Pour jus­ti­fier le si­lence, on évoque de nou­velles me­naces

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

Un des rap­ports de­man­dés par la com­mune dans le­quel les in­frac­tions po­ten­tielles sont lis­tées est da­té du 13 juin, soit le jour même de la der­nière as­sem­blée gé­né­rale. On au­rait pu s’at­tendre à une ré­volte mais rien, même pas une ques­tion. Ce­la, alors même qu’un re­pré­sen­tant des com­munes siège au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion, aux cô­tés de Phi­lippe Ma­gis­tret­ti et Ra­do­van Vi­tek. Ce der­nier était pré­sent, as­sis aux cô­tés de Chris­tophe Dar­bel­lay, conseiller d’état de­ve­nu mé­dia­teur lors de la crise de cet hi­ver. Se­lon nos in­for­ma­tions, plu­sieurs re­pré­sen­tants po­li­tiques et pe­tits ac­tion­naires étaient prêts à re­fu­ser les comptes et de­man­der à un juge l’ins­tau­ra­tion d’un contrôle spé­cial. Mais lors d’une séance pré­cé­dant l’as­sem­blée, plu­sieurs té­moins as­surent qu’une me­nace d’une nou­velle fer­me­ture a été pro­fé­rée si de telles me­sures étaient évo­quées. Phi­lippe Ma­gis­tret­ti conteste en bloc. «Que ceux qui pré­tendent ce­la aient le cou­rage de l’af­fir­mer et ils au­ront un pro­cès en dif­fa­ma­tion.»

On semble donc loin du cli­mat apai­sé ven­du pu­bli­que­ment ces der­niers temps. Der­nier épi­sode en date, Phi­lippe Ma­gis­tret­ti s’est fen­du d’un mail à une di­zaine de per­sonnes concer­nées par l’or­ga­ni­sa­tion des manches de Coupe de monde de ski en fé­vrier. Il leur an­nonce ni plus ni moins que si CMA ne peut as­su­rer elle-même le trai­teur lors de la pro­chaine édi­tion, les épreuves ne se dé­rou­le­raient plus sur son ter­rain. L’af­faire a été ré­glée mais la ma­nière reste en tra­vers de la gorge. Le pré­sident nie l’exis­tence de me­naces mais re­con­naît «un man­que­ment dans la forme». Il reste droit dans ses bottes. «L’ex­ploi­ta­tion de CMA ne se fe­ra pas à perte, il faut que ce­la soit bien clair pour tout le monde.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.