des ac­ti­vi­tés ré­gu­lières, proches de chez soi et bien ré­par­ties entre l’été et l’hi­ver.

Lais­ser un temps d’ac­cli­ma­ta­tion

Une fois sa pro­gé­ni­ture ins­crite, mieux vaut lais­ser pas­ser plu­sieurs se­maines avant de faire le point, car l’en­fant doit s’ha­bi­tuer à son nou­vel uni­vers. Et en cas de dés­in­té­rêt net, nul be­soin de s’af­fo­ler. «L’es­sen­tiel est de les en­cou­ra­ger à bou­ger. Et ce­la, les en­fants peuvent aus­si le faire en jouant de­hors, seuls ou à plu­sieurs», ras­sure Jé­rôme Bar­ral.

Jes­si­ca Pe­ter­son

La na­ta­tion est un sport très com­plet mais sans im­pacts. Il fau­drait y ad­joindre une autre ac­ti­vi­té comme la gym ou le vé­lo.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.