De la loi du ta­lion à l’au­to­jus­tice

Le Matin Dimanche - - BIEN VIVRE -

Le dé­sir de ré­pa­ra­tion et de «jus­tice» est in­hé­rent à l’hu­ma­ni­té de­puis que celle-ci est née. Ré­gi par au­cune règle pen­dant des siècles, puis for­ma­li­sé, comme le montre no­tam­ment le Code d’ur­nam­mu des Su­mé­riens – soit le plus an­cien texte ju­ri­dique qui nous soit par­ve­nu. Gra­vé vers 2100-2050 av. J.-C., donc an­té­rieur aux lois bi­bliques, il ins­ti­tue no­tam­ment une forme de com­pen­sa­tion fi­nan­cière en cas d’at­teinte phy­sique. En ce sens, il s’op­pose à la loi du ta­lion (le fa­meux «oeil pour oeil, dent pour dent»), qui fut le prin­cipe de base du droit ba­by­lo­nien… et qui pré­vaut en­core dans l’an­cien Tes­ta­ment où l’on voit «un Dieu co­lé­rique et om­ni­po­tent qui pu­nit à tour de bras. Et c’est pré­ci­sé­ment cette re­pré­sen­ta­tion-là qui conduit à une vi­sion ar­chaïque du droit qui ne peut que bles­ser et pro­duire du mal au­jourd’hui en­core», re­lève le psychanalyste The­me­lis Dia­man­tis.

Quoi qu’il en soit, au fil du temps, les so­cié­tés se com­plexi­fiant, les choses ont évi­dem­ment évo­lué. Et, Lu­mières oblige, ont même été bou­le­ver­sées au XVIIIE siècle en Oc­ci­dent. Dès cette époque, la jus­tice, qui im­plique l’in­ter­ven­tion de tiers (po­lice, ma­gis­trats…), ne doit en ef­fet plus ven­ger un in­di­vi­du mais, en in­fli­geant des peines (cen­sé­ment) pro­por­tion­nelles à la gra­vi­té des faits com­mis, lui reconnaître un sta­tut de vic­time et lui don­ner une ré­ponse ins­ti­tu­tion­nelle sup­po­sée lui ap­por­ter un sou­la­ge­ment. Voi­là pour la théo­rie.

En pra­tique, le Droit n’a évi­dem­ment pas vo­ca­tion à prendre en charge les cha­maille­ries ou vexa­tions non dé­lic­tueuses du quo­ti­dien. Ce qui n’em­pêche pas les per­son­na­li­tés à ca­rac­tère re­van­chard d’en as­si­mi­ler les prin­cipes les plus ba­siques et sim­plistes – jus­ti­fiant ain­si des actes ven­geurs qu’ils qua­li­fient «d’au­to­jus­tice».

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.